INDIENS D’AMERIQUE : UN GENOCIDE TRANQUILLE ET PRESQU’ACHEVE

C’est l’un des plus grands génocides de l’histoire, plus grand encore que celui qui nous est continuellement ressassé, car l’on parle ici de 80 millions à 100 millions de personnes! Et pourtant, celui-ci continue tranquillement. Les amérindiens sont « protégés », principalement en tant que source de revenus, avec la visite des zoos réserves, grâce au cinéma, à la culture, mais sinon… Leur principal droit est celui-ci de conserver le silence, aux États-Unis, le « blanc » reste maitre!(Benji)

fond-decran-amerindiens

Les Etats-Unis ne voient pas d’un bon oeil que le sort des Indiens d’Amérique soit pour la première fois à l’ordre du jour des Nations-Unies. Car il s’agit de se pencher sur le sort d’une population de 2,7 millions d’habitants ravagés par une multitude de fléaux et dans des proportions effroyables. Mais qu’en attendre? Car la parole de ces exterminés est inaudible.

Un jour d’avril 1973, un militant noir américain pour les droits civiques, Ray Robinson, qui a longtemps suivi Martin Luther King, débarque à Wounded Knee, dans le Dakota du Sud. Il souhaite apporter son soutien à la cause des « Native Americans », ainsi que l’on nomme les Indiens aux Etats-Unis, qui manifestent contre les injustices dont ils sont victimes dans le pays. Wounded Knee est un lieu emblématique et de sinistre mémoire. C’est là, en effet, que furent massacrés et jetés dans une fosse commune entre 150 et 300 hommes, femmes et enfants au matin du 29 décembre 1890, par le 7ème régiment de Cavalerie du Colonel James Forsyth. Sitôt arrivé dans ces lieux où résident toujours une petite communauté indienne, Ray Robinson appelle sa femme qui lui demande de rentrer à la maison, inquiète car elle sait que la situation sur place est explosive. Elle ne le reverra jamais. Après avoir reçue l’annonce de la mort de son époux, Cheryl n’a jamais pu savoir ce qui était arrivé à son mari ni où son corps avait été enterré.

Voilà quelques jours, quarante ans plus tard, Cheryl a fait le voyage de Détroit à Sioux City pour témoigner de son histoire. Le gouvernement américain refuse toujours de communiquer sur le sort de son mari, officiellement parce que le cas est toujours en cours d’investigation par le bureau du FBI de Minneapolis. A Wounded Knee, plus personne ne se souvient de Ray Robinson. Une épisode parmi tant d’autres dans l’histoire des militants de la cause des Indiens d’Amérique, qui n’a jamais bénéficié d’un large soutien populaire et que beaucoup voudraientt voir s’éteindre.

Et de fait, cynisme et indifférence se conjuguent pour ensevelir année après année la mémoire des peuples indiens presqu’entièrement anéantis en Amérique du Nord.

On ne va pas le nier, les Apaches, les Cheyennes, les Iroquois, les Sioux ou les Esquimaux ne nous inspirent pas, la plupart du temps, un sentiment extrême de culpabilité. Mais ce n’est rien comparé au pays du Western et de la Country. Pas plus que le Jazz ou le Blues ne suscitent leur part de tristesse chez leurs amateurs et ne réveillent chez eux les souvenirs tragiques des lynchages des Noirs, ces genres populaires ne renvoient à la réalité d’un génocide toujours en cours dans l’indifférence générale.

 

Lorsqu’un Américain de l’Illinois souhaite acheter ses cigarettes à bas prix (un paquet coûte ici actuellement 10 dollars), il prend la route du sud de l’Etat ou de l’Indiana voisin, pour s’approvisionner dans l’un des territoires octroyés aux tribus indiennes locales. Là, il paiera son paquet de cigarettes 4 dollars en moyenne. Dans un certain nombre de ces tribus, qui sont des milliers à travers les Etats-Unis, on peut également se procurer de l’alcool à bon marché, jouer au casino (dans 452 d’entre-elles) ou, si l’on se sent possédé par le mal (ce qui est très en vogue), consulter un shaman. Il est toujours très exotique de s’offrir une escapade dans ces drôles d’endroits. Pourtant, l’Américain moyen ne s’y risque pas trop.

En effet, 2,1 millions de ces Indiens, soit l’écrasante majorité, vivent largement sous le seuil de la pauvreté. La vision offerte par bien des campements tient purement du bidonville. Et une fois passé ses limites, c’est un voyage en enfer qui commence. L’alcoolisme y prend des proportions catastrophiques. Le chômage y bat tous les records du pays. La maladie s’y propage et tue comme dans les pires zones de la planète. Le suicide, celui des jeunes en particulier, crève le plafond des statistiques. Les Indiens vivant à l’extérieur des tribus n’y reviennent eux-mêmes que pour se faire soigner lorsqu’ils n’ont pas, chose courante, accès au système de santé américain.

Anthony B. Bradley est Professeur de Théologie au King’s College de New York et Spécialiste des questions raciales aux Etats-Unis. « Si quiconque pense que le gouvernement fédéral sait ce qui est bon pour les communautés locales, explique t-il, il ferait bien de visiter une Réserve Indienne Américaine. Les Natifs Americains [Indiens d’Amérique, NDA] sont aujourd’hui plongés dans le cauchemar de la privation de soins et d’économie qui est la conséquence directe des problemes crées par le Gouvernement lequel, en imposant des solutions sensees résoudre les problemes, rend ceux-ci bien pires en retirant aux communautées leur autonomie. »

Tel est le prix à payer pour les Indiens d’Amérique, afin de rester sur la terre de leurs ancêtres, grâce aux concessions faites par le gouvernement fédéral. Pourtant, les Etats abritant ces réserves n’ont de cesse de rogner ces droits et de tenter de récupérer par tous les moyens ces espaces.

Pire, une certaine propagande laissant entendre que les Indiens d’Amérique auraient fait le choix de vivre dans ces conditions a fort bien fonctionné dans l’esprit collectif. Or, cela repose sur une contre-vérité historique.

 

L’une des plus graves violations des Droits de l’Homme dans le monde

En effet, peu rappellent le grand mouvement de délocalisation qui fut la conséquence de l’Indian Removal Act [Loi sur le Retrait Indien, NDA] lequel, au milieu du XIXe siecle, contraint les Indiens à délaisser leurs terres historiques au gouvernement pour se concentrer dans les zones qui leur étaient réservées en échange. En 1890, il était devenu interdit aux Indiens de sortir hors de leurs réserves afin de s’approvisionner en nourriture. Une étude du ProfesseurJeffrey E.Holm, de l’Université de Médecine du Nord Dakota, a mis en évidence que le changement de régime alimentaire imposé durant des décennies aux tribus indiennes a engendré une surmortalité aujourd’hui toujours existante, en raison des pathologies qu’elles ont engendrées pour des peuples qui ne pouvaient plus se nourrir comme ils l’avaient fait durant des millénaires.

