“TOUTE VOTRE VERITE” DES LUNDI 2 DECEMBRE SUR LA WEBRADIO BOB VOUS DIT TOUTE LA VERITE

Nouvelle émission sur la webradio BOB VOUS DIT TOUTE LA VÉRITÉ 

DÈS LUNDI ENTRE 20H ET 21H ET EN LIBRE ACCÈS SUR LA WEBRADIO GRATUITE :

Mathieu et ses experts vous permettrons de connaître votre passé, votre présent, votre futur ! Chaque soir, des experts médiums, spécialistes des vies antérieures, mentalistes, voyants, numérologues, et astrologues répondront à toutes vos questions.

Toute Votre Vérité

 

Pour participer à la libre antenne, écrivez nous (avec votre numéro de téléphone) à mathieu@bob-toutelaverite.fr

(faites passer le mot)  

   

Au programme cette première semaine :

Lundi – Vos vies antérieurs avec Claire Thomas Medium
Mardi – Voyance avec EtheOr d’Ancôme
Mercredi – Communication avec vos défunts avec Angelina
Jeudi – Mentalisme avec Pascal de Clermont
Vendredi – Numérologie avec François Decis

 

Voilà toujours pour votre info

781778719.2Etincelle

CONTRIBUER À L’ÉVOLUTION DU MONDE

 

6079054-9073125Comment vous voyez-vous contribuer à l’évolution du monde? Quel est votre rôle unique? Bien que chacun de nous ait des talents et des dons spécifiques, il semble qu’il y ait un objectif commun à savoir pourquoi nous sommes tous ici sur cette planète en ce moment. Beaucoup d’entre nous ont ressenti le désir de quitter cette planète en tentant d’accéder aux dimensions supérieures de l’être dans une variété de façons. Pour beaucoup, cette expérience a contribué à notre croissance et nous a permis de continuer à survivre aux défis de la vie humaine. 

Maintenant, nous sommes appelés à rester fermement reliés à la terre et embrasser complètement notre forme physique, comprenons que c’est simplement de l’énergie, tout comme toute la création. C’est seulement en étant fermement enracinés dans la terre que nous pouvons être conduits à apporter par la lumière de l’amour qui est essentiel pour l’évolution continue de la planète. 

Quel que puisse être votre cadeau individuel, réalisez à quel point vous êtes important comme un phare pour apporter la lumière de l’amour dans votre vie quotidienne où il peut toucher chacun et chacune que vous rencontrez. Ensemble, nous apportons la prise de conscience de l’énergie de l’amour pur de la planète d’une manière qui va complètement transformer tous les aspects de la vie dans ce monde. 

Ted Murray 
Daily Inspirational Message 
Un grand merci à Philippe pour la traduction de ce texte

Photo: Dean Shaw 

Trouvé sur Humanity’s TEAM 

781778719.2Etincelle

SEMER PARTOUT LES GRAINES INTERDITES

 

2013-11-28-18.45.23-500x297

 

Dans une véritable guerre économique mondiale, qui risquent de faire autant de victimes que les guerres territoriales que l’humanité a connu auparavant. Elles ne visent plus a annexer des régions et des richesses minières, elles cherchent seulement à prendre des parts de Marché. Elles ne font plus des « morts physiques » elles font des « morts économiques »… ce qui équivaut, à terme, aux mêmes résultats de souffrances, de détresses et de déchéances.

.

Que se passe-t-il, qui justifie cette alerte ?

Aujourd’hui nous venons d’apprendre que la revue scientifique Food and chemical Toxicology qui a publié l’étude de Gilles-Eric Séralini sur les tumeurs des rats nourris aux OGM est passée sous le contrôle d’un collaborateur de Monsanto qui vient de retirer l’étude, sans aucune explication ni aucune raison scientifique ou éthique…

Cette décision unilatérale montre que nous devons, comme en 1940, organiser la résistance en tous lieux et en toutes circonstances.

.

Contre qui ?

Contre ce qu’il faut bien considérer comme l’une des avancées totalitaires les plus évidentes du programme d’asservissement des populations aux intérêts anonymes des cartels qui dominent nos institutions politiques et économiques.

Ce monde de la science, annexé par un pouvoir occulte, nous ramène aux heures noires de l’obscurantisme moyenâgeux, qui martyrisait les peuples, sous l’inquisition, pour une poignée de tyrans qui gouvernaient au nom de Dieu ! Le Dieu d’aujourd’hui est le dollar et l’euro.

