TEMPÊTE GÉOMAGNÉTIQUE: DES AURORES VUES JUSQU’EN EUROPE DU NORD

 

Un orage géomagnétique qui a débuté le 27 février, faisant suite à une CME à pris en écharpe le champ magnétique terrestre.

À son apogée, la tempête a été de puissance G2 sur l’échelle de la NOAA et a suscité des aurores lumineuses jusque sur l’Europe du Nord, du Groenland et de l’Islande.

 

iceland_strip

 

Tryggvi Már Gunnarsson

“Comme je conduisais de Reykjavik en Islande du Nord j’ai vu ce halo rouge dans le ciel. Ma première pensée a été : un volcan doit être en éruption!, » dit Gunnarsson. » Puis, comme les couleurs sont passées au vert, j’ai réalisé que c’était les aurores boréales. Il fut l’un des shows les plus magnifique que j’ai jamais vu”.

 

Trouvé sur Le Nouveau Paradigme

781778719.2Etincelle

Advertisements

LE TRAITE TRANSATLANTIQUE EN 10 MINUTES (VIDEO)

 

Il n’y aura jamais suffisamment de mises en garde quand au traité transatlantique, ce que certains appellent le « nouvel ordre mondial », car ce projet vieux de plusieurs décennies nous impose une destinée que nous n’avons ni choisie ni souhaitée. Pour l’instant, nos moyens sont limités surtout si l’on considère que trop peu de monde se sent concerné, est informé ou ait encore de l’espoir pour changer l’ordre des choses. L’info reste néanmoins la véritable base du combat, s’informer, c’est déjà désobéir! Une nouvelle vidéo débarque donc sur le sujet et nous a été proposée par Naïel, merci à elle.

 

Traité transatlantique

 

Avez-vous entendu parler du traité transatlantique ? Il est vrai que 2014 est une année à l’actualité chargée et que beaucoup de sujets sont sources de discordes profondes. Pourtant, se prépare en toute discrétion, l’un des engagements politiques et économiques les plus importants. La perspective d’une union intercontinentale se renforce avec le Partenariat transatlantique pour le commerce et l’investissement (PTCI) qui est une pierre de plus à l’édifice entrepris par l’Organisation mondiale du commerce (OMC). L’Union européenne négocie en totale opacité des traités juridiques avec le Canada et les Etas-Unis. Cela illustre parfaitement le fonctionnement de l’Union Européenne et plus généralement la façon dont sont prises des décisions qui nous engagent, qui vous engagent. Le fait que certains décident pour d’autres, sans même les consulter, n’est-ce pas là une cause de discordes profondes ?

Par ailleurs, le traité transatlantique se construit à partir de l’idée économique d’une vertu de l’homme liée à une croissance toute virtuelle. Une société économique qui se base sur la croyance d’un monde aux ressources infinies alors même que la finitude du monde mobilise déjà.

 

Cet engagement politico-économique à pour objet d’intensifier notre modèle économique. La mécanique de celui-ci répartit les richesses via le principe de Pareto, mais pas seulement. C’est-à-dire une répartition de l’enrichissement en faveur de ceux qui possèdent le plus. À contrario pour ceux qui ne possèdent rien dans ce modèle économique, il n’y a pas de limite dans la dépossession. La répartition des richesses, des ressources, la subsistance, ne sont-ils pas là encore des sources de discordes profondes ?

Quelques courageux anonymes proches des négociations ont exfiltrés des éléments qui permettent un peu de comprendre les engagements du traité transatlantique. Cette vidéo présente de manière non exhaustive, très partageable, quelques éléments de ce que l’ensemble des citoyens de chacun des États ne décide pas.

Pour aller plus loin, il est possible d’étayer ses connaissances sur l’Union européenne avec le blog de Raoul Marc Jennar (http://www.jennar.fr/) ainsi que celui de Magalie Pernin (http://contrelacour.over-blog.fr/).

Il est possible également de se mobiliser auprès des engraineurs, un collectif citoyen (www.collectif-lesengraineurs.com/) ou encore ATTAC (france.attac.org/). De même, vous pouvez sensibiliser directement vos élus locaux.

Aussi, puisque le traité transatlantique montre qu’il est possible de redéfinir des règles qui ont un impact mondial, vous pouvez essayer de construire une société meilleure avec les colibris par exemple (www.colibris-lemouvement.org). Enfin pour que vous puissiez décider vous-même de la société dans laquelle vous voulez vivre, vous pouvez rejoindre le mouvement de la démocratie directe (www.le-message.org).