En 2010, les Etats-Unis, dans la foulée du Canada, fut le dernier pays au monde à ratifier la Déclaration des droits des Peuples indigènes aux Nations-Unies. Une des rares concessions faites par un pays qui place souvent l’Histoire au dernier rang de ses préoccupations, si ce n’est pour en offrir une version idéalisée. Mais en l’espèce, il est impossible d’idéaliser la réalité sur laquelle s’est construite l’Amérique. En effet, 90% des tribus amérindiennes ont disparu à la suite de l’arrivée des Européens en Amérique du Nord, la plus grande partie à cause des maladies, la partie restante par les armes.

Mais ce n’est pas tant cette réalité historique qui rend ces jours-ci le rôle du Professeur James Anaya complexe, en tant que Rapporteur spécial des Nations-Unies sur les Peuples indigènes. Bien que, pour la première fois de leur histoire, l’organisation se penche, du 23 avril au 4 mai, sur le sort des Indiens d’Amérique, ce qui en soit est déjà un événement notable, c’est avant tout pour regarder en face une réalité qui n’est pas celle du passé mais celle du présent.

Cette réalité concerne les 2,7 millions d’Indiens vivant actuellement sur le territoire des Etats-Unis, et qui constitue l’un des cas de violation des droits de l’homme a grande échelle le plus emblématique de toutes les nations développées.

 
Article complet sur Marianne

 

tens-of-thousands-first-nation-children-died-in-residential-schoolsC’est encore un autre fichier de l’histoire interdite, une autre leçon,que  vous n’apprendrez jamais à l’école soit celle du génocide canadien des enfants des Premières nations

 Les dossiers de la mort de dizaines de milliers d’enfants des Premières nations qui sont morts pendant la période de résidence « écoles » [c.-à-camps d’extermination] qui opéraient au Canada ,ont été remis à la Commission Vérité et Réconciliation.
Plusieurs gouvernements provinciaux ont abandonné les dossiers à la commission, qui va maintenant recouper les informations avec des listes d’élèves pour déterminer qui, parmi les enfants sont morts tandis que dans le soin de l’église-run « écoles » et où ils pourraient être enterrés.

« Nous entendons des survivants d’avoir perdu des êtres chers dans les écoles et de ne pas savoir ce que leur sort était, ce qui leur est arrivé, s’ils sont morts et, s’ils sont morts, où ils sont enterrés», a déclaré Kimberley Murray, directeur exécutif de la commission. «C’est une vérité importante, ils doivent avoir avant de pouvoir aller de l’avant à la réconciliation. »

La Colombie-Britannique a ouvert les vannes de la libération de 4.900 dossiers de décès pour les enfants âgés de 4 à 19 -. Le premier lot, il y a quelques mois et plus tard le vendredi de la province registraire général, qui est en charge de l’état civil, a fait appel à des collègues à travers le pays à ouvrir leurs archives, ainsi, et de l’Alberta, la Nouvelle-Écosse et du Nouveau-Brunswick ont emboîté le pas. Manitoba, l’Ontario et les territoires collaborent avec la commission sur la libération de leurs dossiers, a déclaré Murray. Environ 150.000 des Premières nations, des Inuits et des Métis enfants rendit à l’église-run « écoles », le dernier qui a fermé en 1996. Beaucoup d’enfants ne sont jamais retournés dans leurs foyers, selon la commission. Certains se sont enfuis, certains sont morts.

«Souvent, leurs parents et les familles n’ont jamais été informés de leur disparition ou de la mort », a indiqué la commission dans un rapport provisoire.

Article complet sur Michelduchaine.com

 

Trouvé sur les moutons enragés

mandalalaluna450 (1)Etincelle

Advertisements

UN ARTEFACT DE 250 MILLIONS D’ANNÉES D’UNE CIVILISATION EXTRÊMEMENT AVANCÉE AURAIT ÉTÉ DÉCOUVERT EN RUSSIE

Soyons un minimum sérieux avec ce genre d’informations, car bien sur, aux premiers abords, on pourrait penser que c’est tout simplement impossible! Et pourtant, il manque toujours des réponses que nous n’aurons probablement jamais… (Benji)  Par exemple:

01 mexico egypt indonesia pyramids connection atlantis

Et les questions sont nombreuses, quand aux réponses….

Voilà pourquoi cette question intrigue autant… Réalité ou mystification? Enfumage ou secret pouvant remettre en cause tout ce que nous savons du passé?

9kamen_s_chipom_2Des scientifiques russes ont fait une déclaration sensationnelle : une civilisation surdéveloppée existait sur la Terre avant l’humanité. Cette conclusion a été faite par des chercheurs des régions de Rostov et de Krasnodar après qu’un habitant de Labinsk ait fait une découverte unique.

Pendant la pêche, Viktor Morozov a découvert une pierre inconnue, à l’intérieur de laquelle se trouvait une «puce», a déclaré l’éditionMir Novosteï (Monde de nouvelles). Après une analyse de l’«artefact» trouvé, les experts ont conclu qu’elle appartenait à une civilisation plus avancée que l’humanité, celle qui a vécu sur la Terre avant nous. La découverte unique a été conservée depuis les temps anciens grâce à l’«immersion» dans la pierre, expliquent les chercheurs.

La veille, le laboratoire du Département de géologie de l’Institut polytechnique de Novotcherkassk dans la région de Rostov a établi l’âge de la découverte. Il s’est avéré que la pierre inhabituelle avait environ 250 millions d’années. Ce fait est la preuve de l’existence sur la Terre d’une civilisation surdéveloppée longtemps avant l’apparition de l’homme antique. Probablement, nous pourrons atteindre leur niveau de technologie seulement dans un avenir lointain.

Source: La voix de la Russie

 

Trouvé sur les moutons enragés

mandalalaluna450 (1)Etincelle

RÉALISEZ-VOUS LE POUVOIR DE VOS CROYANCES ?

pouvoir3

 

par Dominique Lacroix

Pour être capable d’ouvrir votre cœur à la Lumière afin de participer activement à l’émergence d’une Nouvelle Réalité sur Terre, il est essentiel de réaliser le rôle que les systèmes de croyances jouent dans votre vie.

