LES SUICIDES ET L’AU-DELA

Je vous mets cet article intéressant, celà existe bien dans notre monde les suicides mais comment faire quand nous avons quelqu un de proche qui se suicide ? (Etincelle)

Que se passe-t-il dans l’au-delà pour une âme qui s’est suicidée pendant sa vie terrestre ?
Les croyances inculquées par la religion nous font envisager le suicide comme un acte tout à fait condamnable, un péché, qui empêche “d’aller au ciel”. Au plan spirituel, on parle d’une “rupture de contrat”. Qu’en est-il vraiment ? Il semble que plusieurs choix (préétablis) existent simultanément dans une situation donnée. Le libre-arbitre fera le reste.
C’est ce que j’ai pu lire dans le livre du Dr Michael Newton, “Journées dans l’au-delà”. J’ai déjà évoqué le travail de ce médecin à travers des interviews diffusées ICI. Je vous conseille d’aller voir ces vidéos avant de lire ce qui suit, pour comprendre comment se passe son travail. J’ai mis les liens qui vous donneront un aperçu de ses livres, en fin d’article.(Hélios)

Extraits du chapitre 5
“L’imagination humaine n’a pas de limite quand il s’agit de faire peur. La crainte d’une punition terrible pour les suicidés en est le meilleur exemple. Il est vrai, ne pas être admis au ciel dissuade du suicide, mais c’est une approche erronée. Ces dernières années, j’ai remarqué que même l’Église catholique n’est plus aussi intransigeante sur le suicide comme péché mortel, méritant un châtiment spirituel extrême.
(…) Le prochain cas n° 29 est celui d’une femme qui s’est donnée la mort dans sa dernière vie. Elle décrit comment elle procède à l’examen de cet acte. Puisque nous allons examiner son suicide, il est temps d’aborder les questions qu’on m’a posées sur le suicide et son châtiment dans le monde spirituel. Lorsque je travaille avec des suicidés, les premières paroles que la plupart lancent juste après leur mort sont : “Oh mon dieu, qu’est-ce que j’ai été stupide !”. Il s’agit de personnes en bonne santé physique et qui ne souffrent pas de maladie débilitante. Le suicide d’un sujet, jeune ou vieux, et dont l’état physique a réduit la qualité de sa vie presque à néant, est traité différemment dans le monde spirituel que celui de sujets en bonne santé. Si les suicides sont traités avec bonté et compréhension, les suicides avec un corps sain sont examinés. D’après mon expérience, les âmes n’ont pas le sentiment de faute, ou de culpabilité quand il y a eu euthanasie. Quand il existe une souffrance intolérable, nous avons le droit d’être soulagés de la douleur et de l’humiliation d’être traité comme un enfant sans défense relié à des appareils de survie. Dans le monde spirituel, j’ai découvert que l’âme ne conserve pas les stigmates d’avoir quitté un corps délabré, et dont elle s’est libérée d’elle-même ou par la main d’un soignant compatissant. J’ai travaillé avec plusieurs personnes qui ont essayé de se suicider, quelques années avant de venir me voir, et je pense que le travail accompli leur a donné une vision salutaire. Certains étaient encore troublés lorsque je les ai rencontrés, alors que d’autres avaient rejeté leur pensée d’auto-destruction. J’ai surtout appris que ceux qui affirment ne plus appartenir à la terre doivent être pris au sérieux car ils peuvent encore tenter de se suicider. Ces patients se trouvent dans l’une des trois catégories d’âmes :
  1. Âmes jeunes, très sensibles qui ont commencé à s’incarner sur terre, mais n’y ont pas passé beaucoup de temps. Certaines ont eu beaucoup de difficultés à s’ajuster au corps humain. Elles pensent que leur existence est menacée parce qu’elle est très cruelle.
  2. Âmes jeunes ou anciennes qui se sont incarnées sur d’autres planètes avant de venir sur terre. Si ces âmes ont vécu sur des mondes moins austères, ou cruels, que la terre, elles peuvent être terrassées par des émotions primitives et la haute densité du corps humain. Ce sont des âmes qui ont avant tout la sensation d’être dans un corps étranger.
  3. Âmes moins évoluées et qui se sont incarnées sur terre depuis leur création, mais qui ne fusionnent pas correctement avec leur corps actuel. Ces âmes ont accepté un contrat de vie avec un corps humain dont l’ego est radicalement différent de leur âme immortelle. Elles se semblent pas se trouver elles-mêmes de leur vivant.
 