Ben

 

 

Source: Youtube

Trouvé sur les moutons enragés

781778719.2Etincelle

LE SAVIEZ-VOUS ? ? ? ? ? COLORANTS ALIMENTAIRES

Il y en a partout !

 

et je pense bien que c’est dangereux

pour la santé !

 

diapo_poussin 

le mieux est d’acheter le moins possible

de produits industriels, cuisiner soi-même

 

il faut aussi limiter la consommation de bonbons

pour les enfants !

 

IMGP1630 

voici l’étiquette d’un colorant vert

ça fait un peu peur !

 

Allergisant intense (asthme, symptômes cutanéo-muqueux),

surtout pour personnes sensibles, sensibles aux salicylates

(aspirine, baies, fruits), asthmatiques, enfants.

Chez l’enfant, la tartrazine E102 fait partie des colorants à éliminer

prioritairement de leurs goûters ! On a observé de l’hyperactivité,

des troubles de l’attention et des désordres comportementaux.

Les risques seraient accrus en association avec les benzoates E210..219  

[21b,8,9,10,12](a)(b).

        Depuis 2009 les colorants E102, E104E110E122E124E129 

doivent être étiquetés avec la mention « Peut avoir des effets indésirables

sur l’activité et l’attention chez les enfants » (d).

        Observations diverses : Résidus cancérigènes suspectés

[9,9′,12,21b,21a](a)(b), mutagénicité (a)[9′], immunotoxicité et

neurotoxicité (présence d’aluminium)  (a)[15f].

        Effets chroniques : une ingestion régulière de tartrazine pure a faibles

doses a permis d’observer : possibilité de prurit, urticaire,

œdème du visage, des lèvres, de la langue et de la luette

(peut être accompagne d’une

sensation de brûlure et de démangeaison), bronchospasme

et mortalité [20].

 

• DJA (*) : 0-7,5 mg/kg de masse corporelle /jr. [14]

 

 

Capture-d-ecran-2013-01-16-a-08.07.43 

les bonbons ! c’est trop bon !

 

sachez que dans les magasins Bio

on trouve de délicieux bonbons !

sans toutes ces mauvaises choses !

 

 Capture-d-ecran-2013-01-16-a-08.08.03

 

vous trouverez ici

la liste des colorants 

et ceux à éviter !

ici

http://cornello.over-blog.com/

 

 

Trouvé sur Le Nouveau Paradigme

781778719.2Etincelle

QUEL EST LE BUT SPIRITUEL DES RELATIONS AMOUREUSES ?

 

 

featured-relations

par Laura Marie

parents2On nait tous avec une idée préconçue de l’amour, et des relations amoureuses en général. On grandit avec le premier exemple de nos parents, qui bien souvent va dicter notre idée du couple à jamais. Si le modèle était positif, on a de la chance, cela sera plus facile pour nous. Mais si le modèle était négatif (disputes, maltraitance, un des deux parents malheureux ou les deux), bon nombre garderont cette idée en tête, cette croyance profonde, et la reproduiront inconsciemment dans leur propre vie et dans leurs propres relations.

Puis arrive le modèle de la télé, des dessins animés avec leurs clichés (la princesse et le prince), les séries télés, les films, où finalement il est toujours question de la même chose, du même message : le but de la vie c’est de se marier, de trouver le bon (la bonne), et de faire des enfants.

Pour les femmes : Il s’agira d’être une bonne épouse, gentille et jolie, qui s’occupera bien de la maison et des enfants.

Et pour l’homme, on nous fait bien comprendre depuis tous petits qu’il ne faut pas s’attendre à ce qu’il aide à la maison, qu’il se marie souvent de force et que la fidélité n’est pas son fort. C’est le message avec lequel toute femme et tout homme grandit (toute jeune fille grandit donc dans la peur inconsciente / consciente d’être trompée ou abandonnée un jour).

Parallèlement, on nous mitraille d’images sexuelles dans toutes les publicités, films, clips vidéos, alors le message est confus pour toute femme : d’un côté on attend d’elle que ce soit une bonne épouse et bonne mère, et de l’autre côté on l’incite toujours plus à être de plus en plus sexy, aguicheuse, ou à la faire se sentir mal de ne pas l’être, en faisant la promotion sans cesse du sexe dans tous les médias et en mettant en haut de l’affiche toute femme qui aura décidé de mettre en avant sa sexualité / montrer son corps / jouer sur son côté sexuel.