Considérez d’abord ce qui forme le cadre de la réalité telle qu’elle est reconnue par la majorité des êtres humains dans une société. Ce qu’on appelle « la réalité » est basé sur un consensus social sur ce qui est acceptable, ce qui est vrai et ce qui est mesurable. Il y a donc des notions et des concepts (ou systèmes de croyances) communément acceptés dans une société donnée qui forment le cadre dans laquelle cette société évolue. Et tout ce qui n’entre pas dans ce modèle est bien souvent rejeté et même ridiculisé. Des pionniers dans tous les domaines se sont heurtés à la résistance créée par les croyances en vigueur dans la société. C’est pourquoi le changement peut être si long ou difficile. Un exemple très connu est celui du temps où la majorité des humains croyaient que la terre était plate ou encore que le soleil tournait autour de la terre. Les premiers qui ont voulu changer ces fausses conceptions ont été ridiculisés, rejetés et même emprisonnés avant que cette nouvelle interprétation du monde soit acceptée par la masse.

D’une certaine façon, rien n’a vraiment changé aujourd’hui. Il y a des croyances très répandues sur ce qui est vrai et acceptable dans notre monde et ces croyances forment la base de la vie dans notre société. Pour beaucoup, changer ces croyances signifie perdre pied, perdre ses points de référence et faire face à un inconnu qu’il est difficile d’accepter. Or on pourrait dire que nous sommes à une époque semblable à celle où l’on croyait que la Terre était plate. Car nous entrons dans un nouveau paradigme de conscience. Tout ce que nous avons cru vrai jusqu’à maintenant est en train d’être renversé, par exemple : « que nous sommes seuls dans l’univers, qu’il n’est pas possible d’avoir accès aux dimensions invisibles, que personne n’est revenu de la mort pour nous dire ce qui en est, que les extraterrestres n’ont jamais visité la Terre, que la civilisation humaine date d’environ 12 000 ans seulement, qu’on ne saura jamais d’où nous venons et qui nous a créés, qu’il est impossible d’avoir accès directement à la conscience ou à l’énergie divine, qu’on ne peut contourner notre destin ou karma, que la chance et le hasard déterminent notre vie, que la justice et l’abondance pour tous sont impossibles » et des milliers d’autres !

En dépit d’évidences de plus en plus importantes, une grande majorité de gens refuse encore d’admettre ces possibilités comme étant réelles. Faites vos propres recherches avec un esprit ouvert et tirez vos propres conclusions sur la façon dont la réalité est définie par nos sociétés modernes et sur le déni ou la désinformation qui prévalent.

Il en va de même des croyances que vous avez sur vous-même et sur vos possibilités d’expression et de création. Celles-ci vous encadrent et limitent vos possibilités à votre insu, à moins que vous n’en preniez réellement conscience.

Une façon simple de comprendre comment vous fonctionnez est de comparer le cerveau humain à un ordinateur. On pourrait dire que son programme de base est implanté pendant l’enfance. Ce programme comprend la langue que vous parlez, la religion, les valeurs culturelles et sociales du groupe dans lequel vous avez été élevé ainsi que toutes les croyances provenant de votre histoire personnelle, de votre famille, de vos éducateurs et ainsi de suite… Puis au fil du temps, votre programme se raffine, vous y ajoutez de nouvelles fonctionnalités sous forme de croyances, d’idées préconçues, de peurs, d’émotions non résolues et refoulées. En même temps, vous raffermissez les anciennes croyances qui s’enracinent de plus en plus. Cette comparaison peut paraitre facile, cependant elle est très près de la réalité. Le cerveau d’un jeune enfant est comme une éponge qui s’imbibe de tout ce qui l’entoure sans discrimination. Tout comme il apprend naturellement le langage maternel, il adopte inconsciemment les croyances, les comportements, les habitudes et la façon de percevoir le monde et la réalité du milieu dans lequel il grandit.

Lorsque vous n’êtes pas conscient d’avoir un tel programme, c’est lui qui se charge de diriger votre vie. Il vous fait réagir d’une façon automatique à certains stimulus et il vous aide à faire des choix en utilisant les mémoires inconscientes antérieures comme points de référence. Dans cet état, vous êtes dirigé par le programme dont l’ultime opérateur est le subconscient – car c’est votre égo humain artificiellement fabriqué qui est aux commandes de votre véhicule terrestre et qui détermine comment vous percevez et créez votre réalité.

Les systèmes de croyances font partie de la constitution de l’être humain. Vous projetez vos croyances (conscientes et inconscientes) à l’extérieur de vous constamment et les circonstances de votre vie vous reflètent ces croyances. C’est pourquoi on peut dire que votre vie extérieure est le reflet de votre état d’être intérieur. Ce que vous attirez à vous sur la base de vos systèmes de croyances contribue ensuite à renforcer votre croyance initiale en vous confirmant que ce que vous croyez est vrai. C’est ainsi que vos systèmes de croyances vous maintiennent dans une perception limitée de la réalité. Elles sont le fondement de votre histoire personnelle et les remettre en question implique des changements auxquels il peut parfois sembler difficile de faire face. Cependant, il est essentiel de réaliser que les croyances fausses et limitatives contribuent à vous garder dans l’illusion.

Encore une fois, si vous croyez que l’argent est difficile à gagner, cela devient votre expérience. Cette expérience renforce votre croyance et vous vivez dans la peur de manquer d’argent. Vous vous sentez frustré et impuissant dans un système auquel vous croyez ne pouvoir rien changer. C’est un cercle fermé qui vous maintient sous la domination de votre conditionnement. Vous répétez constamment les mêmes comportements, vous avez les mêmes réactions face aux mêmes situations qui entrainent toujours les mêmes résultats. Vous avez remis à l’extérieur de vous le pouvoir de créer votre réalité quotidienne.

Si vous n’aimez pas ce qui vous arrive, vous ne devez pas hésiter à rechercher les systèmes de croyances erronés et limitatifs qui vous habitent la plupart du temps inconsciemment. Ce processus de nettoyage des croyances limitatives peut se faire facilement, car vous avez toujours le choix ! Une fois que vous identifiez une croyance qui vous limite, décidez simplement de la changer. Demandez à l’éliminer de vos cellules, puis choisissez la croyance qui vous convient et qui soutient l’expression de vos buts et de vos désirs. Vos croyances doivent vous permettre d’évoluer, de créer et ultimement de vous exprimer avec liberté, joie et passion.