.

Que faire ?

Il faut semer les graines de la liberté sur toute la terre, chaque citoyen du monde doit s’ingénier à faire barrage à cette monstruosité, en semant partout les « graines interdites ». Elles submergeront ce monde du mensonge, de la corruption et de la cupidité…

Que chacun se donne le rôle et les moyens qu’il peut engager, là où il se trouve.

mano-activism-287x300Informer, diffuser, expérimenter… S’instruire, instruire les autres, prendre des actions… Il n’en tient qu’à vous d’apporter votre pierre à l’édifice. Chacun, là où il se trouve, a la possibilité de faire une différence. Un tantinet de créativité, une volonté ferme de mettre terme aux mensonges et vous voilà avec une chaîne YouTube, un blog, un podcast, un éditorial dans votre journal local… vous voilà à coller des affiches dénonciatrices sur les annonces publicitaires, prendre parole à votre conseil municipal… Et vous voilà à prendre action, point!

Il n’y a pas de chef, donc pas de cible à décapiter, nous sommes tous ensemble comme un seul être.

Notre petite part de Colibri associée à toutes les autres dans un formidable élan de solidarité, constitue une force irrépressible.

Source: votre-sante.com via Les brindherbes

Trouvé sur les moutons enragés

781778719.2Etincelle

LES GRANDS SEISMES DU DERNIER MILLENAIRE EN HIMALAYA POURRAIENT BIEN SE REPRODUIRE

 

Durant le dernier millénaire, toute l’énergie élastique générée par la convergence Inde-Tibet a été relâchée via une quinzaine de grands séismes. Leur chronologie irrégulière et leurs surfaces de rupture se superposant partiellement suggèrent que l’énergie emmagasinée entre deux tremblements de terre n’est pas totalement relâchée à chaque grand séisme. Ce relâchement irrégulier pourrait engendrer, dans toute la partie centrale de l’Himalaya, des événements aussi grands, voire même plus grands que celui qui a affecté en 1950 la partie orientale de la chaîne himalayenne, avec une magnitude proche de 8,5.

 

Clock Tower (Université du Népal, Katmandu) après le séisme de 1934

 

© DR
Clock Tower (Université du Népal, Katmandu) après le séisme de 1934.

Le sous continent indien, détaché de l’Afrique il y a 106 millions d’années, est entré en collision avec l’Eurasie voici 56 millions d’années ; depuis, l’Inde tente de progresser sous l’Himalaya-Tibet, et actuellement à la vitesse de 2 cm/an. Le contact entre les deux blocs se fait au niveau d’un grand chevauchement, le MHT (Main Himalayan Thrust – chevauchement himalayen principal ou chevauchement basal). C’est là que les contraintes s’accumulent et se relâchent, provoquant la sismicité de toute la zone himalayenne.

L’étude de la sismicité historique dans cette région pose une question majeure : un grand tremblement de terre comme celui de 1934 (magnitude de moment -Mw – proche de ~8,1), libère-t-il toute l’énergie stockée entre deux séismes par la convergence entre le Tibet et l’Inde, ou bien le relâchement de cette énergie est-il partiel ou encore lié à une énergie demeurée non libérée lors de séismes antérieurs ?

Pour répondre à cette question, les auteurs ont entrepris la revue des grands tremblements de terre du dernier millénaire en Himalaya (figure ci-dessous). Ils ont combiné l’analyse des enregistrements sismiques, de la cartographie des zones d’iso-intensité des dommages, de la paléo-sismicité révélée par une vingtaine de tranchées réalisées à travers les escarpements de failles au front de l’Himalaya ; enfin ils ont tenu compte des archives historiques et des structures sédimentaires induites par les séismes (séismites) du bassin de Kathmandu.

 

 

Ce bassin est en effet rempli de sédiments meubles qui amplifient les mouvements du sol lors des séismes et induisent une suite de destructions/reconstructions d’un grand nombre d’édifices dans cette zone au riche passé historique. Ces sédiments meubles sont également affectés par des déformations lors des grands séismes (séismites).

Les hypocentres (source des séismes) des tremblements de terre de 1934 (Mw~8,1) et de 1833 (Mw ~7,6) ont été localisés. Leur position indique que les ruptures provoquées par ces séismes se sont partiellement superposées le long du chevauchement himalayen principal (MHT) ; ce qui signifie qu’une partie de l’énergie libérée par le tremblement de terre de 1934 était emmagasinée avant 1833 et n’avait pas été libérée par ce premier séisme.

