“LUMIERE SUR LES ORBES” AVEC SYLVIE JOUBERT SUR NUREA TV

 

 

 

Entretien le vendredi 14 avril à 20h00

« Lumière sur les Orbes » avec Sylvie Joubert

Sylvie Joubert est Docteur en sociologie de l’Université René Descartes – Paris V Sorbonne depuis 1989. D’une façon générale, ses travaux sociologiques sont marqués par un recul à l’égard des dualités intellectuelles et universitaires courantes : réel et virtuel, phénomène et noumène, vrai et faux, visible et invisible, exotérique et ésotérique, sont pour elle les dichotomies d’un vieil entendement n’ayant plus de raison d’être.

Elle est notamment l’auteur de l’ouvrage « Le monde de Peter – Eveil à une sociologie des orbes »

Elle nous rejoint à l’occasion de cette Nuit Nuréa pour aborder le dossier intriguant des Orbes

” Depuis le développement des photographies numériques, il est fréquent d’obtenir des clichés sur lesquels figurent de curieuses formes, souvent circulaires et lumineuses, appelées « Orbes ». Simples poussières pour les uns, esprits de la nature pour d’autres, elles suscitent de véritables débats dont les sociologues se font ici l’écho. Peut-on envisager, avec la plus grande objectivité possible et quelques éléments à l’appui, que des « Êtres Volants Non Identifiés » coexistent avec notre humanité ? “

Cette émission est également l’occasion de traiter du sujet de la transcommunication instrumentale, un thème développé par Sylvie Joubert dans son ouvrage « Coprésence : le manifeste Möebius »

 

 

Vous souhaitez commander les livres de Sylvie Joubert? Voici quelques liens utiles :
– « Le monde de Peter – Eveil à une sociologie des orbes » https://www.amazon.fr/monde-Peter-Eve…
– « Coprésence : le manifeste Möebius – Contact avec le monde invisible »
https://www.amazon.fr/Copr%C3%A9sence…
– « Parasciences – Le Cœur de la Raison »
https://www.amazon.fr/Parasciences-Co…

 

Trouvé sur NUREA TV

Etincelle

 

LES ELEVES FINLANDAIS N’ONT QUASIMENT PAS DE DEVOIRS A FAIRE ET CE SONT LES MEILLEURS DU MONDE

 

 

Le réalisateur américain Mikeal Moore a comparé le système éducatif des Etats-Unis avec celui de la Finlande . Ce qu’il a découvert l’a laissé sans voix… (Axel Leclercq)

 

L’éducation étant à la base de tout, les différents candidats à l’élection présidentielle devraient absolument s’intéresser au cas finlandais. Là-bas, les enfants ont très peu d’heures de cours, n’ont quasiment aucun devoir à rendre et sont sans cesse invités à jouer. Résultat : ces léèves sont devenus les meilleurs du monde !

La Finlande a amorcé cette révolution dans les années 70. À l’époque, leur système éducatif était jugé assez médiocre mais, désormais, il fait des étincelles. Pour percer le secret de cette réussite, le réalisateur américain Mickael Moore s’est rendu sur place… et il n’en est pas revenu. Un reportage rafraîchissant, enthousiasmant… et terriblement inspirant ! Regardez.

 

 

On essaie de leur apprendre à penser par eux-mêmes et à avoir un esprit critique. »

 

« Le cerveau doit se détendre de temps en temps. Si on vous assène de la matière sans cesse, ça n’a aucun sens, vous n’apprenez rien »

 

« On tente de leur apprendre à être des humains heureux. À respecter les autres et eux-mêmes. »

 

Leen Liusvaara, directrice d’école en Finlande :

 

« Il y a tellement plus dans la vie qu’à l’école… »

 

On ne saurait mieux dire que cette dernière citation. Une fois qu’on a compris ça, on peut enfin offrir à nos enfants l’école qu’ils méritent, celle qui offre confiance en soi, joie de vivre et soif de découverte.