Comme conséquence, les femmes de nos jours sont complètement perdues et ne savent plus qui elles doivent être. Une bonne épouse ou une femme sexy et toujours plus aguicheuse ? Un coup c’est bien et un coup ce n’est pas bien, un coup on l’ordonne d’être l’un et un coup on l’encourage à être l’autre. On l’encourage à être sexy et puis si par malheur elle le devient, alors là on l’attend au tournant et on la fait se sentir mal de l’être, on la critique et on la condamne. Impossible de comprendre comment être une femme, pour celles qui essayeront de se baser sur ce que la société attend d’elles au lieu de se reconnecter avec leur âme et qui elles sont vraiment, ainsi que qui elles ont vraiment envie d’être.

Et c’est pareil pour les hommes. Depuis tout petit, on apprend à l’homme qu’il ne doit pas pleurer, car il doit être « fort », qu’il ne doit pas être sensible, que la cuisine c’est fait pour les femmes, idem pour le ménage, que les femmes sont vénales, que les femmes aiment les bad boys (alors ils le deviennent ou le cultivent), bref, au final, c’est comme si tout le monde s’oubliait et faisait tout pour essayer de devenir ce que le sexe opposé aime ou ce que la société encourage volontairement dans le but de nous rendre manipulable. En effet, faire focaliser les masses sur le sexe ou sur des choses sans importance tels que des jeux idiots permet de les rendre plus dociles à toujours plus de consommation et toujours moins de questionnements intérieurs. Un individu relié à son être intérieur, capable de critique et de remises en question est un individu dangereux pour la société car il se rendra compte de tous ses travers et ne sera ainsi plus un « pantin ».

On cherche des techniques de séduction, pour « avoir quelqu’un ». Certaines femmes n’ont même qu’une seule idée en tête : se marier. Elles se sont même fixé des échéances, des âges précis, des exigences précises. Mais tout cela fait qu’elles sont dans la peur et dans la résistance. Lorsque l’on « cherche » désespérément quelque chose, par peur de manquer, il est rare que nous arrivions à notre destinée… Et c’est bien sous-estimer son propre pouvoir de manifestation et le pouvoir de la vie, de nous fournir « tout ce qui est pour notre plus grand bien ».

La recherche d’un partenaire à tout prix est bien souvent une fuite pour ne pas avoir à s’occuper de sa propre réalité, et dans le but de combler un manque qu’il nous est impossible de combler par nous-même. Cela ne part donc pas d’une base et d’une volonté « saine » puisque cela part d’un vide et d’un manque.

Le problème des relations actuelles

Tout cela, le fait de devoir se marier, le fait d’être hétérosexuel ou homosexuel et les jugements qui vont avec, c’est l’humain et l’humain seul qui a inventé ces principes. D’un point de vue supérieur, spirituel, les relations amoureuses ont un objectif bien différent de celui que l’on nous a montré depuis petits.

Avoir comme seul objectif de vie, sur Terre, que de se marier par exemple, voudrait dire bien sous-estimer son rôle, son but et ses capacités ici sur Terre. De la même manière, avoir un seul mari (ou femme) ou plusieurs, d’un point de vue spirituel, est égal, dans le sens que l’un n’est pas mieux ou moins bien que l’autre, comme l’on tente de nous le faire croire dans notre société (il faut rester avec la même personne toute sa vie, même si cela ne va plus; Terminer une relation ou divorcer veut dire « échec »).

Beaucoup rentrent dans des schémas de vie pourtant contraires à ce qu’ils ressentent au fond d’eux, simplement pour « faire comme tout le monde » ou pour rentrer dans le moule, par peur d’être différents s’ils ne le font pas. Beaucoup se forcent à se marier « parce qu’ils ont un certain âge », ou parce qu’il le faut, que c’est mieux vu par la société. Beaucoup de couples sont ensembles simplement pour éviter la solitude. Beaucoup ne divorcent pas par peur de l’inconnu ou du jugement des autres et restent toute leur vie dans la frustration, la tristesse et la victimisation. Beaucoup recherchent en « l’homme de leur vie » ou « la femme de leur vie » la solution à tous leurs problèmes, quelque part par fuite et grâce au fait de se focaliser sur quelque chose d’autre; mais ce que nous devons régler en nous ne nous quitte jamais. Même avec un prince charmant.

Alors, quel est le but spirituel des relations amoureuses ?

