L’APPEL DU PROFESSEUR JOYEUX

A l’époque où les gouvernants ont essayé de nous vendre leurs vaccins contre le H1N1 (avec le bide qu’on sait en France), j’avais publié des articles sur le sujet. Les sites alternatifs avaient alors joué un grand rôle dans la mobilisation.

Ce type de sombre manipulation qui joue sur plusieurs tableaux à la fois et menacent directement la santé et les capacités d’éveil d’une population a un rapport avec le fond rédactionnel de ce site.

Ainsi, pour une fois qu’un éminent médecin français s’extrait de la pensée unique inculquée au milieu médical, pour dénoncer avec courage l’arnaque et le très concret danger sanitaire d’un vaccin que veulent sournoisement imposer les labos pharmaceutiques avec la complicité du gouvernement, c’est avec plaisir que je relaie ici son appel.

L’appel urgent du Professeur Joyeux – 10mn

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source)

mandalalaluna450 (1)  Etincelle

Advertisements

AU DELA DU JUGEMENT IL Y A L’AMOUR

 

18267_10152722922067825_4365177298508976679_n

 

Ce texte m’est venu en constatant combien encore de personnes passent du temps à juger les autres, et parfois c’est mêmes nous qui le faisons inconsciemment mais j’ai aussi constaté autre chose de très important. Avec un autre regard sur nous-mêmes, nous pouvons dépasser les jugements et vivre autrement.

 

Lorsque que nous nous rappelons qui nous sommes, nous redevenons conscients d’une autre réalité, et nous ne jugeons plus.

Quand nous sommes pleinement connectés à notre intérieur, nous voyons peu à peu la mémoire de nos origines apparaître. Nous avons alors une vision qui va au-delà des masques que nous portons encore dans la vie sur Terre la plupart du temps.

Quand nous perdons cette vision de nous, de cet autre nous, cela nous met dans situations inconfortables. Nous vivons alors avec des béquilles et nous trouvons des moyens de nous tenir debout mais cela ne suffit pas. Nous vivons avec des illusions.

Tous à un moment faisons l’expérience de la déconnexion avec nous-mêmes, notre intérieur et (ou )  de celle avec la Source.

Les chemins que nous prenons alors nous apprennent à nous connaitre peu à peu. Toutes les expériences « bonnes ou mauvaises » finissent un jour par nous ramener à la pleine conscience de qui nous sommes vraiment.

Toutes les différences entre nous sont dues aux chemins différents que nous prenons pour apprendre tout au long de notre vie pour arriver enfin à nous re-connaitre.

Notre vie ne se résume pas à ces parcours que nous avons sur Terre en ce moment. Dans ce que nous percevons la plupart du temps car nous oublions souvent toutes les autres parties de nous et de notre vie.

A chaque fois que nous nous connectons à notre intérieur, nous nous retrouvons peu à peu. Et nous sommes aussi en connexion avec notre cœur.

Quand nous sommes connectés à toute cette connaissance oubliée, nous n’avons plus aucune raison de nous comparer aux autres.  Nous nous aimons.

L’énergie que nous portons en nous, nous fait vibrer encore plus fort et plus haut.

Dans cet état là, nous sommes remplis de joie et nous réalisons aussi que nous sommes tous unis et que la séparation n’existe pas vraiment, ça n’était qu’une illusion.

Redevons tous pleinement conscients de cette réalité pour vivre dans l’amour et en écoutant notre cœur.

 

Sarah.

KIM PASCHE – UN RETOUR VERS LA VIE SAUVAGE OU QUAND UN JEUNE-HOMME SE TOURNE VERS DES CONNAISSANCES OUBLIEES

Après avoir Tout récemment vu un documentaire sur la rts sur le parcours suivi  par KIM PASCHE, J’ai été très touchée par sa démarche et tout ce qu’il a entrepris. De nos jours, il y a donc pas que les jeunes qui sont collés à internet ou au smartphone mais aussi ceux qui se posent des questions sur notre mode de vie et se reconnectent à la nature.(Etincelle)

 

Kim Pasche

 

QUI EST KIM.PASCHE

En Suisse, il se promène en jeans et baskets. De retour dans les bois, il revêt ses vêtements d’Apache. Pendant huit mois de l’année, ce Vaudois de 32 ans vit dans la forêt, entre les Territoires du Nord-Ouest et le territoire du Yukon, au Canada. Il se nourrit de baies, d’herbes et de bêtes chassées à l’aide d’un arc et de flèches qu’il a fabriqués. Il dépèce les cadavres, tanne les peaux et coud ses propres vêtements à l’aide d’une aiguille en os et de fil en tendon. «J’ai quasiment atteint mon but: entrer nu dans la forêt et y vivre en autarcie totale», dit-il.

Kim Pasche se définit comme un «archéologue expérimental», lancé sur les traces des peuples premiers. Il tente de remonter le fil de l’histoire aussi loin que possible, jusqu’à l’époque des derniers chasseurs-cueilleurs. Ceux qu’il préfère nommer les «collecteurs», par opposition aux «agriculteurs». Un mode de vie que les Occidentaux ont abandonné il y a près de 10 000 ans, à l’ère postglaciaire du mésolithique, quand les populations ont commencé à se séden­tariser pour cultiver la terre. Aux yeux de Kim, c’est à ce moment que l’homme décide de «transformer son environnement plutôt que de s’y adapter».