 

Sur le même sujet, lire aussi : En Finlande, les élèves apprennent à vivre ensemble. Résultat : ce sont les meilleurs !

 

Trouvé sur positivr.fr

 

  Etincelle

« L’ AUTRE TERRE DES DIEUX : MYSTÈRES ET PHÉNOMÈNES INEXPLIQUÉS EN ROUMANIE » AVEC DEIMIAN

 

 

Il y’a quelques mois, Deïmian l’auteur du film documentaire « L’Autre Terre des Dieux » peu avant sa sortie était déjà venu sur Nuréa TV. Il a été à nouveau reçu le 7 mars pour un nouvel entretien pendant lequel il a eu l’occasion de revenir sur le contenu de ce film et au cours duquel il a répondu à des questions.

« L’Autre Terre des Dieux » aborde les découvertes archéologiques faites ces dernières décennies en Roumanie pour lesquelles peu d’informations ont filtré. On parle de tablettes antérieures à la civilisation Sumérienne et d’artéfacts candidats à remettre en question notre chronologie. Mais au-delà de ces découvertes pour le moins extraordinaires, l’Autre Terre des Dieux part sur les traces de peuplades de géants qui, dans les anciens temps, auraient foulé les terres de ce pays mythique et énigmatique.

Site officiel : http://www.deimian.com

 

 

Trouvé sur Nuréa TV 

 

A voir aussi : L’autre Terre des Dieux, vidéo de l’émission du 28 novembre         

 Etincelle            

 

L’ARBRE, NOTRE SEMBLABLE

arton11681-1cd18

Peter Wohlleben, forestier « écologique », a développé une intime connaissance des arbres. Dans son ouvrage « La Vie secrète des arbres », il nous guide dans le monde passionnant et secret de ces majestueux végétaux, laissant penser qu’il n’existe, entre eux et nous, aucune différence de nature.

Pourquoi les végétaux attirent-ils moins les hommes que les animaux ? Pourquoi sommes-nous davantage sensibles au spectacle d’un troupeau de chevreuils ou de baleines à bosse qu’à celui d’une forêt de hêtres ? À cause de l’évolution qui, au plus profond de notre être, nous a éloignés du monde végétal, affirme Peter Wohlleben dans La Vie secrète des arbres. Pour l’homme, la vue d’un ciel uniformément bleu est associée à un sentiment de plénitude et d’apaisement alors que, du point de vue d’un arbre, il ne peut qu’être synonyme de dur travail puisque la lumière est le carburant de la photosynthèse, ce phénomène par lequel l’arbre transforme le gaz carbonique et l’eau en sucre pour sa croissance.

Notre difficulté à entrevoir le monde végétal tient également à l’échelle du temps. Elle est différente de la nôtre. La jeunesse d’un arbre dure dix ou vingt fois plus longtemps que celle d’un être humain et sa vie s’étale sur des siècles voire davantage. Le déploiement des feuilles, la pousse des rameaux appartiennent également à une temporalité différente. En définitive, l’arbre donne l’impression d’être presque immobile, comme un objet.

Il faut à l’arbre surmonter des épreuves inouïes s’il veut atteindre le grand âge 

C’est cette représentation que le livre de Wohlleben combat au fil des chapitres. Son objectif — et il l’atteint — est de nous faire découvrir la richesse de la vie des arbres et sa proximité avec celle des humains. Il parle d’or. Forestier traditionnel pendant une vingtaine d’années en Allemagne, l’auteur gère aujourd’hui, au sud de Cologne, une forêt selon un mode « écologique ». Son regard sur la forêt a changé. À force d’arpenter son mandala, d’observer de près ce qui s’y passe saison après saison, de relier ses expériences aux travaux d’autrui, il a compris que les arbres sont sensibles à la douleur, qu’ils ont une capacité à mémoriser et à communiquer entre eux, qu’ils ont un sens du goût et de la solidarité, que des parents-arbres vivent avec leurs enfants… C’est ce monde secret et passionnant qu’il s’efforce de faire partager.