Alors qu’arrive-t-il aux âmes qui se sont suicidées dans un corps sain ? Elles se sentent, me disent-elles, un peu diminuées dans les regards de leurs guides et de leur groupe, parce qu’elles ont rompu leur engagement dans une vie antérieure. Il y a une perte d’amour-propre venant d’une opportunité manquée. La vie est un don et une bonne dose de réflexion a été investie dans l’attribution de certains corps pour notre usage. Nous sommes les gardiens de ce corps, ce qui demande une sacrée confiance. Mes patients l’appellent “contrat”. Quand une personne en bonne santé, et jeune de surcroît, se suicide, nos professeurs considèrent que c’est un acte d’immaturité flagrante et un renoncement à sa responsabilité. Nos maîtres spirituels ont fait confiance à notre courage et notre capacité de terminer une vie avec des corps fonctionnels, quelles que soient les difficultés. Ils sont très très patients avec nous, mais avec ceux qui se suicident souvent, leur indulgence prend une autre allure. J’ai travaillé avec un jeune patient qui avait essayé de se suicider un an avant sa séance d’hypnose. Au cours de celle-ci, nous avons trouvé la preuve d’une tendance à l’auto-destruction dans ses vies précédentes. À la réunion de son Conseil pour sa dernière existence, alors qu’il se trouvait face à ses professeurs maîtres, un Ancien lui dit :
Une fois encore, tu es ici en avance, et nous sommes déçus. N’as-tu pas appris que le test devient de plus en plus difficile avec chaque nouvelle vie que tu termines ? Ton comportement est égoïste pour plusieurs raisons, dont celle, et pas des moindres, qui fait que tu affliges ceux que tu laisses derrière toi et qui t’aiment. Combien de temps continueras-tu à gaspiller les corps parfaitement valides que nous te donnons ? Dis-nous quand tu seras prêt à cesser de sous-estimer tes capacités et de t’apitoyer sur toi-même.
Je n’ai jamais entendu un membre du Conseil s’en prendre aussi durement à l’un de mes sujets à propos du suicide. Quelques mois après, ce patient m’écrivit pour me dire que quand des pensées suicidaires lui venaient à l’esprit, il les écartait, parce qu’il ne voulait pas affronter cet Ancien à nouveau. Une petite suggestion post-hypnotique de ma part lui a rappelé aisément cette scène dans son esprit conscient ; et cela a eu un effet dissuasif.
Dans les suicides avec des corps sains, deux possibilités : si elle n’est pas récidiviste, l’âme est rapidement renvoyée dans une nouvelle vie, à sa propre demande, pour rattraper le temps perdu. Ce qui peut arriver dans les cinq années qui suivent son décès. L’âme moyenne est convaincue qu’elle se remettra immédiatement en selle, après la chute de la vie précédente. Après tout, nous avons des instincts de survie naturels : la plupart des êtres humains se battent pour rester en vie.
Pour les âmes qui utilisent trop facilement ce parachute quand les choses deviennent trop dures, il existe des lieux de repentir. Ces endroits ne comportent pas un panthéon d’horreurs, et ne sont pas situés dans une quelconque région du monde spirituel, inférieure, obscure et réservée aux seuls pécheurs. Au lieu d’être envoyées dans un purgatoire austère, elles peuvent se rendre sur une jolie planète avec de l’eau, des arbres et des montagnes mais sans aucune forme de vie. Dans ces lieux de solitude, elles n’ont pas de contact avec les autres âmes, à l’exception de visites sporadiques d’un guide qui va les aider dans leurs réflexions et leur évaluation personnelle. Ces lieux d’isolement sont divers et je dois admettre qu’ils me semblent terriblement ennuyeux. Mais c’est peut-être tout l’intérêt. Tandis que vous attendez, assis sur un banc, la fin du match, vos coéquipiers continuent à jouer leurs nouvelles existences dans l’arène. Apparemment, ce remède semble fonctionner car ces âmes reviennent dans leur groupe, fraîches et disposes, tout en sachant qu’elles ont raté beaucoup d’actions et d’opportunités pour leur évolution personnelle.
Néanmoins, il existe des âmes qui ne s’adapteront jamais à la terre. J’ai entendu dire que certaines sont affectées pour leurs futures incarnations sur d’autres mondes. La femme du cas 29 (suicide) se verra présenter une série de choix alternatifs qu’elle aurait pu faire dans sa vie passée. Ils sont présentés en quatre séquences temporelles coexistantes. La première est sa vie actuelle. Lors de ces scènes, elle sera davantage observatrice qu’actrice. Nos guides décident du meilleur moyen de se découvrir soi-même.