On ne vient pas sur Terre pour se marier ou pour uniquement se reproduire. Nous venons sur Terre pour apprendre, et pour évoluer. Nous sommes ici pour l’évolution de notre Âme. Nous avons tous rencontré des personnes qui sont plus sereines que d’autres, plus « sages » que d’autres. Et bien cette sagesse que l’on ressent ou non chez les gens, dépend de leur niveau d’éveil, de conscience, et du niveau d’évolution de leur âme.

En ce qui concerne les relations, elles ne sont donc jamais des purs hasards ou des histoires de phéromones pures et dures, ainsi que de compatibilité pure et dure en matière de reproduction. Le fait que l’on soit attirés par quelqu’un en particulier ne peut pas être expliqué avec des raisons précises ou purement scientifiques, car nous sommes attirés par une personne pour des raisons bien plus grandes et bien plus importantes et cruciales pour le développement de notre âme !

Le but de chacune de nos relations est de nous faire évoluer spirituellement.

Nous savons que nous créons notre réalité à chaque instant, en fonction de la vibration que nous émettons, de l’énergie que nous avons – raison pour laquelle les « victimes » attirent toujours les « bourreaux », et raison pour laquelle, finalement nous trouvons toujours d’un point de vue extérieur, que les couples qui nous entourent se ressemblent, ils ont bien souvent la même énergie (positive ou négative) (« qui se ressemble s’assemble »).

Parfois la ressemblance n’est pas toujours frappante, les personnes peuvent paraître opposées même, mais il y a quelque part une vibration en eux qui est égale, comme par exemple encore une fois, la vibration de la victime qui est très basse (vibration du sentiment d’impuissance) et celle du bourreau qui est très basse aussi (vibration d’impuissance aussi, vis à vis du reste du monde par exemple, raison pour laquelle il a le besoin d’exercer son pouvoir sur une victime).

Nous sommes tous ici sur Terre pour comprendre que nous créons notre réalité. La chance et la malchance n’existent pas. Nous sommes de puissants créateurs à chaque instant, par toute vibration et énergie que nous émettons (à travers nos paroles, nos actes et nos pensées). Chaque relation est donc le reflet parfait de la vibration dans laquelle nous sommes. Chaque relation est donc le reflet parfait de ce que nous pensons de nous-même. Chaque relation est donc le reflet parfait de notre niveau d’amour de soi. Et chaque relation est la relation parfaite qu’il nous fallait pour comprendre ce que nous avions à comprendre, tout simplement parce que chaque relation est le miroir le plus puissant dans lequel nous puissions nous regarder.

N’avez-vous pas remarqué comme chaque relation fait toujours ressortir nos côtés sombres et ces parties enfouies que nous ne voulons surtout pas montrer au grand jour ? N’avez-vous pas remarqué comme chaque relation nous en apprend infiniment sur nous-même plus que n’importe quel livre ou enseignant ? N’avez-vous pas remarqué comme certaines personnes arrivent parfaitement dans nos vies, pile au bon moment, où nous en avions besoin ?

Alors, pour réaliser tout cela, il faut déjà avoir un certain recul, et ne pas se sentir en permanence « victime de la vie » et victime des autres. La vie n’est jamais contre nous. L’univers n’est jamais contre nous. Chaque chose qui nous arrive est toujours pour notre plus grand bien, en fonction des leçons que nous devons apprendre et de la vibration dans laquelle nous sommes au moment où ces choses arrivent. Le hasard n’existe jamais, dans absolument rien, et plus vous évoluerez spirituellement, plus vous vous en rendrez compte. Tout est d’une « perfection » déconcertante (même si cela peut être difficile à accepter pour certains lorsqu’il s’agit d’évènements d’apparence « négative »). Une rupture brutale par exemple avec un conjoint qui nous trompe ou nous met dehors, peut être un « mal nécessaire », un cadeau de la vie pour nous libérer de cette relation qui nous desservait et nous empêchait d’évoluer. Il fallait que la rupture soit douloureuse par exemple pour ne jamais vous faire retourner en arrière et vous faire vouloir passer vraiment à autre chose. Tout a toujours sa raison d’être et tout est toujours parfait, commencez à réfléchir à des exemples dans vos vies qui pourraient vous confirmer cela afin que vous l’acceptiez une bonne fois pour toute et ainsi fassiez de la vie votre meilleure alliée.

Votre relation actuelle vous permet-elle d’évoluer et vous rend-elle heureux(se) ?

