DECOUVREZ STEVE : UN NOUVEAU PHENOMENE RECEMMENT DECOUVERT

 

 

C’est à bord du navire de recherche polaire nommé « Boaty McBoatface », qu’un groupe de passionnés par les aurores boréales a découvert un tout nouveau phénomène atmosphérique, qu’ils ont nommé Steve, en référence à une scène du film d’animation Nos voisins, les hommes (Over the Hedge) dans laquelle les personnages donnent ce prénom à une créature qu’ils entendent pour la première fois. Ce phénomène lumineux prend la forme d’une sorte de long faisceau éclairé traversant le ciel nocturne. Ce dernier est si étrange, qu’il n’a toujours pas de description scientifique formelle.

Ce sont les membres du groupe dAlberta Aurora Chasers qui ont observé ce phénomène pour la toute première fois. Il s’agit d’une sorte de rayon lumineux de couleur violette, qui est apparu dans le ciel nocturne. L’équipe a constaté ce phénomène lorsqu’ils observaient des aurores boréales.

Mais quel est donc ce phénomène appelé Steve ?

Eric Donovan, un professeur au Département de Physique et d’astronomie de l’Université de Calgary au Canada, a enquêté sur le phénomène afin de découvrir sa nature : il semblerait que Steve soit en réalité un flux de gaz chaud qui bouge bien plus rapidement que l’air environnant, d’où cette couleur violette.

Le travail des scientifiques amateurs qui ont découvert le phénomène a également attiré l’attention de l’ESA et de la NASA, qui tentent à présent de mieux comprendre l’origine de ce phénomène. « Il se trouve que Steve est en fait un phénomène commun, mais nous ne l’avions simplement pas remarqué auparavant. (Il a été découvert) grâce aux nombreuses observations au sol ainsi que par le biais des satellites, grâce à l’accès aux données ainsi qu’à une armée de citoyens scientifiques unissant leurs forces pour le documenter », ajoute Donovan.

Ce que nous savons de Steve

Le phénomène Steve peut durer jusqu’à une heure voire plus, et il semble saisonnier. La couleur de la lumière qu’il émet est généralement violette, parfois accompagné de lueurs vertes. Le phénomène apparaît dans l’hémisphère nord, sur des latitudes semblables à celles de Calgary, au Canada. Lors de la découverte, certains scientifiques ont pensé qu’il s’agissait d’une sorte d’arc de protons (soit une aurore de protons), mais les aurores de protons ne sont pas visibles à l’oeil nu, il était donc impossible qu’il s’agisse du même phénomène.

Donovan a donc analysé des données collectées par la mission SWARM de l’ESA, qui vise à étudier le champ magnétique terrestre, afin d’en savoir plus sur cet étrange phénomène. La mission SWARM repose sur une constellation de trois mini-satellites, enregistrant des mesures de haute précision et de haute résolution de la forme, de la direction ainsi que des changements dans le champ magnétique terrestre (qui sont responsables du déclenchement des aurores). Ces caractéristiques spectaculaires sont causées par des collisions entre les particules chargées électriquement émises par Soleil avec le champ magnétique et l’atmosphère terrestre (collision avec des gaz tels que l’oxygène et l’azote). Cela a pour effet de provoquer des lueurs vertes dans le ciel : le phénomène Steve semble suivre un procédé très similaire. Il s’agirait donc d’un cas particulier d’aurore.

Voici Steve, dans toute sa splendeur :

aurore steve phenomene

Crédits : Dave Markel/ESA

C’est donc en combinant les données concernant les informations sur les horaires et les lieux où Steve a été aperçu, avec les données recueillies par la mission SWARM, que Donovan a pu commencer à rassembler quelques-unes des caractéristiques inhabituelles du phénomène : « Comme le satellite volait directement à travers Steve, les données de l’instrument mesurant le champ électrique ont démontré des changements clairs », explique Donovan. « La température à 300 kilomètres au-dessus de la surface de la Terre a augmenté de 3000°C et les données ont révélé que le ruban de gaz fait 25 kilomètres de large et se dirige vers l’ouest à environ 6 km/s, par rapport à une vitesse d’environ 10 m/s sur les côtés du ruban », ajoute-t-il.