Par ailleurs, les datations 14C des points d’émergence des ruptures des paléo-séismes suggèrent que le séisme de 1344 a rompu une surface longue de plus de ~600 km à l’Ouest de Katmandu, il devait donc s’agir d’un tremblement de terre géant (Mw = 8,6) ; celui de 1255, qui détruisit la ville, a également affecté une immense surface, comme l’attestent des points d’affleurement de la surface rompue au sud de Katmandu et des séismites observées environ 600 km plus à l’Ouest.

La succession des grands tremblements de terre survenus entre 1100 et l’actuel a absorbé la totalité des 20 m de convergence qui s’est produite entre l’Inde et le Tibet durant le dernier millénaire bien que certains grands séismes ne libèrent pas la totalité de l’énergie accumulée élastiquement par la croûte supérieure en une seule fois. Ainsi, dans la zone centrale himalayenne, plusieurs mètres du glissement sismique associé au séisme de 1505 (~8,1 Mw) correspondent à un relâchement d’une part de l’énergie accumulée avant le séisme de 1255, et non libérée par ce dernier.

Ce relâchement de l’énergie sismique irrégulier, ces glissements et ces temps de retour très variables rendent aléatoires l’application du concept de séisme caractéristique en Himalaya ; en l’état de nos connaissances actuel, il est prudent de considérer que des séismes analogues à celui ayant affecté en 1950 la partie orientale de la chaîne himalayenne avec une magnitude voisine de 8,5 peuvent se produire à tout moment et dans n’importe quelle partie de l’Himalaya central.

Cependant, si cette étude souligne les similarités entre le cycle sismique dans les collisions continentales et les zones de subduction océanique, la segmentation importante qui affecte transversalement la croûte continentale de l’Himalaya pourrait y limiter l’extension latérale des très grandes ruptures. Ainsi les méga-séismes, avec une magnitude voisine de 9, qui caractérisent les subductions océaniques ne se produisent pas nécessairement en Himalaya.

Références

Via Sott.net

 

Trouvé sur les moutons enragés

Etincelle

REFROIDISSEMENT DES ALPES DEPUIS 20 ANS

 

 

thumb_photo8~0Les météorologues autrichiens stupéfait du silence ! Des données provenant des Alpes révèlent un refroidissement marqué sur les 2-3 dernières décennies!

Peut-être vous demandez vous pourquoi les alarmistes ont été si silencieux dernièrement ? Ce n’est pas parce que le climat est en surchauffe, au contraire, il commence à refroidir – et ainsi leur imposture est sur ​​le point d’être révélée à l’air libre à la vue de tous.

 

Les données météorologiques autrichiennes montrent que les Alpes européennes ont subies des phases de refroidissement, parfois importantes, au cours des 20 dernières années.

Les données évaluées de l’institut météorologique autrichiennes ZAMG aujourd’hui montrent sans équivoque que les Alpes ont subies des phases de refroidissement au cours des 20 dernières années et plus, ” importantes par endroits” contredisant ainsi grossièrement toutes les revendications bruyantes, projections et scénarios de modèle faites plus tôt par les scientifiques du réchauffement climatique.

 

Cliquer pour voir l'image en taille réelle

 

Le météorologue allemand Dominik Jung a fait un rapport sur les données évaluées provenant des Alpes européennes et conclut sur une étude écrite en allemand :

” Nous sommes évidemment très loin des hivers doux. La tendance se déplace en fait dans la direction opposée ! Il y a quelques années les climatologues recommandaient dans certaines lieux de sports d’hiver dans les Alpes à réduire leurs investissements dans les installations sportives d’hiver – en raison des températures moyennes toujours croissantes, se ne serait bientôt plus la peine. Alors nous nous demandons alors, qui sont les hommes et les femmes qui nous en ont parlé ?

Cliquer pour voir l'image en taille réelle

 

Certains endroits ont vu “un refroidissement important”

Selon une étude d’experts menée par l’Zentralanstalt für Meteorologie und Geodynamik (ZAMG), le service météorologique de l’État autrichien, en utilisant les données météorologiques provenant des 20 dernières années ou plus: “Les hivers y sont en effet indiqué avoir étés plus froids au cours des 20 dernières années, et dans certains endroits très froids. Les deux derniers hivers à Kitzbühel étaient en fait le plus froid des 20 dernières années “.