A l’âge de 22 ans, le Suisse se met en quête d’une terre sauvage, dont les conditions se rapprochent le plus de cet âge préhistorique. Il jette son dévolu sur le Grand Nord canadien, vastes étendues de forêts, de montagnes et de lacs peuplées de caribous, d’élans, et de grizzlis, recouvertes de neige une bonne partie de l’année. Sophie Cartini, une amie, se souvient de lui à la veille de son départ: un garçon à l’optimisme inébranlable, extrê­mement sûr de lui, prêt à tout pour réaliser son but, qu’elle décrit comme «une quête presque ­spirituelle: trouver l’origine de l’homme». «Tout le monde l’a traité de fou, poursuit-elle. Dix ans plus tard, il a montré que c’était possible.»

Il acquiert pour une bouchée de pain un terrain plus grand que le canton de Vaud. Tous les mois d’août, il plonge dans les bois pour parcourir des kilomètres à pied, en nomade. Il passe alors ses journées à chercher sa nourriture, construire une hutte pour dormir et faire du feu. En novembre, il retourne à sa cabane de bois et se fait trappeur, avec motoneige et canoë, à mi-chemin entre le monde moderne et la vie sauvage. Il attrape mouflons, ­caribous, loups, porcs-épics, perdrix. Mais il ne chasse jamais l’ours: «Avec eux, c’est le statu quo: ils ne m’attaquent pas, je ne les touche pas.»

Au printemps, il sort du bois et retourne en Europe pour donner des stages de survie, sa principale source de revenu. «Il y a un fossé entre le fantasme de la vie sauvage et la réalité, explique le jeune homme. Je me suis pris des baffes au début. Ma manière de penser n’était pas adaptée. Lorsqu’il pleuvait, je cherchais un vêtement pour me protéger, avant de comprendre que la meilleure chose à faire est de se mettre à l’abri pour attendre la fin de l’averse. J’ai appris la patience et la concentration.»

Mathias Thorens, un vieux copain d’école, a rejoint le trappeur dans la forêt pour quelques semaines l’an dernier. «A 20 ans, il n’avait pas une vie facile. Il est parti chercher la liberté dans des situations extrêmes, et il s’est fait tout seul, à force de débrouille.» Il existe un danger plus grand que les ours dans les forêts du Grand Nord: les rivières. Lorsque les glaces fondent en été, elles se transforment en torrents redoutables. Sous-estimer leur puissance peut s’avérer fatal. Christopher McCand­less, le protagoniste du film Into the Wild, tiré d’une histoire vraie, en a fait l’expérience lorsqu’il s’est retrouvé pris au piège au fond de l’Alaska, entouré d’une rivière et de montagnes.

Kim Pasche n’aime pas qu’on le compare à l’idéaliste américain, qui cherchait au fond du bois les réponses à ses interrogations existentielles et n’a trouvé qu’une mort solitaire, d’épuisement et de faim. De plus en plus souvent, raconte-t-il, les trappeurs voient débarquer des citadins mal dans leur peau convaincus qu’ils trouveront dans la nature un moyen de redonner un sens à leur vie. «En général, ça se passe mal. Si on ne les évacue pas, ça se termine comme dans le film.»

Avant d’apprendre à parler aux grizzlis, le jeune homme grandit à Moudon dans une famille d’agriculteurs et de bûcherons. Il passe son enfance à l’orée de la forêt, au côté de son grand-père. Un «pionnier», raconte-t-il, qui se chauffait à l’électricité solaire lorsqu’on commençait à peine à en parler en Suisse. Pendant ses études au gymnase de Lausanne, il se voit éducateur spécialisé, mais se lasse vite des «théories». Il décide alors de se lancer dans l’artisanat du cuir et acquiert une pile de peaux tannées qu’il entrepose dans le grenier de son grand-père. Ses projets partent en fumée lorsqu’un incendie emporte la maison de son aïeul.

Sa fascination pour les techniques anciennes le conduit à Gletterens, dans la Broye, où des archéologues ont reconstitué un village lacustre du néolithique. Il est engagé comme animateur, pour montrer aux curieux et touristes de passage comment tailler des flèches en silex et faire un feu avec deux bouts de bois. Peu à peu, Kim Pasche se heurte aux limites de l’expérience. «On tente de comprendre les modes de vie humains en reproduisant leurs techniques, mais on ne saisit pas leur vision du monde. Je voulais retrouver les conditions de vie des peuples premiers et les expérimenter au quotidien.»