Cas 29 : Amy était revenue dans le monde spirituel après avoir vécu dans un petit village rural d’Angleterre où elle s’était donnée la mort en 1860 à 16 ans. Cette âme attendra une centaine d’années avant de repartir sur terre car elle avait des doutes sur ses capacités à affronter l’adversité. Amy s’était noyée dans un étang parce qu’elle était enceinte de deux mois sans être mariée. Son amant, Thomas, venait juste de mourir en tombant d’un toit de chaume qu’il refaisait. J’ai appris qu’ils étaient très amoureux et avaient l’intention de se marier. En revoyant sa dernière existence au moment de la mort de Thomas, Amy me dit avoir pensé que sa vie était finie. Elle ne voulait pas déshonorer sa famille avec les ragots des villageois. Les larmes aux yeux, elle me dit : “Je savais qu’ils me traiteraient de putain, et si je m’étais enfuie à Londres, c’est exactement ce qu’une pauvre fille comme moi serait devenue avec un gosse.”
Dans les cas de suicide, le guide peut offrir la solitude, une régénération d’énergie combative, un retour rapide, ou une combinaison de l’ensemble. Quand Amy repassa la porte du monde spirituel, son guide et l’âme de Thomas étaient bien là pour la réconforter quelques instants. Elle se retrouva ensuite seule avec son guide dans le cadre d’un magnifique jardin. Amy sentit un désappointement chez lui et s’attendit à être réprimandée pour son manque de courage. Avec une certaine colère, elle demanda pourquoi sa vie ne s’était pas déroulée comme prévu au début. Elle n’avait pas vu la possibilité d’un suicide avant de s’incarner. Amy pensait qu’elle devait se marier avec Thomas, avoir des enfants et vivre heureuse dans son village jusqu’à un âge avancé. Elle pensait aussi que quelqu’un avait fait capoter ses projets. Son guide lui expliqua que la mort de Thomas était l’une des alternatives dans cette vie, et qu’elle aurait pu mieux choisir que le suicide. Amy découvrit aussi que le choix de Thomas (monter sur un toit élevé, glissant et dangereux) était raisonnable, plus que raisonnable même, car son âme avait déjà considéré que cet “accident” serait un test pour elle. Plus tard, j’ai appris que Thomas avait failli refuser de monter sur ce toit à cause des “forces intérieures qui le poussaient dans l’autre sens”. Apparemment, toutes les âmes du groupe d’Amy pensaient que sa capacité de survie était plus grande que ce qu’elle-même pensait, sachant qu’elle avait démontré un comportement tenace dans des vies antérieures. Une fois de l’autre côté, Amy réalisa que toute l’expérience était cruelle et inutile. Son guide lui rappela qu’elle avait eu une histoire d’auto-flagellation, et que si un jour elle voulait aider les autres à survivre, elle devait réussir à dépasser cette défaillance. Quand Amy répondit qu’elle n’avait pas eu d’autre choix que de se tuer, vu les valeurs de cette Angleterre victorienne, son guide lui montra la scène suivante dans la bibliothèque [qui permet de visualiser les mémoires akashiques, note d’Hélios] :