Jung écrit ensuite également que quatre autres stations de haute altitude dans les Alpes ont été évalués: Zugspitze en Allemagne, Schmittenhöhe en Autriche, Sonnblick et le Säntis en Suisse. résultat :

” Ils ont tous abouti au même résultat étonnant : Les hivers dans les Alpes au cours des dernières décennies sont devenus beaucoup plus froid, les données le démontrent “.

 

Cliquer pour voir l'image en taille réelle

 

Jung écrit que les données de longues séries de données supplémentaires de 20 à 30 ans ont été examinés pour enlever tout doutes aux climatologues.

Jung informe ensuite le lecteur qu’il a demandé aux experts du centre météorologique autrichien sur place de ce qu’ils pensaient des résultats. Selon Jung, la réaction était soit un silence de mort induit par le choc, ou des tentatives de minimiser l’importance des résultats. A la place si nous avions présentés des données sur un réchauffement, nous aurions alors eu tout le contraire de ce silence et de cette minimisation des données… Nous aurions plutôt entendus des cris hystériques sur l’avenir ensanglanté du réchauffement assassin !

Les scientifiques Humiliés

Jung spécule que la raison pourquoi les météorologues et les climatologues ne veulent pas entendre parler des résultats est parce qu’ils ne correspondent pas à leur vision du monde.” Après tout, il y a quelques années, ils étaient quasiment-sûr que leurs prévisions d’hivers sans neige et que le ski allait seulement être possible à très haute altitude.

Les scientifiques ne peuvent pas être humiliés d’une plus grande mesure.

Jung commente vers la fin de son étude qu’il semble que «le réchauffement climatique est devenu une religion. Ceux qui lui appartiennent ne tolèrent pas les nouveaux résultats “, même ceux qui découlent des observations et des mesures solides.

Le météorologiste Jung conclut que c’est presque scandaleux que les autorités responsables ignorent simplement ces conclusions.

Traduction et adaptation de la Terre du Futur selon reno82

source : NoTricsZone

Trouvé sur La Terre du Futur

Alors là vaut mieux vous préparer à affronter le froid. Quand je pense au sdf aux personnes qui risquent de se retrouver aufroid…

781778719.2Etincelle

UN MECANISME INTERIEUR POUR SOIGNER NOS BLESSURES

 

Avons-nous un mécanisme intérieur pour nous aider à soigner de grandes blessures ? Dans son livre « Vilains petits canards », Boris Cyrulnik explique que la résilience nous permet de nous métamorphoser et continuer à vivre après un drame.

 

 
VilainsCanardsGenet a sept ans. L’Assistance publique l’a confié à des paysans du Morvan : « Je suis mort en bas âge. Je porte en moi le vertige de l’irrémédiable… Le vertige de l’avant et l’après, l’épanouissement et la retombée, une vie misée sur une seule carte… »

Un seul événement peut provoquer la mort, il suffit de peu. Mais quand on revient à la vie, quand on naît une deuxième fois et que surgit le temps caché des souvenirs, l’instant fatal devient sacré. La mort n’est jamais ordinaire. On quitte le profane quand on côtoie les dieux, et lorsqu’on retourne chez les vivants, l’histoire se transforme en mythe. D’abord, on meurt : « J’ai fini par admettre que j’étais mort à l’âge de neuf ans… Accepter de contempler mon assassinat, c’était me constituer cadavre. » Puis, quand à ma grande surprise, la vie s’est réchauffée en moi, j’ai été très intrigué par « le divorce entre la mélancolie de mes livres et mon aptitude au bonheur. »

L’issue qui nous permet de revivre serait donc un passage, une lente métamorphose, un long changement d’identité ? Quand on a été mort et que revient la vie, on ne sait plus qui l’on est. On doit se découvrir et se mettre à l’épreuve pour se donner la preuve qu’on a le droit de vivre. 

Quand les enfants s’éteignent parce qu’ils n’ont plus rien à aimer, quand un hasard signifiant leur permet de rencontrer une personne – une seule suffit – pour que la vie revienne en eux, ils ne savent plus se laisser réchauffer. Alors, ils manifestent des comportements surprenants, ils prennent des risques exagérés, ils inventent des scénarios ordaliques comme s’ils souhaitaient se faire juger par la vie, pour se faire acquitter. 

