TAMERA, UN ECOVILLAGE POUR UNE NOUVELLE HUMANITE

 

 

Tamera, un des plus grands écovillages d’Europe avec environ 200 membres, dédie son quotidien à trouver une façon plus harmonieuse de vivre sur la planète.

Après un passage d’un mois dans la communauté de Tamera, la Grande Coloc vous partage en vidéo le projet inspirant et percutant de cet écovillage situé dans le sud du Portugal.

Centre holistique de recherche sur la paix et d’éducation, Tamera a vu le jour en 1995 grâce à une communauté allemande créée en 1978. Elle a choisi ce lieu dans la région d’Alentejo pour continuer sa volonté de construire « une nouvelle culture ».

Relations humaines, écologie, vie en communauté, éducation des enfants, spiritualité, art, coopération avec la nature, énergie verte … chaque aspect de la vie est étudié et expérimenté pour trouver une façon plus harmonieuse de vivre sur la planète. Le reste de l’histoire en images ci-dessous.

Pour en savoir plus, venez découvrir leur site internet.

Trouvé sur positivr.fr

  Etincelle

Publicités

DES SCIENTIFIQUES RUSSES DECOUVRENT UNE BACTERIE QUI NETTOIE LES DECHETS NUCLEAIRES

 

Cette bactérie unique, découverte dans un site de stockage de déchets nucléaires en Sibérie, semble être un outil prometteur pour la création d’une barrière naturelle à la propagation des radionucléides.

 

 

Des chercheurs de l’Institut de chimie physique Frumkin, basé à Moscou, et du Centre fédéral de recherche en biotechnologie de l’Académie des sciences de Russie ont pu isoler des micro-organismes pouvant être utilisés pour protéger l’environnement des déchets radioactifs liquides.

Des scientifiques ont fait cette découverte en effectuant des études microbiologiques sur les eaux souterraines du site d’enfouissement de Seversky à Seversk dans la région de Tomsk, en Sibérie, où sont stockés profondément sous la terre les déchets radioactifs liquides provenant du combinat sibérien pour la chimie, et qui fournit et retraitent l’uranium faiblement enrichi en combustible nucléaire.

Leur recherche, récemment publiée dans Radioactive Waste, une revue scientifique russe, suggère que la bactérie est capable de convertir les ions de radionucléides, notamment ceux présents dans l’uranium et le plutonium, en formes sédentaires, empêchant ainsi la propagation de radiations dangereuses dans l’environnement. Grâce à des expériences en laboratoire, les scientifiques ont pu affiner les conditions nécessaires pour que la bactérie puisse mener à bien son travail utile.

Les chercheurs expliquent que leurs découvertes sont une première étape dans la création d’une barrière biogéochimique pour les radionucléides, destinée à être utilisée dans des sites d’enfouissement profonds contenant des déchets radioactifs liquides.

Des recherches sur des outils microbiologiques pour limiter les effets des déchets nucléaires sont menées depuis les années 1980. Des scientifiques du monde entier ont déclaré que les processus microbiens devaient être pris en compte dans les projets d’enfouissement et de stockage des déchets nucléaires qui, sinon risqueraient de se décomposer dans plusieurs millions, voire milliards d’années.

 Source : https://sputniknews.com/science/201810081068701682-nuclear-waste-neutralizing-bacteria/

Traduction Avic – Réseau International

Trouvé sur 2012 un nouveau paradigme

 

Toujours pour votre information 

  Etincelle

UNE NOUVELLE ETUDE CONFIRME QUE LE VOLCAN MONSTRE KATLA SE PREPARE A UNE ERUPTION

 

 

Katla, un volcan géant caché sous la calotte glaciaire du glacier Mýrdalsjökull, est en train de remplir ses chambres magmatiques, confirment de nouvelles recherches. Une éruption du Katla pourrait éclipser l’éruption de l’Eyjafjallajökull en 2010, ont prévenu des scientifiques. L’éruption du volcan est depuis longtemps “en retard”, car il explose historiquement une fois tous les 40-80 ans. La dernière éruption connue du Katla date de 1918.