Dr Newton : Où êtes-vous maintenant ?
Amy : (un peu perdue) Dans un lieu d’étude…ça a l’air gothique…des murs en pierre…de longues tables en marbre…
Dr N : Pourquoi êtes-vous dans ce genre de bâtiment ?
A : (pause) Dans l’une de mes vies, j’ai été moine quelque part en Europe (au XIIème siècle). J’aimais le vieux cloître de l’église pour y étudier au calme. Mais je sais où je suis maintenant. C’est la bibliothèque des grands livres…les archives.
Dr N : Beaucoup de gens les appellent les Livres de vie. C’est la même chose ?
A : Oui, nous nous en servons tous…(elle marque une pause, comme distraite par quelque chose) Il y a un vieil homme inquiétant dans une tenue blanche qui vient vers moi…il voltige autour de moi.
Dr N : Que fait-il, Amy ?
A : Eh bien, il porte une série de rouleaux, des thèmes astraux. Il marmonne et secoue la tête dans ma direction.
Dr N : Avez-vous une idée pourquoi ?
A : C’est un bibliothécaire. Il me dit : Tu es en avance.
Dr N : Que veut-il dire, d’après vous ?
A : (pause) C’est que…je n’ai pas de raisons convaincantes de revenir si tôt.
Dr N : Des raisons convaincantes ?
A : (s’interrompant) Oh… (souffrant terriblement) pas capable de fonctionner dans la vie.
Dr N : Je vois. Dites-moi ce que fait ensuite ce bibliothécaire.
A : Il y a un grand espace ouvert où je vois de nombreuses âmes le long des pupitres avec des livres partout, mais je ne vais pas dans cette pièce maintenant. Le vieil homme m’emmène dans l’une des petites pièces privées à l’écart où nous pouvons parler sans déranger les autres.
Dr N : Qu’est-ce que ça vous fait ?
A : (secoue la tête en signe de résignation) Je suppose que maintenant j’ai besoin d’un traitement particulier. La pièce ne contient qu’une table et une chaise. Le vieil homme tient un grand livre et il le pose en face de moi comme un écran de télévision.
Dr N : Qu’êtes-vous supposée faire ?
A : (brusquement) Faites attention à lui ! Il pose son rouleau en face de moi et l’ouvre. Ensuite il désigne une série de lignes qui représentent ma vie.
Dr N : Allez-y doucement s’il vous plaît et dites-moi ce que ces lignes signifient pour vous, Amy.
A : Ce sont des lignes de vie – mes lignes. Les lignes denses, échelonnées, représentent les expériences les plus importantes de notre vie et l’âge auquel elles auront probablement lieu. Les lignes plus maigres coupent les principales lignes et représentent une variété d’autres… circonstances.
Dr N : J’ai entendu dire que ces lignes moins marquées sont les possibilités d’action, par opposition aux probabilités. C’est ça que vous voulez dire ?
A : (pause) C’est exact.
Dr N : Que pouvez-vous me dire d’autre sur ces lignes importantes par rapport aux autres ?
A : Bon, les lignes substantielles sont comme le tronc d’un arbre et les autres comme les branches. Je sais que les lignes substantielles étaient mon principal chemin. Le vieil homme montre cette ligne, il me gronde un peu là-dessus, en parlant d’une voie sans issue.
Dr N : Vous savez, Amy, bien que l’Archiviste vous embête à propos de ces lignes, elles représentent une série de choix que vous avez fait. D’un point de vue karmique, il nous est tous arrivé de prendre un mauvais chemin.
A : (avec passion) Oui, mais là c’est sérieux. À ses yeux je n’ai pas fait juste qu’une petite erreur. Je sais qu’il s’inquiète de ce que j’ai fait (marque une pause puis s’écrie) J’AI ENVIE DE LE TAPER SUR LA TÊTE AVEC SON FICHU ROULEAU. JE LUI DIS : “JE VOUDRAIS BIEN VOUS Y VOIR UN PEU !”
À ce moment Amy me dit que le visage du vieil homme s’adoucit et qu’il quitte la pièce quelques instants. Elle pense qu’il lui donne le temps de se reprendre, mais il revient ensuite avec un autre livre. Il est ouvert à une page où Amy peut voir l’Archiviste, jeune, déchiqueté par des lions dans une arène romaine à cause de ses convictions religieuses. Il met ensuite le livre de côté et ouvre celui d’Amy. Je lui demande ce qu’elle voit.
A : Il s’anime en trois dimensions et en couleurs. Le vieil homme me montre d’abord la première page avec un univers composé de millions de galaxies. Puis la Voie Lactée…. et notre système solaire … pour que je me souvienne d’où je viens – comme si je pouvais oublier. Ensuite les pages défilent.
Dr N : J’apprécie cette perspective. Que voyez-vous ensuite ?
A : Ahh… des prismes en cristal …sombres et clairs en fonction des pensées envoyées. Maintenant je me souviens que j’ai déjà fait ça. Encore des lignes… et des images que je peux faire avancer ou reculer dans le temps, dans mon esprit. Mais le vieil homme m’aide de toutes façons.
Dr N : Quel sens, quelle interprétation donneriez-vous à ces lignes ?
A : Elles constituent les points de vie dans l’ordre que vous désirez – dont vous avez besoin.
Dr N : Je ne veux pas avancer sans vous, Amy. Dites-moi juste ce que le vieil homme fait avec vous maintenant.
A : D’accord. Il feuillette les pages jusqu’à une page précise et je me vois sur l’écran dans le village que je viens de quitter. Ce n’est pas vraiment une image – c’est tellement réel – c’est vivant. Je suis là.
Dr N : Faites-vous partie de la scène ou êtes-vous simplement en train de l’observer ?
A : On peut faire les deux, mais là je suis juste censée regarder la scène.
Dr N : Parfait, Amy. Allons voir de plus près cette scène avec ce vieil homme qui vous l’expose. Expliquez-moi ce qui se passe.
A : Oh…. nous allons regarder… d’autres choix. Après avoir vu ce que j’ai fait à l’étang, la scène d’après me ramène en arrière, sur la rive (pause) cette fois je ne me noie pas. Je marche jusqu’au village (rit pour la première fois). Je suis toujours enceinte.
Dr N : (riant avec elle) D’accord, tournez la page. Alors ?
A : Je suis avec ma mère, Iris. Je lui dis que je porte l’enfant de Thomas. Elle n’est pas aussi scandalisée que je l’aurais cru, mais elle est fâchée quand même. J’ai droit à un sermon. Ensuite… elle pleure avec moi et me tient dans ses bras (Amy fond en larmes tout en continuant à parler). Je lui dis que je suis une fille bien, mais que j’étais amoureuse.
Dr N : Iris le dit à votre père ?
A : C’est l’une des alternatives sur l’écran.
Dr N : Suivez-là pour moi.
A : (pause) Nous déménageons dans un autre village et on dit à tout le monde que je suis veuve. Des années après, je me marie à un vieil homme. Ce sont des moments très durs. Mon père a beaucoup perdu quand nous avons déménagé et nous sommes devenus encore plus pauvres qu’avant. Mais nous sommes restés une famille et nous avons finalement mené une bonne vie (pleurant à nouveau). Ma petite fille était magnifique.
Dr N : Est-ce la seule alternative et le seul cours des événements que vous étudiez maintenant ?
A : (résignée) Oh non. Maintenant, j’examine un autre choix. Je reviens de l’étang et j’avoue que je suis enceinte. Mes parents me crient dessus et puis se disputent pour savoir à qui la faute. Ils disent qu’ils ne veulent pas abandonner notre petite ferme pour laquelle ils ont si durement travaillé, ni quitter le village parce que je les déshonore. Ils me donnent un peu d’argent pour aller à Londres et trouver un travail de domestique.
Dr N : Est-ce que ça marche ?
A : (amèrement) C’est exactement ce à quoi je m’étais attendue. Londres n’est pas une bonne chose. J’ai fini dans la rue à coucher avec des hommes (frémit). Je suis morte assez jeune et le bébé est un enfant trouvé qui meurt aussi. Horrible …
Dr N : Bon, au moins vous avez essayé de survivre dans cette autre vie. D’autres choix vous sont-ils montrés ?
A : Je suis de plus en plus fatiguée. Le vieil homme me fait voir un dernier choix. Il y en a d’autres, je pense, mais il va s’arrêter là parce que je le lui demande. Dans cette scène, mes parents pensent encore que je dois m’éloigner d’eux, mais nous attendons jusqu’à ce qu’un marchand ambulant arrive au village. Il est d’accord pour m’emmener dans sa charrette, après que mon père lui eut donné de l’argent. Nous n’allons pas à Londres, mais dans un autre village du canton. Finalement je trouve du travail dans une autre famille. Je leur dis que mon mari a été tué. Le marchand ambulant me donne une alliance en cuivre pour que je la porte et confirme mon histoire. Je ne suis pas certaine qu’ils me croient, ça n’a pas d’importance. Je m’installe dans le village. Je ne me suis jamais mariée, mais mon enfant a grandi en bonne santé.
Dr N : Après avoir vu ces pages avec le vieil homme, et que vous avez réfléchi sur certaines alternatives au suicide, qu’en concluez-vous ?
A : (tristement) J’ai été nulle de m’être tuée. Je le sais maintenant. Je pense que je le savais déjà. Juste après ma mort, je me suis dit : “Mon dieu, quelle chose stupide, maintenant je vais devoir tout recommencer”. Quand je me suis rendue devant mon Conseil, ils m’ont demandé si je voulais repasser le test tout de suite. J’ai dit : “Laissez-moi un moment pour réfléchir”.