Daniel Dall’Agnolo a rencontré le jeune homme à cette période. Au­jourd’hui responsable de la médiation culturelle du Laténium, musée archéologique à Hauterive, dans le canton de Neuchâtel, il est à l’origine du projet de village lacustre. «Kim Pasche voulait tout ­expérimenter seul, se souvient-il. L’autarcie qu’il recherche est peut-être un mythe. Il y a 13 000 ans, il y avait déjà des écoles, des échanges entre communautés. Les chasseurs-cueilleurs vivaient en groupe. Kim Pasche est un solitaire, c’est la limite de son expérience. Mais c’est le résultat qui compte, et il a développé une connaissance exceptionnelle de la nature dont nous aurons tous besoin un jour», estime l’archéologue.

«A chaque fois que je sors du bois, dit Kim Pasche, je me dis que, ce que je vis ici, c’est la réalité. Je touche au vrai quand je dois me démerder pour attraper un animal, pas quand je reçois un salaire à la fin du mois.» Pourtant, l’homme des bois n’est pas un utopiste. Pendant quatre ans, il travaille quelques semaines comme saisonnier pour baliser les terres vierges au nord du Canada afin de les préparer à l’exploration par des compagnies minières, qui génèrent des millions avec l’extraction de l’or, du cuivre ou du cobalt. Déposé par hélicoptère en haut d’un sommet, il parcourt alors le terrain en raquettes et plante un piquet tous les 500 mètres, suivant des coordonnées GPS. A raison de sept jours sur sept pendant un mois, le travail peut rapporter jusqu’à 15 000 francs.

Comment vivre en paix dans la nature tout en travaillant pour ceux qui l’exploitent? «Il n’y a aucune différence entre acheter un iPhone et participer à l’extraction du minerai qui sert à le fabriquer», rétorque le jeune homme, qui s’est fait voler son téléphone quelques jours plus tôt. «Nous vivons de façon illimitée dans un monde aux ressources finies, j’appartiens à ce système et j’ai besoin d’argent, comme tout le monde. La différence, c’est que j’ai appris à m’en passer. Si on m’ôte mes biens demain, je n’irai pas manifester dans la rue. Mais mon but n’est pas non plus de m’extraire de la civilisation et de vivre en ermite. Je veux transmettre mes connaissances.»

A l’état sauvage, Kim Pasche tente de déprogrammer son mode de pensée: «On place de la morale dans ce qui nous arrive. On croit que la nature nous en veut. Dans les bois, j’ai appris que les choses ne sont ni bonnes, ni mauvaises, elles sont, c’est tout.» A 10 ans, le premier livre qu’il achète avec son argent de poche, se souvient-il, est intitulé Manuel de la vie sauvage. Désormais, il écrit lui-même le mode d’emploi. Il est l’auteur d’un ouvrage sur les techniques pour faire du feu, fabriquer des cordes, des colles végétales, un arc et des flèches*.

Des techniques qu’il s’apprête à perpétuer: le gouvernement canadien vient de lui octroyer un titre pour enseigner les «savoirs ancestraux» à l’école, dans le Yukon. «Un jour ou l’autre, on me demandera, à raison, de quel droit un descendant des colons apprend aux autochtones à fabriquer un arc et des flèches.» Pour résoudre ce paradoxe, Kim Pasche compte se rendre dans la forêt amazonienne l’an prochain, en compagnie du Français Eric Julien, introduit parmi les Indiens kogis de Colombie. Là, il ­demandera un accord aux chefs locaux pour transmettre ses connaissances et obtenir le statut de «passeur de nature».

A la veille de son retour au Canada, Kim Pasche se réjouit: il a convaincu sa copine de l’accompagner dans les bois. «Un travail continuel. Peut-être même le plus difficile», glisse-t-il.

* Arts de vie sauvage, gestes premiers. Kim Pasche, Bernard Bertrand. Ed. de Terran (2013).

Sources : Le-Temps.ch et 24heures.ch

 

D’autre part j’ai découvert aussi son site  LES GENS DES BOIS

KIM ORGANISE  des stages en Suisse, en France au Canada :   

  • Autonomie en milieu sauvage
  • Confection d’arcs
  • Immersion en pleine nature

 

SON LIVRE :

bookcoverLe livre « Arts de Vie Sauvage et gestes premiers », écrit par Kim Pasche et Bernard Bertrand est sorti au mois de septembre 2013 aux Editions de Terran.

 

Et pendant quelques jours encore vous pouvez revoir l’émission du 22 mai  sur Passe-moi les Jumelles

 

Voilà ce que je voulais vous faire découvrir

mandalalaluna450 (1)  Etincelle.

“NATURE” UN DOCUMENTAIRE A VOIR ABSOLUMENT

Un très beau documentaire de 87 minutes (sorti fin 2014 en France), raconté par Lambert Wilson, que je vous recommande chaleureusement. Vous ne serez pas déçus. Surtout, n’oubliez pas de mettre en grand écran.

Quelques captures d’écran :

Quand le désert fleurit
Coucher de soleil en Namibie
Les gnous sont assoiffés
Mais le crocodile veille, lui, il a faim
Les lionceaux

Beaucoup d’autres animaux aussi et des prises de vue superbes.

LIEN vers le film. (Le film est diffusé en 720p. Si le débit est trop lent,  passez en 360p)
 

Trouvé sur Bistro Bar Blog

mandalalaluna450 (1)  Etincelle