Maintenant, il convient de se poser des questions cruciales et de se mettre à l’heure de la vérité. Nous savons donc que le but de chaque relation est de nous faire évoluer, en étant notre miroir, et donc chaque relation est par définition « bénéfique ». Maintenant, lorsqu’une relation nous rend malheureux, nous fait suffoquer, nous provoque une sensation de frustration, sentiment de ne pas être compris, de ne pas être jugé à sa juste valeur, aimé à sa juste valeur, il convient de regarder les choses en face et d’avoir le courage de prendre les décisions adéquates.

Combien de femmes restent en couple avec un homme qui ne les considèrent pas à leur juste valeur, qui ne les comprennent pas, qui les sous-estiment, qui ne les valorisent pas, qui ne se rendent pas compte de qui elles sont réellement, de leur potentiel, de ce qu’elles apportent au monde ou ne serait ce que de ce qu’elles font pour leur famille ? Alors pourquoi se sont-ils attirés ? Tout simplement parce que l’homme correspond à ce que cette femme pense d’elle-même : ELLE ne se considère pas à sa juste valeur, ELLE se sous-estime, ELLE ne se valorise pas, ELLE ne se rend pas compte de qui elle est… alors elle ne peut attirer qu’un homme qui est le reflet de ses propres pensées… (et inversement pour un homme avec une femme qui ne l’estime pas, elle est le reflet de ce qu’il pense de lui-même et de la relation qu’il a avec lui-même).

tantraAu fur et à mesure que nous évoluons et que nous changeons aussi notre regard sur nous-même et sur la vie, il convient d’être en phase avec la personne avec qui nous partageons notre vie, et notre corps. Avoir des relations sexuelles et partager son intimité avec une personne qui a une énergie destructrice pour nous peut créer des dommages consistants. Notre corps est notre temple sacré et notre énergie est sacrée aussi, elle ne doit pas être donnée à n’importe qui et sans conscience.

Malheureusement, la banalisation des relations sexuelles sans conscience à l’heure actuelle et l’encouragement à l’hypersexualisation des femmes a des conséquences terribles sur les hommes et les femmes, et sur notre être profond et notre âme qui s’abime de toutes ces recherches de fuite de notre réalité, et de comble de troubles émotionnels en tous genres. Si une relation ou un acte sexuel est effectué(e) dans une énergie de manque, de recherche d’être comblé ou de fuir sa réalité, c’est forcément destructeur. Une relation ne peut être bénéfique que si elle est effectuée dans l’optique d’apporter quelque chose à l’autre, et non de prendre.

Le secret d’une relation qui marche

Le secret d’une relation qui marche et qui sera « fulfilling », autrement dit, profondément satisfaisante, c’est quand les deux personnes souhaitent sincèrement s’amener vers le haut, et que les deux embrassent leurs énergies féminines et masculines (ce que l’on appelle le féminin sacré et le masculin sacré dont je parlerai dans un article complet prochainement).

Lorsque les deux personnes se concentrent plus sur le fait de donner à l’autre que sur le fait de recevoir (même si les deux sont indispensables, mais si l’on ne se concentre que sur le fait de recevoir comme beaucoup le font, là cela ne peut pas aller), et lorsque les deux personnes ont comme même objectif, le désir « d’élever » l’autre, la relation ne peut être qu’harmonieuse et bénéfique à tous les niveaux.

Chacun devient donc un tremplin dans la vie de l’autre, une marche qui l’aide à monter encore plus haut dans son parcours de vie, une aide divine qui correspond exactement à ce dont nous avions besoin.

Alors, tant que les deux évoluent à la même vitesse, et continuent de se porter vers le haut, c’est bien. Maintenant si l’un deux n’évolue plus, ne souhaite plus évoluer, ou change, il est de notre devoir de se respecter assez et de s’aimer assez pour prendre les décisions nécessaires à la poursuite de notre propre évolution, ce qui est le but de notre vie (pas d’être en couple coûte que coûte au détriment de notre propre mission de vie).

N’oubliez pas, la qualité de notre relation est le reflet de la qualité de nos pensées envers nous-même et envers le monde…

Et pour les personnes célibataires en recherche justement d’un partenaire, il est important de faire d’abord un travail sur soi, pour être soi-même dans l’harmonie, avant d’accueillir quelqu’un dans sa vie, si l’on veut que la relation fonctionne. Encore une fois, chercher quelqu’un pour combler ses manques est voué à l’échec. Une relation peut aider à s’aimer plus, à s’améliorer sur certains aspects bien entendu, mais un travail personnel en parallèle d’évolution doit toujours être opéré, de manière à pouvoir nous aussi apporter quelque chose à l’autre (et non uniquement recevoir).