Après cette séance, ma patiente parla des choix pour sa vie actuelle et qui impliquaient du courage. Adolescente, elle était devenue enceinte, avait surmonté cette difficulté avec un conseiller de son école, puis avec sa mère, qui n’était autre qu’Iris, la mère de sa vie précédente. Ils l’encouragèrent à s’appuyer sur elle-même et à être courageuse, sans se soucier des opinions des autres. Au cours de notre séance, mon sujet apprit que son âme avait une tendance à porter un jugement prématuré sur les graves événements de sa vie, et ce d’une manière négative. Dans de nombreuses existences passées, il y avait toujours l’idée tenace que la décision prise en période de crise ne serait pas la bonne. Bien que réticente à l’idée de repartir sur terre, elle est aujourd’hui une femme qui a davantage confiance. Elle a passé une centaine d’années entre les vies à réfléchir sur son suicide et sur les décisions qu’elle avait prises avant cette vie-ci. Amy est une âme mélomane et à un moment elle expliqua :
Comme j’ai gaspillé le corps qui m’avait été attribué, je pratique une sorte de repentir. Pendant les récréations, je ne peux pas aller dans la salle de musique, ce que j’aime faire, car j’ai besoin de me retrouver seule dans la bibliothèque. J’utilise les écrans pour revoir mes actions passées impliquant des choix où je me suis nui, et où j’ai blessé ceux qui m’entouraient.
*****************************
Pour avoir un aperçu des deux livres du Dr Newton, lisez les premiers chapitres de “Souvenirs de l’au-delà” en cliquant sur le lien suivant :
Et pour le deuxième tome, allez lire les premiers chapitres de “Journées dans l’au-delà” (livre d’où j’ai transcrit l’extrait ci-dessus) :