Un groupe de géologues islandais et britanniques vient de terminer une mission de recherche sur les émissions de gaz du volcan. Les études ont montré que Katla émet d’énormes quantités de CO2. Le volcan libère au moins 20 kilotonnes de CO2 chaque jour. Seuls deux volcans à travers le monde sont connus pour émettre plus de CO2, a déclaré Evgenia Ilyinskaya, un volcanologue de l’université de Leeds, au service national islandais de radiodiffusion RÚV.

Ces énormes émissions de CO2 confirment une activité significative dans le volcan, a déclaré Evgenia à RÚV: “Il est hautement improbable que ces émissions puissent être produites par l’activité géothermique. Il doit également y avoir une accumulation de magma pour libérer cette quantité de gaz.”

Elle souligne que d’autres études sont nécessaires pour déterminer si les émissions de gaz de Katla sont stables ou si elles augmentent. “Il est bien connu que d’autres volcans, par exemple à Hawaï et en Alaska, que les émissions de CO2 augmentent des semaines ou des années avant les éruptions. C’est un signe clair que nous devons surveiller de près Katla. Et ces résultats confirment que quelque chose se passe. ”

Lire la suite: Les autorités s’inquiètent de l’impossibilité d’avertir les voyageurs à temps en cas d’éruption du Katla

Les scientifiques ont également détecté des quantités importantes de méthane et de sulfite d’hydrogène. Ces gaz peuvent être présents en quantités dangereusement élevées lorsque les rivières Emstruá et Múlakvísl émergent du glacier. Les gens doivent faire preuve d’une extrême prudence lorsqu’ils explorent les grottes de glace à Mýrdalsjökull.

source : https://icelandmag.is/

Trouvé sur La Terre du futur

  Etincelle

ON S’EST PEUT-ÊTRE TROMPE SUR LA SOURCE DU SUPER VOLCAN DE YELLOWSTONE

 

 

Le supercolcan du parc national de Yellowstone pourrait être le résultat du frottement des plaques tectoniques après tout, comme le suggère une nouvelle étude – remettant en question l’explication privilégiée qui l’associe à la chaleur qui s’échappe des profondeurs de la croûte.

La géologue Virginia Tech Ying Zhou a identifié des anomalies dans la croûte qui suggèrent que les couches de glissements de roches sont responsables de la production d’une énorme quantité de chaleur, et non d’un panache magmatique comme on le pensait auparavant. Cette étude ne règle peut-être pas l’argument, mais elle montre que le débat est loin d’être terminé.

S’il y a une chose pour laquelle le Yellowstone du Wyoming est célèbre dans le monde entier – autre que sa beauté naturelle immaculée – c’est la chambre magmatique qui pourrait un jour se libérer lors d’une éruption catastrophique.

Mais il y a un débat en cours sur les forces géologiques qui sont principalement responsables du sous-sol volcanique de la région.

Dans un coin, il y a le modèle du panache magmatique, qui attribue à un canal de roche en fusion s’élevant du manteau à travers une faille ou s’affaiblissant dans la croûte pour le désordre chaud sous la surface.

Dans l’autre, il y a l’explication de la subduction. D’énormes morceaux de la croûte terrestre glissent les uns sur les autres, créant les énormes quantités de frottement de fonte des roches nécessaires pour remplir les chambres magmatiques de Yellowstone.

Naturellement, les volcans qui se trouvent près du bord des plaques tectoniques – comme ceux de l’Indonésie – sont supposés être alimentés par le modèle des roches de frottement. Pour d’autres, comme la chaîne d’îles volcaniques d’Hawaï, le modèle du panache magmatique est un modèle plus sûr.

Yellowstone a toutes les caractéristiques d’un volcan produit par un point chaud de magma ascendant, assis au bout d’une ligne pointillée de calderas – les creux creux qui se forment après l’éruption d’une chambre magmatique.