Le lecteur va de surprise en surprise au fur et à mesure qu’il avance dans la vie d’un arbre. Il découvre que si un hêtre produit près de deux millions de faînes au cours de sa longue vie (400 ans), une seule au bout du compte deviendra un arbre adulte, et qu’une loi aussi implacable s’applique au peuplier et au milliard de graines qu’il fournit. Quelle que soit l’espèce, « un arbre engendre un seul et unique successeur (…) Il n’y aura qu’une seule [graine] gagnante ».

On comprend mieux cette hécatombe en découvrant les aléas de la vie d’un arbre. Il lui faut surmonter des épreuves inouïes s’il veut atteindre le grand âge. Il doit être bien accroché au sol et bien équilibré, ne pas avoir perdu une branche maitresse ou une partie du houppier, afin de résister à un ouragan dont la poussée équivaut à deux cents tonnes ; il doit conserver intacte son écorce pour en interdire l’entrée aux parasites — scolytes, chenilles, et autres prédateurs — qui rêvent de percer cette peau végétale ; il doit disposer de ressources en eau considérables (un hêtre adulte peut propulser 500 litres d’eau par jour dans ses branches et ses feuilles) et d’une alimentation suffisante ; il doit être capable de nouer des relations fructueuses avec les champignons dont le réseau de filaments constitue le prolongement indispensable des racines ; il doit… Que ne doit-il pas ?

« Les pointes des racines sont équipées de dispositifs similaires à un cerveau » 

Wohlleben brosse un portrait tout en empathie de l’arbre. Il le voit comme un être vivant à placer sur le même plan qu’un animal. Le rapprochement est contesté, mais ne peut-on pas assimiler les racines à un cerveau ? Prudent, l’auteur se contente de rappeler que « le débat qui anime la communauté scientifique depuis des années est vif », mais on sent bien de quel côté il penche. Secrètement, il est convaincu qu’il n’existe pas de différence de fond entre le végétal et l’animal. Et de citer les travaux d’un botaniste allemand pour qui « les pointes des racines sont équipées de dispositifs similaires à un cerveau ». Pour l’auteur, en fait, la division que nous avons établie entre le monde végétal et animal est arbitraire : elle repose sur le fait que, pour se nourrir, l’un utilise la photosynthèse tandis que l’autre ingère des organismes vivants. La véritable différence est ailleurs. Elle « concerne le temps nécessaire au traitement des informations puis à leur transformation en actions ». Il est bref dans le règne animal, lent lorsqu’il s’agit du végétal. Rien qui permet pour autant d’établir une échelle des valeurs entre les deux.

Dire qu’il n’y a pas de différence de nature entre le végétal et l’animal débouche sur des questions embarrassantes, du type : Y a-t-il des méthodes d’abattage des arbres préférables à d’autres ? Faut-il continuer à faire brûler des buches de bois ? Doit-on utiliser le bois pour fabriquer du papier, des meubles… ? Autant de questions qui nous semblent absurdes en ce début de siècle, mais dont rien ne dit qu’elles ne seront pas débattues un jour (comme cela a été le cas avec la question de la souffrance animale). « L’exploitation du bois doit se faire dans le respect des besoins spécifiques des arbres. Cela signifie qu’ils doivent pouvoir satisfaire leurs besoins d’échange et de communication, qu’ils doivent pouvoir croître dans un véritable climat forestier, sur des sols intacts, et qu’ils doivent pouvoir transmettre leurs connaissances aux générations suivantes. Au moins une partie d’entre eux doit pouvoir vieillir dans la dignité, puis mourir de mort naturelle », conclut l’auteur.

Le débat est lancé.


  • La vie secrète des arbres. Ce qu’ils ressentent. Comment ils communiquent, par Peter Wohlleben (traduit de l’allemand par Corinne Tresca), éditions Les Arènes, Paris, 272 p., 20,

Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Trouvé sur reporterre.net
mandalalaluna450-1  Etincelle

“LES MYSTERIEUSES RELIQUES DU PEROU” – AVEC THIERRY JAMIN

Thierry Jamin est un archéologue, chercheur et explorateur français, président de l’Institut Inkari Cusco. Il est diplômé en Histoire & Géographie aux Universités françaises de Tours et de Toulouse. Depuis 1998, il consacre ses recherches dans le sud du Pérou à l’étude de la présence permanente des Incas en forêt amazonienne.