Trouvé sur Bistro Bar Blog

 

564838_421844497846621_940363831_n

 

Les suicidés.

Certaines croyances (souvent religieuses) imbéciles, qui vont perdurer au delà de la mort, vont freiner l’élévation vers la Lumière de beaucoup de “suicidés”. Ayant déjà souffert dans cette dimension, il n’y a aucune raison qu’ils continuent à souffrir dans les autres sous-plans des dimensions astrale et mentale.Le problème est qu’à partir de ces croyances fausses, ils ne vont pas oser, de peur d’être jugés, faire face au Gardien du plan (à Dieu ou même à leurs proches partis avant eux) qui va les laisser passer en leur posant, comme à tous, cette grande question “âme qu’as-tu fait de ta vie ?”…..Alors, tout en passant à la Lumière, cette dernière va se dérouler, hors du temps, devant eux (ou en eux, je ne sais plus très bien)…ils seront alors les seuls juges de leurs actes passés.

                                                                                                                                                                                                       

Si un de vos proches met fin à ses jours, n’hésitez pas à lui expliquer tout ça à haute voix, ceci sur trois jours.Nous allons désencombrer ensemble tous ces plans intermédiaires entre la dimension physique et le plan de Transit-Lumière !

Dans le cas où cette âme malheureuse ne nous croit pas (question posée sur ma page facebook), cela devient son problème, il a son libre arbitre….cela fera son chemin quand même et au bout d’un certain temps d’errance, il va y réfléchir à nouveau….un têtu vivant reste un têtu désincarné. En premier c’est à vous d’y croire pour avoir assez de conviction pour le convaincre, car il sentira votre sincérité….Débarrassé de son corps physique éthérique, il aura des perceptions plus fines.

                                                                                                                                                                                                         

N’oubliez pas que Tout Est Parfait et que tout a raison d’être.

Francis.

Ecrit Par Francis Bourcher sur sa page  Accepter de S’éveiller

Sa page youtube

mandalalaluna450 (1)Etincelle

Advertisements

One thought on “LES SUICIDES ET L’AU-DELA

  1. bonjour! l’article est fascinant mais quand est-il de toute ses âmes qui sont rester sur terre jusqu’à aujourd’hui? ainsi que ceux qui sort mort de maladie? pouvait vous me le dire,cela m’interresse beaucoup merci..

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s