Un jour, le petit Michel a réussi à s’échapper de la cave où son père le jetait après l’avoir battu. Dehors, il s’est étonné de ne rien ressentir. Il voyait bien que le beau temps rendait les gens souriants, mais au lieu de partager leur bien-être, il s’étonnait de sa propre indifférence. C’est une marchande de fruits qui a réchauffé l’enfant. Elle lui a tendu une pomme et, sans même qu’il l’ait demandé, lui a permis de jouer avec son chien. L’animal a manifesté son accord et Michel, accroupi sous les cageots, a entrepris une affectueuse bagarre. Après quelques minutes de grand plaisir, le garçon a ressenti un sentiment mêlé de bonheur et de crispation anxieuse. Les voitures filaient sur la route. L’enfant a décidé de les frôler comme un torero se fait effleurer par les cornes du taureau. La marchande l’a injurié et lui a fait la morale en lui lançant à la tête des explications tellement rationnelles qu’elles ne correspondaient en rien à ce que l’enfant éprouvait. 

« Je m’en suis sorti », s’étonnent les résilients qui après une blessure ont réappris à vivre, mais ce passage de l’ombre à la lumière, l’échappée de la cave ou l’issue du tombeau nécessitent de réapprendre à vivre une autre vie. (…)

L’arrêt de la maltraitance n’est pas la fin du problème. Retrouver une famille d’accueil quand on a perdu la sienne n’est que le début de la question : « Et maintenant, que vais-je faire avec ça ? » Ce n’est pas parce que le vilain petit canard trouve une famille cygne que tout est liquidé. La blessure est écrite dans son histoire, gravée dans sa mémoire, comme si le vilain petit canard pensait : « Il faut frapper deux fois pour faire un traumatisme. » Le premier coup, dans le réel, provoque la douleur de la blessure ou l’arrachement du manque. Et le deuxième, dans la représentation du réel, fait naître la souffrance d’avoir été humilié, abandonné. « Et maintenant, que vais-je faire avec ça ? Me lamenter chaque jour, chercher à me venger ou apprendre à vivre une autre vie, celle des cygnes ? »

Pour soigner le premier coup, il faut que mon corps et ma mémoire parviennent à faire un lent travail de cicatrisation. Et pour atténuer la souffrance du deuxième coup, il faut changer l’idée que je me fais de ce qui est arrivé, il faut que je parvienne à remanier la représentation de mon malheur et sa mise en scène, sous votre regard. Le roman de ma détresse vous touchera, la peinture de mon orage vous blessera et la fièvre de mon engagement social vous forcera à découvrir une autre manière d’être humain. A la cicatrisation de la blessure réelle, s’ajoutera la métamorphose de la représentation de la blessure. Mais ce que le petit canard mettra longtemps à comprendre, c’est que la cicatrice n’est jamais sûre. C’est une brèche dans le développement de sa personnalité, un point faible qui peut toujours se déchirer sous les coups du sort. Cette fêlure contraint le petit canard à travailler sans cesse à sa métamorphose interminable. Alors, il pourra mener une existence de cygne, belle et pourtant fragile, parce qu’il ne pourra jamais oublier son passé de vilain petit canard. Mais, devenu cygne, il pourra y penser d’une manière supportable. 

Ce qui signifie que la résilience, le fait de s’en sortir et de devenir beau quand même, n’a rien à voir avec l’invulnérabilité ni avec la réussite sociale.

Les vilains petits canards
Editions Odile Jacob (Septembre 2004 ; 241 pages) 

 

 

 

Trouvé sur INREE

781778719.2Etincelle

 
 

L’IRRADIATION DES ALIMENTS

 

irradiation aliments

 

Qu’est-ce que l’irradiation des aliments ?

 

L’irradiation des aliments (officiellement appelée “ionisation”) est un procédé utilisé pour décontaminer les denrées, ralentir le mûrissement

 

L’irradiation des aliments a été inventée au milieu des années 40 par des scientifiques français et mise en application dès la fin de la deuxième guerre et est aujourd’hui autorisée dans une soixantaine de pays.

 

Souvent présentée comme moins nocive que d’autres modes de conservation industriels, cette technologie permet surtout de contourner – au moins en partie – l’usage de produits chimiques (dont la toxicité est maintenant largement avérée et peu populaire) ; elle est plus souple d’utilisation que la surgélation (contraignante par le maintien de la chaîne du froid) et peut être appliquée à quasiment tous types de produits, y compris les produits frais, à l’inverse des traitements par la chaleur.