Ces caldeiras font allusion à une histoire d’éruptions de bégaiement alors que la croûte dérive lentement à travers le panache.

Sans parler du fait que l’état du Wyoming se trouve quelque part au milieu de la plaque tectonique nord-américaine, loin de l’endroit où l’on pourrait imaginer des morceaux de croûte qui pourraient poser problème.

Il n’y a qu’un seul problème : personne n’a pu trouver la preuve directe d’un véritable panache magmatique qui s’étend à partir du manteau.

Plus récemment cette année, un chercheur de l’Université du Texas a utilisé des ondes sismiques provenant de tremblements de terre pour décrire une colonne de 3 000 kilomètres (1 900 milles) de roches chaudes qui pourrait bien convenir.

Mais tout le monde n’est pas convaincu, et le débat se poursuit sur la question de savoir si les scientifiques ont été trop rapides à rejeter d’autres modèles.

Zhou a également utilisé l’activité sismique pour esquisser une image de ce qui pourrait se cacher sous les profondeurs de Yellowstone. Appliquant une technique appelée tomographie par diffraction, elle a cartographié les discontinuités de la croûte.

“C’est la première fois que la nouvelle théorie de l’imagerie a été appliquée à ce type de données sismiques, ce qui nous a permis de voir des structures anormales dans le manteau terrestre qui, autrement, ne pourraient être résolues par les méthodes traditionnelles “, explique M. Zhou.

Il n’y avait aucun signe de panache. Au lieu de cela, ces anomalies ont suivi le chemin des caldeiras. Les vagues décrivaient également un modèle qui suivait à peu près la forme d’une ancienne plaque de croûte océanique enfouie appelée la plaque de Farallon.

Cette roche dense a commencé son voyage sous la plaque nord-américaine il y a environ 175 millions d’années, lorsque le supercontinent de la Pangaea a commencé à se disloquer.

Quelques morceaux de cette ancienne plaque subsistent, se cognant et se broyant sous les Etats-Unis comme des flotsam géologiques sous la coque d’un énorme bateau.

“Cette ancienne plaque océanique s’est brisée en morceaux, ce qui a entraîné la perturbation de roches inhabituelles dans le manteau, ce qui a entraîné des éruptions volcaniques au cours des 16 derniers millions d’années “, explique M. Zhou.

Tout le processus a démarré près de ce qui est maintenant la frontière entre l’Oregon et l’Idaho, la chaleur de la plaque de Farallon engloutie frottant contre la plaque nord-américaine, provoquant la montée du magma en une série de points faibles dans la croûte.

Yellowstone est simplement le dernier point sur la carte pour sentir la chaleur du voyage en cours de Farallon.

L’idée que les restes de la plaque de Farallon pourraient être derrière le volcanisme de Yellowstone n’est pas nouvelle. En fait, une autre étude publiée plus tôt cette année a utilisé des simulations informatiques pour montrer comment le modèle est parfaitement adapté.

Il est peu probable que l’étude de Zhou soit un coup de poing pour le modèle du panache. Mais elle a l’intention de trouver plus de preuves en augmentant la résolution de ses scans.

“Des images plus détaillées des roches inhabituelles de la terre profonde nous permettront d’utiliser la simulation par ordinateur pour recréer la fragmentation de la gigantesque plaque océanique et tester différents scénarios de fonctionnement de la fonte des roches et du système d’alimentation en magma pour les volcans de Yellowstone “, explique M. Zhou.

Adaptation TDF

source : https://www.sciencealert.com/

Trouvé sur La Terre du Futur

  Etincelle

LA TERRE ET L’HUMANITE EN GRAND PERIL ! (VIDEO) PLEINS DE SOLUTIONS ET DISCUSSION AVEC MARIE, WALDEK, MARC GRAY, GREG ET NENKI,

C’est du lourd, du gros, du géant. La Terre et l’Humanité en Grand Péril ! Soyez forts et le coeur solidement bien attaché, plusieurs sujets concernant les recherches et découvertes qui ont été faites. Discussion avec Marie, Waldek, Mark Gray, Greg et Nenki.