La découverte récente de reliques très étranges dans la zone désertique Paracas-Nazca du Pérou. Ces reliques ou « créatures momifiées », découvertes dans le désert péruvien en janvier 2016, sont en cours d’analyse (test ADN, C14, …).

Cette découverte archéologique extraordinaire pourrait non seulement bouleverser l’Histoire de l’Humanité mais aussi apporter un éclairage nouveau sur la place de l’Homme dans un univers où il n’est certainement pas si seul que l’on veut bien le croire.

Vidéos à ce sujet sur NUREA TV

PHOTOS 

 relique-perou

 

Plusieurs clichés de l’une des mains circulent déjà sur Internet depuis mercredi 21 décembre, nous avons décidé de vous en montrer un peu plus (voir vidéo en bas de l’article). 

Cette main momifiée se trouvait, avec beaucoup d’autres choses, dans l’un des deux sarcophages découverts dans le désert du sud du Pérou, en janvier 2016. 

Elle mesure 33 centimètres de long. 
Elle comporte trois doigts, constitués de six phalanges (l’un des doigts extérieurs n’en comporte cependant que cinq). 
La phalange supérieure possède un ongle très similaire aux ongles humains. 

L’une des particularités de cette main est aussi la présence de trois implants métalliques, enserrant des tendons et un petit os. 
Toutes les mains découvertes ont cette étrange particularité de posséder de tels implants, voire de petites plaques métalliques rondes “incrustées” dans la partie supérieure de la paume de la main… 

D’après certaines estimations de médecins, d’archéologues et d’anthropologues, cette main appartenait à un individu dont la taille s’élevait peut-être entre 2,70 m et un peu plus de 3,00 mètres… 

À quelle espèce appartient cette étrange main ? 
Il n’y a que des analyses ADN qui pourront sans doute le dire…
Et vous n’êtes pas au bout de vos surprises…
À Très Bientôt !
Bien Amicalement À Vous, depuis le Cœur des Andes,
Thierry JAMIN.

 

Cette main fait penser aux Grands Gris qui souvent commandent les Petits Gris lors des enlévements d’humains !

 

http://static.wixstatic.com/media/e9889f_ea4cc3feb6d04e80b7ba4a51a639286e.jpg_srz_690_465_85_22_0.50_1.20_0.00_jpg_srz
Cette main fait penser aussi aux Acturiens !
Autre vidéo
15628231_1112790362163911_5282243886368948224_n
от Laurent Freeman на Rutube
http://stopmensonges.com/une-main-dextraterrestre-retrouvee-par-un-particulier-fait-le-buzz-sur-la-toile/

Trouvés sur NUREA TV, Le Grand Changement 

A l’heure actuelle Thierry Jamin vient de préciser encore hier lors d’une émission, que rien ne permet de dire que ces reliques sont d’origines extraterrestres. Il ne sait pas encore de quoi il s’agit vraiment.  Tout est à l’étude et demande à être bien analysé pour en savoir plus.

mandalalaluna450-1 Etincelle

“L’HOMME DE GLACE” VEUT PROUVER SCIENTIFIQUEMENT LE POUVOIR DE L’ESPRIT

wim-hof-breaks-world-record-for-longest-ice-bath-the-wim-hof-method-675x400

Wim Hof est resté 1h13 dans un tube rempli de glace, établissant un nouveau record mondial. (capture d’écran Youtube)

L’univers est rempli de mystères qui remettent en question notre savoir actuel. Dans la série « Au-delà de la science », Epoch Times rassemble des récits à propos de ces phénomènes étranges pour stimuler notre imagination et nous amener à découvrir des horizons insoupçonnés. Sont-ils vrais ? À vous de décider.