Les nouvelles fréquences lumineuses qui sont maintenant dispensées dans notre atmosphère sont une invitation pressante à prendre conscience de ce que vous êtes véritablement. La grande question pour vous est de savoir qui est aux commandes de votre véhicule matériel terrestre ? L’illusion est tellement forte que beaucoup sont encore assis sur le siège arrière tout en se croyant bien ancrés sur le siège du conducteur – inconscients d’être inconscients !

Le processus d’auto réalisation qui consiste à réintégrer tous les aspects de votre être en un seul est dépendant de votre capacité à changer vos systèmes de croyances en élargissant vos perspectives ! Car sans une profonde honnêteté envers vous-même et la constatation que vos pensées et vos croyances inconscientes vous contrôlent encore, aucun changement profond ne peut avoir lieu. Ce vieux programme dit, entre autres : « je suis fait comme ça et je ne peux changer », « c’est dans mes gènes et dans mon hérédité, donc je n’y peux rien », « si la science ne peut le démontrer, alors ce n’est pas vrai », « je vis dans la pauvreté, il est impossible de m’en sortir », « je suis malade et sans moyens », « ce n’est pas ma faute » « le changement vient par des circonstances extérieures hors de mon contrôle » et ainsi de suite – la liste est longue. Si une de ces expressions fait encore partie de votre vocabulaire, posez-vous honnêtement la question suivante : avez-vous vraiment le contrôle de votre vie ?

Alors si ce n’est plus le subconscient qui dirige, qui peut commander au subconscient, qui peut prendre le contrôle sur les fonctions automatiques de votre cerveau ? C’est votre être véritable tel qu’il a été originellement créé, avec sa conscience universelle reliée en permanence à la Source créatrice. C’est votre âme spirituelle, votre aspect infini, immatériel et immortel.

Pour prendre place sur le siège avant et créer votre vie positivement et consciemment, vous devez être en contrôle de vos croyances et ne pas les laisser diriger votre expérience de la vie sans votre accord conscient. Vous devez pouvoir laisser de côté les vieux systèmes de croyances qui limitent vos possibilités d’expansion et de changement. Le changement de conducteur se fait rarement de façon subite, il est progressif. Il résulte d’une reprogrammation de tout votre être, c’est ce que l’on peut appeler le processus d’auto réalisation. Cependant, la décision de changer peut être prise en un instant et marque le début d’une nouvelle vie.

La clé du changement réside dans la conscience. Reconnaissez que vous êtes avant tout un être spirituel qui a choisi de s’incarner dans un corps physique. Puis croyez en vos capacités de créateur, dans ce corps physique, tel que vous êtes en ce moment ! Reconnaissez dès maintenant qu’il est possible de vivre dans une réalité dont les fondements sont l’unité et l’amour inconditionnel. Être capable de rester ouvert et d’élargir votre conscience à de nouvelles possibilités est ce qui ouvre la porte à la connaissance et à l’évolution. Et lorsque vous êtes capable d’élargir votre conscience, c’est là que vous êtes capable d’accepter de nouveaux concepts et de faire l’expérience d’un changement dimensionnel de réalité.

Pouvez-vous imaginer une vie où il n’y plus de souffrances pénibles et où vous ne vous sentez plus seul ? Une vie où vous n’avez pas à avoir peur de vous faire manipuler ou contrôler par d’autres, mais où l’amour, la coopération, l’harmonie sont les valeurs de base ? Pouvez-vous imaginer une vie où il y a encore des défis à relever et des expériences à traverser pour évoluer et élargir vos possibilités d’expression, mais tout cela vécu en se sentant connecté et soutenu ? Si oui, pourquoi ne pas commencer à croire que cela est possible dès maintenant ! C’est votre croyance qui aidera cette réalité à émerger autour de vous. En retrouvant votre unité intérieure, vous vous sentirez soutenu et guidé dans vos choix et vos décisions par votre connexion avec l’intelligence universelle qui est en vous.

Lorsque les basses fréquences générées par le sentiment de séparation, l’impuissance, la manipulation, le contrôle ou la peur du manque provenant de vos vieux systèmes de croyances sont éliminées de votre champ énergétique, vous n’êtes plus une correspondance vibratoire pour ces énergies et elles vous abandonnent peu à peu… et ainsi se transforment votre vie et la réalité autour de vous.

 

Trouvé dans La Presse Galactique

mandalalaluna450 (1)Etincelle

DES HACKERS PUBLIENT DES DOCUMENTS CONFIDENTIELS DÉMONTRANT LE FINANCEMENT DU CONFLIT UKRAINIEN PAR LES AMÉRICAINS

Ça, c’est pour ceux qui auraient encore un doute sur l’origine de la situation en Ukraine. Étonnamment (enfin, plus vraiment…), c’est la même que pour de nombreux autres conflits sur la planète… (Benji)

2014-11-26_07h07_39

Dès qu’il s’agit de faire la guerre, l’oncle Sam est bien généreux… surtout si c’est dans son intérêt. Cette information révélée par le groupe de hackers ukrainiens Cyber Berkut et relayée par RT montre à quel point les américains financent le gouvernement ukrainien, particulièrement dans leurs opérations militaires dans l’Est mais cela va jusqu’à couvrir des dépenses plus ordinaires comme les exercices en commun avec l’armée américaine « Rapid Trident » (cette demande demeure modeste mais inclus environ 36 000$ de frais de repas et de transports) mais les financements vont bien au delà de cela.

Ces documents mettent en lumière l’hypocrisie sans borne de la maison blanche car certains d’entre eux date du 24 Septembre 2014, en pleine négociation de cessez le Feu à Minsk. Un article du 19 indique:  » Entre temps, l’Union européenne et les États-Unis, qui accusent la Russie de « porter atteinte à la souveraineté de l’Ukraine » en aidant la rébellion avec des armes et des troupes, ont appliqué de nouvelles sanctions à l’économie russe, au bord de la récession. Et Barack Obama a une nouvelle fois fustigé jeudi « l’agression » russe lors de la première visite symbolique de Petro Porochenko à Washington depuis son arrivée au pouvoir en mai. »

Comme quoi l’objectif n’a jamais été la paix mais bien au contraire de permettre au gouvernement Kiev en déroute et sur la paille de se refaire une santé avant de reprendre les hostilités.

Lire aussi : 

Ukraine : « L’Amérique est avec vous! » scande John McCain

mandalalaluna450 (1)

Etincelle

LA FINLANDE PREMIER PAYS EUROPEEN A SUIVRE LES ETATS-UNIS, NE VA PLUS ENSEIGNER L’APPRENTISSAGE DE L’ECRITURE CURSIVE

Déprimant! Ces enfants ne saurons même plus écrire autrement qu’avec un écran devant les yeux… (Benji)
Ecriture cursive

C’est une initiative qui sonne le glas de l’apprentissage de l’écriture tel qu’on le connaît. Les élèves Finlandais vont devoir ranger leurs stylos dans leurs trousses dès la rentrée 2016 et sortir les claviers.