Avoir son Monde intérieur

feminine2Quand nous y réfléchissons bien, vers quelles personnes sommes nous le plus attiré ? Les personnes qui ne supportent pas d’être seules et qui n’ont pas vraiment de monde intérieur (en constante recherche de se combler avec des amis ou conjoints) ou les personnes qui sont complètes à elles-mêmes, qui ont leur monde intérieur, leurs propres passions et propre vie sans n’avoir besoin de personne, mais qui justement lorsqu’elles ont quelqu’un, sont par conséquent aptes à les faire rêver, à les instruire sur certains sujets et à leur apporter quelque chose ?…

Une relation amoureuse, c’est comme une cerise sur le gâteau de notre évolution personnelle. Ce n’est pas le gâteau principal. Le gâteau principal c’est votre propre mission de vie. A cela, viendront s’ajouter des personnes, des amis, des membres de votre famille, des partenaires de travail et des partenaires amoureux, et même des animaux, et oui (même eux ont un rôle important), qui serviront tous à votre expansion et à qui vous servirez également. Sauf que dans l’amour de couple, on peut aider encore plus, car on partage une intimité tellement forte que tout est décuplé.

Je considère chacune de mes relations comme quelque chose de sacré, de magique, une opportunité de mélanger deux vies et deux âmes, et de s’unir pour nos deux expansions, du maximum que nous pourrons. Rien de plus beau que deux êtres qui s’unissent pour s’élever mutuellement. Mais encore une fois, pour cela, il faut que les deux aient leur propre monde intérieur, afin d’avoir quelque chose à offrir à l’autre, de quoi nourrir l’autre spirituellement, afin que la relation ne se ternisse pas rapidement comme c’est le cas de la plupart des relations effectuées dans le seul but de se combler ou de « trouver quelqu’un » coûte que coûte.

On peut réellement transformer et se transformer en amour. On peut également expérimenter ce que cela fait que de ne faire qu’un. De fusionner son propre corps avec celui d’un autre et donc ses deux énergies et ses deux âmes pour ne faire qu’un. Et selon moi, il n’y a rien de plus puissant et de plus magique…

Source: http://lauramarietv.com/

 

Trouvé dans La Presse Galactique

781778719.2Etincelle

DES NOUVELLES EXTRAORDINAIRES!!

 

kins-settlement-bill

 

La vision d’Anastasia est en voie de manifestation sur le plan national en Russie!!! Voir LA SOLUTION DÉFINITIVE

 

Il faut tous et toutes prier avec ferveur que cette loi soit adoptée. Voici les détails.

 

En 2013, I. V. Lebedev, Ya. E. Nilov, A. N. Svintsov et S. M. Katasonov, les députés de la Duma D’état (Parti Démocrate libéral de la Russie), ont présentée un Projet de loi No 269542-6 Sur les Domaines Familiaux dans le gouvernement d’état de la Fédération de Russie.

Le projet de loi No 269545-6 d’Amendements aux Lois Individuelles de la Fédération de Russie en lien avec l’Adoption de la Loi Fédérale sur les domaines familiaux a été présentée dans la Duma D’état de la Fédération de Russie en même temps comme le projet de la loi Fédérale sur les Domaines Familiaux.

Conformément au projet de loi en question, on accordera des terres :

 

  • À chaque citoyen ou famille de le La Fédération de Russie qui veut;
  1. -Une terre de non moins d’un hectare ;
  2. -Ce gratuitement;
  3. -pour utilisation à vie avec le droit de transfert par legs (comme propriété héréditaire pour vie ou comme propriété privée, à l’option du citoyen lui-même ou elle-même);
  4. -sans le droit de vente, de louer, etc (seulement le transfert par le legs après la mort ou le transfert à un parent proche pendant sa durée de vie );
  5. -avec une exemption de trois types d’impôts — foncière, sur les bâtiments et sur les produits du dit domaine;
  6. -avec le droit de construire une habitation sur un domaine sur des terres à vocation agricole, dans des régions peuplé et dans des zones forestières ;
  7. -sans possibilité de confiscation ou d’expropriation des domaines pour des exigences gouvernementales ou municipales;
  8. -avec le droit de s’unir avec d’autres domaines familiaux dans des écovillages et autre rassemblements de domaines familiaux;
  9. -avec la possibilité de recevoir l’appui de l’état conformément aux lois fédérales actuelles.