Wim Hof est né dans un monde glacial. Sa naissance fut traumatique, alors qu’il a dû lutter pour s’extraire hors du placenta, qu’il partageait avec son frère jumeau, pour arriver dans le couloir froid d’un hôpital néerlandais. Il a presque suffoqué. Son humble et dévouée mère fit alors le vœu devant Dieu que s’Il laissait son bébé naître, elle l’élèverait pour qu’il devienne missionnaire.

Lors de son adolescence, Hof revisita ce traumatisme ; le froid et le souffle court, qui prirent presque sa vie, il les métamorphosa en une puissance pour le bien, il s’engagea sur un chemin qui accomplirait le vœu de sa mère d’une manière qu’elle n’aurait jamais pu imaginer.

Dans sa recherche de quelque chose de plus profond, Hof consulta des textes bouddhiques, pratiqua le yoga et plusieurs arts martiaux ou techniques de méditation. Il passa beaucoup de temps dans la nature et y trouva une grande inspiration. Un jour, lorsqu’il avait 17 ans, il glissa dans un bassin d’eau couvert d’une mince couche de glace.

« Boom, je me suis senti si bien ! », se souvient Hof avec un enthousiasme caractéristique. « Le froid force l’introspection. » Le froid le connecta au choc de sa naissance, affirme-t-il, et l’aida à transcender ce traumatisme. Il sentit la circulation de son sang s’accélérer de manière inhabituelle, sa respiration a changé. Il réalisa que respirer d’une certaine façon lui permettait de se sentir à son aise dans l’eau glacée.

Les changements qu’il connut pendant qu’il était dans l’eau lui ont permis de reprendre le contrôle des fonctions automatiques de son corps.

« Il s’agit d’une révélation physique. Il s’agit d’une révélation mystique », affirme-t-il. Cette affirmation exprime bien la double nature de sa réalisation – aussi spirituelle que scientifiquement démontrable.

Il se submergea dans la source d’eau pure revitalisante pendant 15 ans avant que quelqu’un ne l’apprenne. Dans l’isolement, « personne ne me connaissait comme l’homme de glace », explique Hof. « Je ne voulais pas être surnommé de la sorte ni qu’on me prenne pour un fou. »

Un journal local découvrit finalement la pratique exceptionnelle de Hof et il devient l’homme de glace. « Ils ont en quelque sorte fait de moi une espèce de super héros – l’homme de glace », mentionne-t-il. Empreint d’humilité dans sa force et enclin à une vie tranquille et paisible même s’il exécute des démonstrations hautement publicisées (dont quelques-unes lui ont valu d’avoir son nom intronisé dans le livre des records mondiaux Guinness), Hof recherche premièrement la reconnaissance pour aider les autres.

Son message d’inspiration est que tout le monde peut accomplir ce qu’il fait et développer significativement une meilleure santé.

hof

Wim Hof, également connu comme « l’Homme de glace ». (Enahm Hof/IcemanWimHof.com)

Accomplir la promesse

C’est une conversation téléphonique avec Dr Ken Kamler de New York qui a incité Hof à rechercher les preuves ou les fondements scientifiques de ce qu’il sait être vrai.

Dr Kamler s’intéressait à l’habilité de Hof à contrôler son propre système immunitaire. Si Hof pouvait enseigner à d’autres à faire de même, les maladies inflammatoires comme la sclérose en plaques, l’arthrite rhumatoïde et la maladie de Crohn pourraient être guéries – sans même l’usage de médicaments ou de chirurgie (Hof a remarqué que les compagnies de l’industrie pharmaceutique ne sont pas ses plus grands partisans).

D’autres maladies sérieuses pourraient aussi être guéries si on étudiait plus en profondeur la méthode de Hof. Dr Kalmer a confié à Hof que si les tests expérimentaux utilisés pour vérifier sa méthode pouvaient être reproduits, cela pourrait représenter un avancement pour le genre humain.

« C’est à ce moment que je suis consciemment devenu un missionnaire », confie-t-il. La promesse faite par sa mère devant ce nouveau-né fragile était remplie par la volonté inébranlable de cet homme.