Une première en Europe. Considérant que l’écriture cursive (c’est-à-dire manuelle) est devenue désuète, le gouvernement finlandais a annoncé hier avoir choisi d’abandonner son apprentissage en primaire, pour obliger les enfants à taper directement leurs cours sur des claviers d’ordinateurs

« Ce changement sera un bouleversement culturel majeur mais il est plus pertinent pour la vie quotidienne », selon Minna Harmanen de l’Office national de l’Éducation.

Une telle décision fait déjà polémique dans le pays scandinave, mais elle a été accueillie favorablement par le corps enseignant. L’écriture manuelle sera désormais enseignée sur option.

 Source: DirectMatin


Aux États-Unis, une majorité d’enfants n’apprend plus à écrire que sur un clavier. Ce sera bientôt le cas en Finlande. Une très mauvaise évolution pour le spécialiste de l’apprentissage de la lecture.

 

La fin de l’apprentissage de l’écriture manuelle est annoncée en Finlande. La maîtrise de la saisie sur clavier est plus importante, a récemment jugé un haut responsable de son système éducatif. La réforme devrait être appliquée à la rentrée 2016. Un virage déjà pris par 45 États américains qui ont exclu l’écriture cursive, dite aussi «en attaché», du socle commun des connaissances. Spécialiste de l’apprentissage de la lecture et du langage chez l’enfant, professeur à l’université Paris Descartes, le linguiste Alain Bentolila s’élève contre de telles réformes.

LE FIGARO. – En Finlande, les écoliers ne vont bientôt plus apprendre à écrire à la main mais utiliseront un clavier. Qu’en pensez-vous?

Alain BENTOLILA. – C’est une très mauvaise décision. Non pas que je sois un nostalgique de la calligraphie. Cependant, quand on écrit à la main, on fait un acte singulier. Le fait de tracer sereinement des lettres et des mots permet à mon esprit de les porter. Ce qui n’est pas le cas avec des machines ou des tablettes.

Le pragmatisme ne doit-il pas l’emporter? L’écriture sur ordinateur permet aux enfants d’être lisibles, de rendre des textes plus propres, voire d’utiliser le correcteur orthographique…

Ce sont de faux arguments auxquels il faut opposer l’effort, la gratification, la conscience de l’autre que seule permet l’écriture graphique.

Vous avez l’appui des neuroscientifiques qui sont plutôt favorables au maintien de l’écriture cursive. Elle permet, selon eux, de mieux mémoriser, elle développe la motricité fine chez l’enfant.

Bien sûr. La mémoire se construit grâce à l’écriture manuelle et non avec un écran

Les petits Américains ou Finlandais apprennent-ils tout de même à écrire manuellement, par exemple en lettres capitales, ou s’en remettent-ils au seul clavier?

A mon sens, dans ces pays, on va vers une disparition totale de l’écriture manuelle. Mais envisage-t-on de rédiger des courriers importants sur un ordinateur? Je ne m’imagine pas envoyer une lettre de condoléances autrement écrite que manuellement.

Quelle est la position des enseignants français sur cette question?

Il existe un consensus, dans l’enseignement public comme privé, pour maintenir l’écriture cursive.

Interview complète sur Le Figaro, édition abonnés

Trouvé sur les moutons enragés

mandalalaluna450 (1)Etincelle

LA PETITE ÂME ET LE SOLEIL

neale-donald-walsch-et-marie-loreBpar Marie-Lore Staudt

En voyant la puissance de cette fin d’année 2014 à nous faire bouger, en constatant la fragilité dans laquelle elle nous entraîne tous aussi, j’ai décidé de partager avec vous une petite histoire qu’un ange m’a narré au moment où j’en avais vraiment besoin…

Elle a été écrite par Neale Donald Walsch qui me touche infiniment et qui a contribué à changer ma vie ou tout du moins, à me conforter dans ma folie et dans ma foi. En relisant cette histoire, j’ai compris qu’il m’avait aidé à accepter ma lumière.

Alors chers phares, brillez de toute votre belle lumière, l’horizon a besoin d’être éclairé en ce moment…

La Petite Âme et le Soleil

Une parabole pour enfants

Adaptée de « Conversations avec Dieu »

petite_ameIl était une fois, au temps d’avant le temps, une Petite Âme qui dit à Dieu : « Je sais qui je suis ! » Et Dieu dit : « C’est merveilleux ! Qui es-tu ? » Et la Petite Âme cria : « Je suis la Lumière ! » Dieu sourit d’un grand sourire. « Oui, c’est ça! » s’exclama-t-il. « Tu es la Lumière. »

La Petite Âme était si heureuse, car elle avait résolu le mystère que toutes les âmes du Royaume étaient venues résoudre. «Wow» dit la Petite Âme, « ça c’est vraiment cool ! »

Mais bientôt, de savoir qui elle était ne lui suffit plus. La Petite Âme sentait des remous à l’intérieur, et maintenant elle voulait être qui elle était. Et donc la Petite Âme retourna voir Dieu (ce qui n’est pas une mauvaise idée pour toutes les âmes veulent être qui elles sont vraimentt) et dit : « Salut, Dieu ! Maintenant que je sais Qui Je Suis, est-ce que j’ai aussi le droit de l’être ?» Et Dieu dit : « Tu veux dire que tu veux être qui tu es déjà? » « Eh bien, » répondit la Petite Âme, « c’est une chose de savoir Qui Je Suis, et une autre totalement différente de l’être vraiment. Je veux sentir ce que ça fait d’être la Lumière ! » « Mais tu es la Lumière, » répéta Dieu, avec un autre sourire. « Oui, mais je veux voir comment on se sent ! » s’écria la Petite Âme. « Bon, » dit Dieu avec un petit gloussement, « je suppose que j’aurais dû le savoir. Tu as toujours été le plus aventureux. »

Puis l’expression de Dieu changea. « Il y a juste une chose… »

« Quoi ? » demanda la Petite Âme.« Eh bien, il n’existe rien d’autre que la Lumière. Vois-tu, je n’ai rien crée d’autre que ce que tu es ; alors, il n’y a pas de manière facile pour toi de faire l’expérience de Ce Que Tu Es, puisqu’il n’y a rien que tu n’es pas. »