 

Elle permet ainsi un traitement de long terme de très nombreux produits, des déplacements sur longue distance et des stockages de longue durée. Ces avantages, ainsi que son efficacité multi-usages, en font une technologie particulièrement appropriée pour l’économie “moderne” mondialisée et pour le développement des échanges internationaux.

 

Quelles radiations servent pour les aliments ?

 

L’irradiation des aliments ou ionisation se fait avec des radiations ionisantes, soit par électrons projetés à une vitesse proche de celle de la lumière, soit par rayons gamma (issu de substances radioactives, le Cobalt 60 ou le Césium 137),

 

L’irradiation des aliments est-elle sûre ?

 

Les partisans de l’irradiation des aliments la présente comme une solution-miracle contre les maladies d’origine alimentaire ( salmonellose, infections à E. coli 0157 :H7). Mais, de nombreuses études scientifiques montrent que les méfaits de l’irradiation sur la santé sont bien pires que ses bénéfices :

 

– L’irradiation détruit une grande partie des vitamines et des nutriments présents dans les aliments ; il ne faut pas confondre aliments « contaminés » et aliments « irradiés ». Quand on parle de « contamination radioactive » ou de « pollution radioactive », cela signifie que des particules radioactives (et plus précisément des atomes radioactifs) sont présents dans l’aliment.

 

– Certaines bactéries sont très utiles puisqu’elles agissent sur l’apparence des aliments (pourrissement, odeur) et permettent ainsi aux consommateurs de repérer les aliments douteux. Les aliments irradiés paraissent sains, mais ne le sont pas toujours ;

 

– L’irradiation est très souvent utilisée comme substitut à de bonnes pratiques sanitaires ou pour « recycler » des produits atteignant leur date de péremption ;

 

– Les animaux de laboratoire nourris d’aliments irradiés sur de longues périodes souffrent de nombreuses maladies génétiques, de problèmes de reproduction, de déformations et de mortalité précoce.

 

– Selon une étude récente menée par des scientifiques allemands et français (Delincée, H. and Pool-Zobel, B. « Genotoxic properties of 2-dodecyclobutanone, a compound formed on irradiation of food containing fat » Radiation Physics and Chemistry, 52:39-42, 1998), une substance particulière créée par l’irradiation dans les aliments, l’alkylcyclobutanone, pourrait être facteur de cancer.

 

L’irradiation des aliments est risquée

 

Sselon Véronique Gallais,présidente d’Action Consommation,pour le Collectif français contre l’irradiation des aliments

 

“Si l’irradiation ne rend pas les produits alimentaires radioactifs, elle provoque une perte de vitamines et présente des risques de cancérogénèse et de mutagénèse dus à la prolifération de radicaux libres et de molécules nouvelles au sein de l’aliment irradié. Par ailleurs, l’irradiation peut être utilisée comme substitut à de bonnes méthodes sanitaires de production Ou encore, l’équilibre microbiologique de l’aliment irradié étant fragilisé, des agents pathogènes peuvent se développer plus rapidement et proliférer puisque leur “concurrents” ont été éliminés.

 

Sur le plan environnemental, on peut citer les risques liés au fonctionnement des installations (nucléaires) et au transport de matières nucléaires, et les dommages liés aux modes de production et de distribution industriels : pollutions et production de gaz à effet de serre (y compris par la multiplication des transports longs liés à la délocalisation des productions), atteinte à la biodiversité par la spécialisation des productions, destruction de milieux naturels.

 

Enfin, ce mode d’organisation de la production et des échanges agroalimentaires implique des risques socio-économiques. La délocalisation des productions vers des pays à bas coûts sont une menace pour l’emploi et l’économie locale. La spécialisation des productions dans l’agriculture conduit à l’extension de monocultures et de la culture intensive, qui, au-delà des conséquences environnementales qu’elles induisent, compromettent encore davantage la souveraineté alimentaire des peuples de la planète. La concentration des entreprises renforce les multinationales, dont le pouvoir économique, financier et politique constitue une menace réelle pour la démocratie.”

 

 

 L’irradiation, en allongeant la durée de conservation des aliments, risque d’accentuer la délocalisation des productions agricoles. Or ce phénomène met en péril la dynamique de nos économies locales et détruit l’environnement

 

Le Planetoscope fait partie du portail consoGlobe.
© 2012 Planetoscope.com

Trouvé dans Le Nouveau Paradigme

781778719.2Etincelle