Une demi-heure après cette révélation, il reçut un appel lui annonçant le décès de sa mère.

« Elle était fille de fermier, elle était naïve, mais elle était une bonne personne », déclare Hof. « Elle entend ceci maintenant et je la remercie », a-t-il avoué lors d’une entrevue téléphonique avec Epoch Times. Il parlait en direct de la Pologne, où il entraîne 20 personnes à se baigner dans l’eau glacée pour faire remonter des émotions à travers des exercices de respiration et à contrôler certaines parties de leur corps qu’on a longtemps cru être hors de portée du pouvoir de la volonté humaine.

hofwim

Wim Hof, également connu comme « l’homme de glace ». (Enahm Hof/IcemanWimHof.com)

C’est de la science

C’est avec succès qu’il a entraîné des étudiants à exercer le même contrôle que lui sur leur propre corps et cet accomplissement a été documenté et examiné par des pairs dans des revues scientifiques spécialisées.

Une étude publiée par l’Académie américaine nationale des sciences en 2014 a noté : « Jusqu’à présent, autant le système nerveux autonome que le système immunitaire ont été considérés comme ne pouvant pas être contrôlés volontairement. La présente étude démontre que par la pratique de techniques acquises lors d’un programme d’entraînement de courte durée, le système nerveux et le système immunitaire peuvent en effet être contrôlés de manière volontaire. »

L’auteur principal de l’étude, Matthijs Kox du Centre médical de l’université de Radboud aux Pays-Bas, a révélé à Nature que les résultats étaient préliminaires, mais encourageants. Lors de cette étude, Hof a enseigné sa technique à 12 étudiants. Ces 12 étudiants et 12 sujets témoins ont tous reçu, par injection, une toxine bactériologique pour induire fièvre, maux de tête et autres symptômes de maladie. Hof et ses étudiants ont démontré une habileté d’inhibition des symptômes accrue.

Les étudiants de Hof ont été capables de produire de l’adrénaline à volonté. Le contrôle des hormones par la pensée peut aider dans le traitement des symptômes de la dépression, explique Hof, et simplement permettre à une personne de se sentir bien. Aussi terrible que cela puisse paraître, les gens ont même appris à apprécier les bains de glace.

« Pure joie »

Un critique pour Physique Hacks a essayé le cours que Hof a mis à la disposition du public sur Internet et a avoué dans une vidéo disponible sur YouTube : « Pendant la première semaine de douches froides, la thématique commune récurrente lors de mes expériences et ce que j’écrivais [dans mon livre de cours] en était une de douleur – “douleur absolue ; pur enfer ; douches froides = oh, l’horreur”. Cependant, ironiquement, après la deuxième semaine, ces mots liés à la douleur se sont transformés en mots liés au plaisir – “me suis senti incroyablement bien ; joie pure ; en un mot : ouah”. »

L’enthousiasme de Hof et sa vigueur sont contagieux. Sa méthode est issue d’un sentiment d’émerveillement, d’un retour vers la nature, a-t-il affirmé. Lors de son entrevue avec Epoch Times, il a souvent exprimé cet émerveillement sous forme de déclarations telles que « Ouah, je suis tellement reconnaissant d’être ici sur la planète ! »

Il s’est mérité la renommée par l’accomplissement d’exploits tels que l’ascension du mont Everest en pantalons courts ou en atteignant le sommet du mont Kilimandjaro en un temps record avec un groupe de ses étudiants – parmi lesquels se trouvaient des gens malades et âgés. Il continue de viser de nouveaux records avec ses étudiants, mais ce n’est pas son objectif principal.

« Le prochain défi pour moi est la science, la recherche », indique-t-il. « C’est en soi mon mont Everest. »

Il continue à enseigner et à soumettre sa méthode à la recherche scientifique. Il répand le pouvoir de la méditation et de l’autoguérison à travers les masses. « Cette méthode n’est plus une méthode alternative », indique Hof.