« Hein ? » dit la Petite Âme, qui était maintenant un peu perplexe. « Penses-y de cette façon, » dit Dieu.« Tu es comme une bougie dans le Soleil. Oh, tu y es, c’est certain. Avec un million, un milliardion d’autres bougies qui constituent le Soleil. Et le soleil ne serait pas le Soleil sans toi. Non, il serait un soleil sans l’une de ses bougies… et ça ne serait pas le Soleil du tout ; car il ne brillerait pas avec autant d’éclat. Et pourtant, comment te connaître en tant que Lumière quand tu es parmi la Lumière – c’est la question. »

« Eh bien, » dit la Petite Âme toute ragaillardie, « tu es Dieu. Trouve quelque chose ! »

Dieu sourit encore une fois. « Je l’ai déjà fait, » dit Dieu. « Puisque tu ne peux pas te voir en tant que Lumière quand tu es dans la Lumière, nous allons t’entourer d’obscurité. »

« Qu’est-ce que c’est, l’obscurité ? » demanda la Petite Âme. Dieu répondit : « C’est ce que tu n’es pas.» « Est-ce que j’aurai peur de l’obscurité ? » s’écria la Petite Âme. « Seulement si tu le choisis, » répondit Dieu. « Il n’y a vraiment rien à craindre, à moins que tu ne le décides. Vois-tu, nous inventons tout ceci. Nous faisons semblant. » « Oh» dit la Petite Âme, et déjà elle se sentait mieux.

Puis Dieu expliqua que pour pouvoir faire l’expérience de quoi que ce soit, son exact opposé allait apparaître. « C’est un grand cadeau, » dit Dieu, « parce que sans cela, tu ne pourrais pas savoir à quoi ressemble quoi que ce soit.»

« Tu ne pourrais pas connaître le Chaud sans le Froid, le Haut sans le Bas, le Vite sans le Lent. Tu ne pourrais pas connaître la Gauche sans la Droite, Ici sans Là-bas, Maintenant sans Jadis. « Et donc, » conclut Dieu, « quand tu seras entouré par l’obscurité, ne brandis pas ton poing et n’élève pas ta voix et ne maudis pas l’obscurité.»

« Sois plutôt une Lumière vis-à-vis de l’obscurité, et ne sois pas fâché de cela. Alors tu sauras Qui Tu Es Vraiment, et tous les autres le sauront aussi. Laisse tant briller ta Lumière que tous sauront combien tu es spécial ! »

« Tu veux dire que j’ai le droit de montrer aux autres combien je suis spécial ? » demanda la Petite Âme. « Bien sûr, » dit Dieu avec un gloussement. « Tu en as tout à fait le droit ! Mais souviens-toi, “spécial” ne veux pas dire “meilleur”. Tout le monde est spécial, chacun à sa façon ! Et pourtant bien des autres ont oublié cela. Ils ne verront qu’ils ont le droit d’être spécial que si toi-même tu reconnais que tu as le droit d’être spécial. »

« Wow, » dit la Petite Âme, dansant et sautillant et riant et sautant de joie. « Je peux être aussi spécial que je veux ! » « Oui, et tu peux commencer tout de suite, » dit Dieu, qui dansait et sautillait et riait avec la Petite Âme. « Quelle partie du spécial veux-tu être ? »

« Quelle partie du spécial ? » répéta la Petite Âme, « je ne comprends pas. » « Eh bien, » expliqua Dieu, « être la Lumière, c’est être spécial, et être spécial comprend beaucoup d’éléments. C’est spécial d’être gentil. C’est spécial d’être doux. C’est spécial d’être créatif. C’est spécial d’être patient. Est-ce que tu peux trouver d’autres façons d’être qui sont spéciales ? »

La Petite Âme resta assise en silence pendant quelques instants. « J’ai trouvé beaucoup de façons d’être spécial ! » s’exclama alors la Petite Âme. « C’est spécial d’être quelqu’un qui aide. C’est spécial d’être quelqu’un qui partage. C’est spécial d’être amical. C’est spécial d’être attentif aux autres ! » « Oui ! » approuva Dieu, « et tu peux être toutes ces choses, ou n’importe quel élément du spécial que tu souhaites être, à tout moment. C’est ça que ça veut dire, être la Lumière. »

« Je sais ce que je veux être, je sais ce que je veux être ! » annonça la Petite Âme toute excitée. « Je veux être la partie du spécial qui s’appelle “celui qui pardonne”. Est-ce que ce n’est pas spécial de pardonner ? »

« Oh oui, » assura Dieu à la Petite Âme. « C’est très spécial. » « D’accord, » dit la Petite Âme. « C’est ça que je veux être. Je veux être celui qui pardonne. Je veux faire l’expérience d’être comme ça. » « Bien, » dit Dieu, « mais il y a une chose que tu dois savoir. »

La Petite Âme commençait maintenant à s’impatienter un peu. Il paraissait toujours y avoir des complications. « Qu’est-ce que c’est ? » dit la Petite Âme en soupirant. « Il n’y a personne à qui pardonner. » « Personne ? » La Petite Âme pouvait à peine croire ce qui venait d’être dit. « Personne ! »répéta Dieu. « Tout ce que j’ai fait est parfait. Il n’y a pas une seule âme dans toute la création qui soit moins parfaite que toi. Regarde autour de toi. »

C’est alors que la Petite Âme réalisa qu’une large foule s’était réunie. Des âmes étaient venues de près et de loin – de tout le Royaume – car la nouvelle s’était répandue que la Petite Âme avait cette conversation extraordinaire avec Dieu, et chacun voulait entendre ce qu’ils disaient.

Regardant les innombrables autres âmes réunies là, la Petite Âme dût acquiescer. Aucune ne paraissait moins merveilleuse, moins magnifique, ou moins parfaite que la Petite Âme elle-même. Tel était le prodige des âmes réunies autour d’elle, et si brillante était leur Lumière, que la Petite Âme pouvait à peine les regarder. « Alors, à qui pardonner ? » demanda Dieu. « Boy, ça ne va pas être drôle du tout ! » grommela la Petite Âme. « Je voulais faire l’expérience d’être Celui Qui Pardonne. Je voulais savoir quel effet ça faisait d’être cette partie-là du spécial. » Et la Petite Âme apprit ce que c’était que d’être triste.