Je vous recommande cette vidéo longue oui mais à voir en plusieurs fois, pour garder les yeux ouverts sur ce qui se passe

Etincelle

 

 

Trouvé sur Youtube

 

Toujours pour votre information

  Etincelle

 

LES ROCHES VIVANTES DE LA CREATION ET LA CHUTE DANS LA DENSITE – LAUDA LEON

 

 

 

Voila une vidéo que je viens de voir aujourd’hui, qui parle et qui montre quelque chose de vraiment extraordinaire dont on commence à parler.

J’ai fait au mieux pour vous expliquer son contenu,  cette vidéo récente étant en anglais mais une grande partie est facile à comprendre il y a beaucoup d images après la 8ème minute de la vidéo :

 

Lauda Léon nous explique ce qui serait à l’origine de la Terre et de ce que nous sommes aujourd’hui. 

Des guerres antiques auraient auraient eu lieu dans le ciel  et les géants créateurs seraient tombés dont Tiamat (voir des explications sur wikipédia) et se seraient manifestés dans des corps dans la matière dense. Nos corps tels que nous les connaissons aujourd’hui viendraient de là.

La conscience de ces êtres créateurs est  donc encore vivante aujourd’hui, après avoir traversé des éons.

Ces êtres étaient à la base constitués de silice avant de tomber dans la densité du carbone. Cela ne serait donc pas un mythe mais cette réalité nous aurait été cachée jusqu’à maintenant oû nous pouvons montrer des images étonnantes des morceaux de ces êtres géants qui nous restent en mémoire et que l’on peut voir dans nos paysages, nos rocs, nos montagnes qui forment aujourd’hui la Terre.

 

Etincelle 

 

 

 

Trouvé sur Sovereign ki Youtube

Sources :

Age of Disclosure Channel https://www.youtube.com/channel/UCSNG

Dictionary of Truth Channel https://www.youtube.com/channel/UClxI...

Mudfossil University Channel https://www.youtube.com/channel/UC8v4…

 

 

  Etincelle

« L’INTELLIGENCE DES ARBRES* UN DOCUMENTAIRE QUI REVELE LE VIE SECRETE DES FORETS

 

Le documentaire L’intelligence des arbres : comment les arbres communiquent et prennent soin les uns des autres, réalisé par Julia Dordel et Guido Tölke, parle des découvertes scientifiques avec comme sujet les échanges racinaires entre les arbres. Relaté avec des propos scientifiques, ce film appelle à la modestie et à l’admiration.

« L’intelligence des arbres » extraits :

« Les arbres sont des êtres avec une vie sociale»

« Cette connaissance qu’ont les scientifiques à propos de notre monde doit être partagée »

La co-réalisatrice du film, Julia Dordel ce film lui a procuré « émerveillement et admiration le jour où elle en a pleinement pris conscience » « quelque chose que tout le monde doit savoir« . Elle désire que ce documentaire puisse « contribuer à faire prendre conscience de la sensibilité de la nature, et par conséquent, participer à un meilleur traitement de cette dernière ».

Les recherches de « Dr. Simard et Peter Wohlleben suggèrent que nous devrions laisser les arbres pousser de manière naturelle – laisser cohabiter jeunes et vieux, laisser pousser différentes espèces mélangées (en opposition à la monoculture) -, les laisser vieillir, les laisser s’occuper de leur progéniture (au lieu de tous les abattre lorsqu’ils ont le même âge), et de manière plus générale, les traiter avec plus de respect et accepter leur individualité, plutôt que de les considérer comme des produits dans un esprit d’usine » stipule la réalisatrice.

SourceMr mondialisation

Trouvé sur Sain et Naturel.com

  Etincelle