 

La date prévue d’entrée en vigueur de la loi est le 1 juillet 2014.

kins-settlement-bill-2

 

Trouvé sur Le Blog d’Aigle Bleu

 

Alors même qu’en France

UN VITICULTEUR BIO POURSUIVI POUR AVOIR REFUSÉ DE TRAITER SA VIGNE.

et que dans beaucoup de pays on doit simplement se battre pour avoir le droit d’utiliser des semences non hybrides que voudrait nous imposer Monsanto,  heureusement que des gens font tout leur possible pour garder des semences traditionnelles comme l’association KOKOPELLI.

781778719.2Etincelle

LA SCIENCE ET MOI : QUI SUIS-JE VRAIMENT ?

 

Certaines données scientifiques nous questionnent sur notre identité. Car face à certains chiffres, nous sommes en droit de nous demander : mais qui sommes-nous vraiment ? Vertige au pays du « Moi ».

 

© Brooke Shaden

© Brooke Shaden

Pour commencer, la science nous dit que nous sommes faits en moyenne à 70% d’eau. Mais si l’on compte le nombre de molécules d’eau dans une cellule, du fait que ces molécules sont plus petites, il y en a beaucoup. A vrai dire, énormément. « L’eau représente 70% de la masse d’une cellule. Mais si l’on compte les objets, c’est-à-dire le nombre de molécules présentes dans une cellule, celle-ci est alors faite à 99% d’eau. Il faut compter jusqu’à 100 pour trouver un objet qui ne soit pas de l’eau dans une cellule », nous dit le Pr Marc Henry, chercheur en chimie et spécialiste de l’eau. 99% des molécules qui composent nos cellules sont des molécules d’eau, ça commence fort. 

De plus il y a, non pas 2 fois, mais 10 fois, plus de bactéries dans notre corps que de nos propres cellules humaines. 10 puissance 15 bactéries contre 10 puissance 14 cellules. C’est simplement vertigineux. Un zéro de plus sur un chiffre déjà faramineux, ça fait une différence énorme. « C’est-à-dire que (plus de) la moitié de moi-même, ce n’est déjà pas moi-même en quelque sorte », explique Jeremy Narby, un anthropologue qui s’est penché sur la question. Que font-elles là, toutes ces bactéries ? Sont-elles en train de nous parasiter ? Pas du tout. « Nous avons besoin de ces bactéries pour préserver le bon fonctionnement de notre écologie interne. Par exemple, nous ne pouvons pas synthétiser toutes nos vitamines sans elles, ou encore, la présence de certaines bactéries ou certains champignons nous aide à éloigner d’autres bactéries ou champignons », explique Dorion Sagan, fils et collaborateur de Lynn Margulis, une biologiste spécialiste des bactéries. 

Il y a aussi que les cellules humaines de notre corps, celles qui ne sont pas des bactéries, sont quand même issues de bactéries. Décidément. « Nos propres cellules, celles qui composent nos tissus, sont le résultat d’une symbiose de plusieurs bactéries qui ont accepté de fusionner pour former une cellule plus complexe », poursuit Dorion Sagan. Comme nous l’explique l’article « La coopération du vivant » (Inexploré n°21), il y a de cela des milliards d’années des bactéries ont accepté de s’emboîter pour être plus efficaces ensemble, ce qui a donné naissance à l’ancêtre de la cellule humaine. Et nous pourrions continuer à sortir d’autres données étonnantes du chapeau de la science, sur la composition de notre corps humain… La question qui émerge alors, est : qui sommes-nous dans tout ça ? 

Le tout est plus que la somme de ses parties

Ce que ces données nous amènent surtout à comprendre, c’est que nous ne sommes pas une « chose » ou un objet spécifique, à part du reste du monde. Nous sommes composés des mêmes éléments chimiques et des mêmes bactéries qui composent la nature. Cela fait que nous ne pouvons pratiquement pas, par exemple, trouver de molécules qui soient exclusivement humaines. Nous aurions bien quelques gènes à nous, mais très peu au final. Nous partageons la très grande majorité de notre génome avec nos cousins les primates. Alors qu’est-ce qui explique nos caractéristiques ? Qu’est-ce qui fait de nous des êtres humains ? Car, si sous les microscopes la différence n’est pas frappante, il est indiscutable qu’à grande échelle nous avons nos spécificités. 