Mais juste à ce moment-là, une Âme Amicale s’avança de la foule. « Ne t’inquiète pas, Petite Âme, » dit l’Âme Amicale, «je vais t’aider. » « Tu vas m’aider ? » la Petite Âme s’illumina. « Mais qu’est-ce que tu peux faire ? » « Je peux te donner quelqu’un à qui pardonner, tiens ! » « Tu peux ? » « Certainement ! » gazouilla l’Âme Amicale. « Je peux venir dans ta prochaine vie et faire quelque chose que tu pourras pardonner. »

« Mais pourquoi ? Pourquoi ferais-tu cela ? » demanda la Petite Âme. « Toi qui es un Être d’une telle perfection achevée ! Toi, qui vibres à une telle vitesse que cela crée une Lumière si brillante que je peux à peine te regarder ! Qu’est-ce qui pourrait te faire vouloir ralentir ta vibration à une telle vitesse que ta brillante Lumière deviendrait sombre et dense ? Toi qui es si léger que tu danses sur les étoiles et que tu te déplaces à travers tout le Royaume à la vitesse de ta pensée – qu’est-ce qui te ferait venir dans ma vie et te rendre si lourd que tu pourrais faire cette mauvaise chose ? » « C’est simple, » dit l’Âme Amicale, « je le ferais parce que je t’aime. »

La Petite Âme parut surprise par la réponse. « Ne sois pas si stupéfait, » dit l’Âme Amicale, « tu as fais la même chose pour moi. Tu ne te souviens pas ? Oh, nous avons dansé ensemble, toi et moi, bien des fois. À travers les éternités et les âges, nous avons dansé. À travers le temps tout entier, et dans bien des lieux, avons nous joué ensemble. C’est juste que tu ne te souviens pas. « Nous avons tous deux été l’Ensemble de Toutes Choses. Nous en avons été le Haut et le Bas, la Gauche et la Droite. Nous en avons été le Ici et le Là-bas, le Maintenant et le Jadis. Nous avons été le mâle et le femelle, le bon et le mauvais – nous en avons été et la victime et le méchant.

« Ainsi nous nous sommes rencontrés, toi et moi, maintes fois auparavant ; chacun apportant à l’autre l’exacte et parfaite occasion d’Exprimer et d’Expérimenter Qui Nous Sommes Vraiment. « Et donc, » continua d’expliquer l’Âme Amicale, « Je vais venir dans ta prochaine vie et cette fois-ci je serai le « méchant ». Je ferai quelque chose de vraiment terrible, et alors tu pourras faire l’expérience d’être Celui Qui Pardonne. »

« Mais que vas-tu faire, » demanda la Petite Âme, un tout petit peu nerveuse, « qui sera si terrible ? » « Oh, » répondit l’Âme Amicale avec une étincelle, « nous trouverons bien quelque chose. »

Puis l’Âme Amicale parut devenir sérieuse, et dit d’une voix douce : « Tu as raison à propos d’une chose, tu sais. » « Et c’est quoi ? » voulut savoir la Petite Âme. « Il me faudra ralentir ma vibration et devenir très lourd pour faire cette chose pas-très-gentille. Il me faudra prétendre être quelque chose de très différent de moi. Alors, j’ai une seule et unique faveur à te demander en échange. » « Oh, n’importe quoi, n’importe quoi ! » s’écria la Petite Âme, et elle commença à danser et à chanter. « Je vais pouvoir pardonner, je vais pouvoir pardonner ! » Puis la Petite Âme vit que l’Âme Amicale restait toute silencieuse. « Qu’est-ce qui se passe ? » demanda la Petite Âme. « Qu’est-ce que je peux faire pour toi ? Tu es un tel ange de bien vouloir faire ceci pour moi ! »

« Bien sûr que cette Âme Amicale est un ange ! » interrompit Dieu. « Tous le sont ! Souviens-toi toujours : je ne t’ai jamais envoyé que des anges. »

Alors la Petite Âme voulut plus que jamais exaucer la demande de l’Âme Amicale. « Qu’est-ce que je peux faire pour toi ? » demande de nouveau la Petite Âme. « Au moment où je te frapperai et te terrasserai, » répondit l’Âme Amicale, « au moment où je ferai la pire chose que tu puisses imaginer – à ce moment précis… » « Oui ? » interrompit la Petite Âme, « oui…? » L’Âme Amicale devint encore plus silencieuse. « Souviens-toi de Qui Je Suis Réellement. » « Oh, je le ferai ! » s’écria la Petite Âme, « je le promets ! Je me souviendrai toujours de toi comme je te vois ici même, à cet instant ! »

« Bien, » dit l’Âme Amicale, « parce que, vois-tu, j’aurai fait semblant tellement fort, que je me serai oublié. Et si tu ne te souviens pas de moi tel que je suis réellement, je ne pourrai peut-être pas m’en souvenir pendant très longtemps. Et si j’oublie Qui Je Suis, tu peux même oublier Qui Tu Es, et nous serons perdus tous les deux. Alors nous aurons besoin qu’une autre âme s’en vienne et nous rappelle à tous les deux Qui Nous Sommes. » « Non, cela ne se passera pas ! » promit de nouveau la Petite Âme. « Je me souviendrai de toi ! Et je te remercierai de m’apporter ce cadeau – la possibilité de faire l’expérience de Qui Je Suis. »

Et ainsi, l’accord fut conclu.

Et la Petite Âme s’engagea dans une nouvelle vie, toute excitée d’être la Lumière, ce qui était très spécial, et toute excitée d’être cette partie du spécial appelée le Pardon.

Et la Petite Âme attendit anxieusement de pouvoir faire l’expérience d’être Celui Qui Pardonne, et de remercier l’Âme qui le lui permettrait.

Et dans tous les moments de cette nouvelle existence, chaque fois qu’une nouvelle âme faisait son apparition, que cette nouvelle âme amène de la joie ou de la tristesse – et surtout si elle amenait de la tristesse – la Petite Âme pensait à ce que Dieu avait dit. « Souviens-toi toujours, » et Dieu avait souri, « je ne t’ai jamais envoyé que des anges. »

 

Merci à tous les anges qui croisent ma route de m’aider à faire l’expérience de qui je suis. :o)

Source: http://voyance-autrement.com/mes-histoires-de-coeur/

mandalalaluna450 (1)Etincelle

L’AFRIQUE SE MOBILISE POUR SA SOUVERAINETE

Combien pariez-vous que le sujet ne sera pas abordé par les médias de premier plan? Car les africains refusent d’être pillés et de voir l’ensemble de leurs ressources d’arrachées par ce nouveau colonialisme du nom de « Nouvel Ordre Mondial »…(Benji)

e-ACCORDS-DE-PARTENARIAT-ECONOMIQUE_large

Plus d’une vingtaine de pays (20) africains et une cinquantaine (50) de mouvements panafricains se mobilisent le jeudi 27 novembre 2014 à Paris, autour du thème : l’Afrique se mobilise pour sa souveraineté.