Wim Hof met des cours en ligne sur son site (en anglais), pour plus d’informations : https ://www.wimhofmethod.com

Version anglaise : ‘Ice Man’ on a Mission to Scientifically Prove Power of Mind

 

Trouvé sur Epoch Times

mandalalaluna450-1 Etincelle

 

ON A APPRIS A CES ENFANTS A OUVRIR LE TROISIEME OEIL ET A LIRE AVEC LES YEUX BANDES

yeux-bandes-2

Si vous ne croyez toujours pas aux capacités psychiques, alors vous devez regarder la video ci-dessous.

Pour beaucoup d’entre nous, il ne fait aucun doute que nous possédons tous des capacités que certains considéreraient comme « paranormales » ou psychiques, même s’il ne s’agit là en réalité que d’une forme de compréhension innée avec laquelle nous sommes tous nés. Ces enfants font tous partie d’une petite école alternative du comté d’Essex. Dans cette école, les cours sont principalement enseignés avec les yeux bandés pour leur apprendre comment activer leur troisième œil et voir à travers leurs bandeaux.

Ces enfants sont capables de faire à peu près n’importe quoi tout en ayant les yeux complètement bandés. Ils sont capables de lire des livres, de jouer à des jeux, de dessiner des images identiques à celles placées à proximité d’eux de l’intervieweur, et de faire des choses bien plus encore phénoménales que cela.

Lucy, l’une des filles interrogées dans cette vidéo, semble posséder une capacité psychique plus accrue que les autres. Bien que l’intervieweur lui dessine des images différentes alors qu’elle a les yeux bandés, elle est en mesure de dire exactement ce qu’il dessine avant même qu’il tourne le papier face à elle.

yeux bandés

On a appris à ces enfants à ouvrir leur troisième oeil et à lire avec les yeux bandés

Elle peut littéralement voir à travers ses bandages, et même à travers le papier grâce à son troisième œil. C’est la preuve de l’incroyable potentiel de l’homme.

Mais la difficulté réside clairement dans le fait que beaucoup de gens ont vite tendance à discréditer cette méthode, ainsi que les vidéos et les études similaires. Beaucoup de gens prétendront qu’ils sont en mesure de voir à travers les bandeaux, même si la transparence des bandeaux auraient été vérifiée par les membres de l’équipe de tournage.

Beaucoup de gens iront même supposer que toute l’entrevue aurait été mise en scène et que toutes ces personnes sont des acteurs. Mais quel en serait le but, surtout quand les exemples en sont innombrables?

À mesure que le voile se lève, et que nous pouvons collectivement comprendre qu’il y a une réalité beaucoup plus profonde qu’il n’y paraît, ces types de phénomènes deviendront banals. L’institutrice qui dirige ce programme dit que le meilleur moment pour enseigner aux enfants ces capacités est entre l’âge de 6 et 12 ans.

C’est parce que les réactions du corps émotionnel des enfants sont encore existants; la logique et la pensée critique ne sont pas encore les méthodes employées de leur façon de percevoir la réalité. Ils sont particulièrement en harmonie avec eux-mêmes et n’ont pas encore été formatés par la société à se conformer à la « normalité ».

Il est tout à fait envisageable pour quiconque d’apprendre cela, mais il est toujours plus facile d’apprendre entre 6 et 12 ans. Par exemple, si une personne a fortement été influencée à croire que la capacité psychique est un mensonge, il ne sera probablement jamais en mesure de déverrouiller les pouvoirs de son troisième œil.

Nous devons saisir le concept fondamental que, voir n’est pas croire, croire permet de voir. Les enfants n’ont aucune difficulté avec le fait de ‘croire’, car ils vivent principalement dans leur imagination et c’est pourquoi il est si facile pour eux de puiser dans ces capacités cachées, que nous détenons tous.

Vous pouvez en apprendre plus au sujet de l’école en CLIQUANT ICI

Source : thespiritscience.net

Trouvé sur Esprit Science Metaphysiques

mandalalaluna450-1 Etincelle