La réponse ne se trouverait pas dans les composants de notre corps, mais dans la manière dont ils s’organisent. De nombreux philosophes et scientifiques expliquent que c’est dans l’agencement spécifique des parties qui nous composent, et dans la manière qu’elles ont de produire un flux d’information, que la caractéristique de toute chose apparaît. Nous serions alors composés d’échantillons du monde, agencés de manière humaine. « En biologie, les nouvelles découvertes nous montrent que la cohérence d’ensemble émerge de l’interaction entre les parties, mais n’existe pas dans les parties elles-mêmes », nous explique le philosophe des sciences Erwin Laszlo dans ses cours à la Giordano Bruno Globalshift University. Une qualité autre que celle contenue dans les éléments émerge, se manifeste. Certains l’appellent information, d’autres conscience, car il semble quand même bien y avoir une intelligence à l’œuvre. Au cours de son évolution, la vie aurait donc tendance à se complexifier. Elle produirait constamment de nouvelles formules, avec les mêmes éléments de base, permettant l’apparition de capacités et états de conscience novateurs. « Comme l’explique le biologiste Ludwig Van Bertalanffy, l’évolution crée à chaque étape une nouvelle stabilité dynamique d’une complexité supérieure. Une nouvelle conscience émerge, qui unifie les informations échangées entre les composants », poursuit Erwin Laszlo. Nous sommes une sorte de table périodique des éléments organisée en une splendide mosaïque en 3 – et peut-être plus – dimensions qui donne la vie à la conscience humaine. 

Un micro-écosystème en dialogue constant avec le monde

Composé des mêmes éléments que le monde, notre corps s’inscrit dans une continuité de matière et d’information avec la biosphère – le monde vivant sur cette planète. Ce sont le même air, la même eau, les mêmes nutriments, les mêmes particules de lumière, qui sont à l’intérieur et à l’extérieur de nous et des autres êtres vivants. Ca circule constamment, majoritairement à notre insu. Nous sommes alors faits d’une danse de poussière d’étoiles car les atomes qui font notre corps sont vieux comme le monde et ils continuent de circuler. « La vie est un continuum qui n’a jamais été rompu depuis qu’elle est apparue et l’homme est totalement imbriqué dans ce système », souligne Dorion Sagan. Les bactéries avec lesquelles nous vivons en symbiose sont des témoins privilégiés de cet enchevêtrement. Elles participent à des transferts de gènes dont nous ne soupçonnons même pas la rapidité et l’ampleur. « En tant qu’individus, nous sommes déjà remplis de toutes sortes d’intelligences qu’on commence à découvrir. Sans parler du fait que n’importe quel être, n’importe quel brin d’herbe à côté de moi, est également une sorte de cathédrale cellulaire, un organisme sensible qui perçoit. Tout l’édifice de la vie sur terre grouille d’une intelligence énorme et biologique, et on en fait partie », raconte Jeremy Narby. 

Un véritable tapis de vie, s’étendant d’à peu près 10 km en deçà de la croûte terrestre à 15 km au dessus, tissé des relations de tous les éléments qui le composent, serait alors traversé par des flots constants d’informations de différentes natures. Et nous sommes des perles entrelacées dans cette étoffe. « Nous sommes un système vivant ouvert, qui échange continuellement de la matière, de l’énergie et de l’information avec l’environnement. Le monde n’est pas en dehors de nous et nous ne sommes pas en dehors du monde », explique Erwin Laszlo. Ce que cela dit est que nous serions traversés de courants d’informations autres que purement humaines. « Notre sentiment d’unité n’est qu’une fraction de la multitude d’états théoriquement disponibles pour nous, et auxquels nous accédons en états modifiés de conscience. Donc il semblerait que ce dont nous faisons l’expérience, lorsque nous pensons être dans notre conscience individuelle, serait plus comme un raccourci. Cela ne veut pas dire que nous ne sommes pas, d’une certaine manière, des individus. Mais je ne pense pas que nous soyons des individus comme nous pensons que nous le sommes », conclut Dorion Sagan. Notre conscience humaine, précieuse, nécessaire à notre cohérence, ne serait qu’un bout d’une vaste conscience à laquelle nous aurions aussi potentiellement accès via notre matière et nos sens. Avons-nous oublié d’écouter aussi le monde en nous ?

Trouvé sur INREE
781778719.2Etincelle
 
 

YANN DALL’AGLIO: L’AMOUR — VOUS LE FAITES MAL.

 

Dans cette charmante conversation, le philosophe Yann Dall’Aglio explore la recherche universelle de tendresse et de connexion dans un monde qui est de plus en plus axé sur l’individu. Comme il s’avère, il est plus facile que vous le pensez. Une réflexion sage et amusante sur l’état de l’amour de nos jours. (Filmé à TEDxParis.)

 

 

Trouvé sur TED ideas worth spreading

781778719.2Etincelle