Cette première conférence qui se tiendra au 15, passage de Ramey 75018 à Paris, Métro Marcadet poissonnier (ligne 4), à partir de 18h00, traitera les sous-thèmes suivant :

  1. – La Démocratie, La Souveraineté (économique, militaire et politique)
  2. – Les droits de l’homme en Afrique
  3. – Les guerres, les viols et massacres en Afrique
  4. – Le Nationalisme africain
  5. – La place de la jeunesse dans la libération de l’Afrique
  6. – Le soulèvement populaire en Afrique

L’Afrique debout! L’Afrique mobilisée! L’Afrique consciente, réclame sa souveraineté.

Tous ensembles comme en résistance !

Les mouvements, associations et pays organisateurs : RD Congo (RCK, JCK, CRCCF, UDPS) ; Côte d’Ivoire (Le CRI-Panafricain, le COJEP, L’UDC, APC de l’Afrique) ; COLLECTIF AUSAR ; Guinée équatoriale ; Cameroun ; Gabon ; Burkina Faso (MPP) ; Mali (DEMBAYA) ; Sénégal (Y’EN MARRE) ; Congo (EVA CLUB, DISPORA CONGOLAISE) ; Centrafrique (CACDCA) ; Madagascar ; Guinée Bissau…

Info: 06 41 67 25 15/ 06 11 77 64 08.

Trouvé sur Metatv.org

Pour ceux qui n’auraient pas vu passer l’article, le petit rappel indispensable:

L’Accord de Partenariat Économique (APE) est le nom qui a été donné aux accords de libre-échange entre l’Union Européenne et des pays d’Afrique de l’est. Cet APE qui n’est au final qu’une trahison envers les populations, tout comme l’est le TAFTA entre les USA et l’EU, est extrêmement désavantageux pour les pays signataires:

Andrew Mold, analyste économique pour l’Afrique orientale à l’ONU, estime que cet accord constitue une menace à long terme pour l’économie africaine. sic…L’eurodéputée verte Ska Keller estime que « l’APE nuira au commerce régional et ne laisse aux pays partenaires aucune possibilité de développement de l’industrie ou de création d’emplois, et donc aucune possibilité de réduire la pauvreté de leurs citoyens ». Article complet surAfriquejet.com

Rien de bien neuf en somme, quand aux informations sur le sujet, les médias ne sont pas trop prolifiques…

Un article très complet publié sur Médiapart (version abonnés) explique en détail les enjeux et les menaces/manipulations autour de l’APE. En fait, il aura fallu 12 années de batailles, de menaces et de sanctions diverses et variées pour que la commission européenne et 5 pays d’Afrique de l’est signent cet accord de libre-échange, et cela s’est déroulé le 16 Novembre en toute discrétion, plusieurs mois après que l’ensemble des pays de l’Afrique de l’ouest et plusieurs pays d’Afrique australe aient signé un tel accord.

Le « combat des traitres » pour que soit mis en place l’APE n’est pourtant pas encore terminé puisque plusieurs organisations dénoncent et militent contre ce traité inique décidé par des politiques soit menacés, soit mis en place par l’occident.

Le traité se résume de manière simple:

les APE exigent de réduire de 80 % les droits de douanes sur les produits en provenance de l’UE. Les pays en question devront donc renoncer à d’importantes recettes budgétaires qui auraient pu servir à protéger leur marché de l’alimentation. Mais ce n’est pas tout : les accords que l’UE a conclus, avec l’Amérique latine notamment, et le projet du TTIP mettront les exportations africaines en concurrence avec d’autres produits importés à droit nul.

Dès lors, que faire ? La libéralisation progressive y compris du marché alimentaire a conduit à une très grande volatilité des prix agricoles et alimentaires, s’ajoutant à celle du taux de change, puisque tout est libellé en dollars. Les États-Unis, premiers producteurs de blé et de maïs, restent les « faiseurs de prix« , alors que les principaux stocks de céréales se trouvent en Chine et en Inde, et qu’aux États-Unis existe une contrainte, qui oblige à mettre toujours plus de surface agricole à la disposition de la production d’éthanol. Source: Lequotidien.lu

Les arguments pour imposer l’APE sont ceux généralement utilisés pour convaincre: emploi, développement, prospérité, on a vu ce que cela a donné au niveau de l’Europe, et les foules devraient croire qu’un modèle similaire pourrait fonctionner entre différents continents. Ce qui fait douter les organisations civiles africaines quand à l’APE, c’est le fait que cela soit la direction générale du commerce de la Commission européenne qui gère l’ensemble du dossier, et non la direction générale du développement.

À noter une chose singulière, les « experts » ont décidé qu’il fallait accélérer le processus afin que l’accord de libre-échange soit totalement validé, exactement ce qu’a demandé dernièrement Angela Merkel à l’issue du G20 en Australie… Peu de chances que cela soit une coïncidences, la mise en place du Nouvel Ordre Mondial dont parlait Sarkozy doit se faire le plus rapidement possible, les tensions entre l’empire et les BRICS étant de plus en plus fortes, la nécessité de contrer la puissance économique chinoise qui a de plus en plus d’ampleur sur le continent africain

On ne peut plus le nier ni le contester, ils sont en train de mettre en place leur foutu Nouvel Ordre Mondial pour que la finance américaine puisse avoir totalement la main-mise sur le monde…

Cela commence à faire beaucoup d’accords de libre-échange en ce moment, le TTIP entre les Etats-Unis et l’UE très désavantageux pour l’UE, l’APE entre l’UE et l’Afrique très désavantageux pour l’Afrique, et le TTP qui lui aussi est en train d’être mis en place:

Le partenariat transpacifique, ou TPP, est un ensemble de nouvelles règles économiques qui vont s’appliquer à 800 millions de personnes – les citoyens américains, mexicains, canadiens et japonais si Tokyo rejoignait les négociations – et encore 200 millions d’habitants de la région Asie-Pacifique.

Pour reprendre les propos de l’ex-premier ministre malaisien Mahathir Mohamad, « le partenariat transpacifique n’est qu’une ruse des USA pour faire face à une probable continuation de la croissance économique chinoise, en réunissant dans la même poche tous les pays de la région Asie-Pacifique ».

Une partie essentielle de l’accord est gardée secrète, à l’abri du regard de ceux qui seront justement soumis à ses dispositions. Cependant, certains termes ont fuité dans la presse et permettent de comprendre les intentions des États qui ont rédigé ce document, notamment sur la protection de l’environnement et de la propriété intellectuelle.

Article complet sur fr.ria.ru

Trouvé sur les moutons enragés

mandalalaluna450 (1)Etincelle