Donovan a également expliqué que les scientifiques n’étaient pas encore certains de la cause générant une telle hausse de température, et que les détails seront révélés lors d’une prochaine publication concernant leur enquête sur le phénomène.

Concernant le nom de Steve, reste à savoir s’il sera gardé ou non de manière définitive. Dans tous les cas, un des membres du groupe de l’Alberta Aurora Chasers a même suggéré qu’il puisse devenir l’acronyme pour Strong Thermal Emission Velocity Enhancement (soit forte augmentation de la vitesse d’émission thermique, en français).

VIDÉO : Un nouveau phénomène astronomique appelé « Steve »

 

Source : ESA

 

Trouvé sur trustmyscience.com

  Etincelle

Advertisements

“LUMIERE SUR LES ORBES” AVEC SYLVIE JOUBERT SUR NUREA TV

 

 

 

Entretien le vendredi 14 avril à 20h00

« Lumière sur les Orbes » avec Sylvie Joubert

Sylvie Joubert est Docteur en sociologie de l’Université René Descartes – Paris V Sorbonne depuis 1989. D’une façon générale, ses travaux sociologiques sont marqués par un recul à l’égard des dualités intellectuelles et universitaires courantes : réel et virtuel, phénomène et noumène, vrai et faux, visible et invisible, exotérique et ésotérique, sont pour elle les dichotomies d’un vieil entendement n’ayant plus de raison d’être.

Elle est notamment l’auteur de l’ouvrage « Le monde de Peter – Eveil à une sociologie des orbes »

Elle nous rejoint à l’occasion de cette Nuit Nuréa pour aborder le dossier intriguant des Orbes

” Depuis le développement des photographies numériques, il est fréquent d’obtenir des clichés sur lesquels figurent de curieuses formes, souvent circulaires et lumineuses, appelées « Orbes ». Simples poussières pour les uns, esprits de la nature pour d’autres, elles suscitent de véritables débats dont les sociologues se font ici l’écho. Peut-on envisager, avec la plus grande objectivité possible et quelques éléments à l’appui, que des « Êtres Volants Non Identifiés » coexistent avec notre humanité ? “

Cette émission est également l’occasion de traiter du sujet de la transcommunication instrumentale, un thème développé par Sylvie Joubert dans son ouvrage « Coprésence : le manifeste Möebius »

 

 

Vous souhaitez commander les livres de Sylvie Joubert? Voici quelques liens utiles :
– « Le monde de Peter – Eveil à une sociologie des orbes » https://www.amazon.fr/monde-Peter-Eve…
– « Coprésence : le manifeste Möebius – Contact avec le monde invisible »
https://www.amazon.fr/Copr%C3%A9sence…
– « Parasciences – Le Cœur de la Raison »
https://www.amazon.fr/Parasciences-Co…

 

Trouvé sur NUREA TV

Etincelle

 

« L’ AUTRE TERRE DES DIEUX : MYSTÈRES ET PHÉNOMÈNES INEXPLIQUÉS EN ROUMANIE » AVEC DEIMIAN

 

 

Il y’a quelques mois, Deïmian l’auteur du film documentaire « L’Autre Terre des Dieux » peu avant sa sortie était déjà venu sur Nuréa TV. Il a été à nouveau reçu le 7 mars pour un nouvel entretien pendant lequel il a eu l’occasion de revenir sur le contenu de ce film et au cours duquel il a répondu à des questions.

« L’Autre Terre des Dieux » aborde les découvertes archéologiques faites ces dernières décennies en Roumanie pour lesquelles peu d’informations ont filtré. On parle de tablettes antérieures à la civilisation Sumérienne et d’artéfacts candidats à remettre en question notre chronologie. Mais au-delà de ces découvertes pour le moins extraordinaires, l’Autre Terre des Dieux part sur les traces de peuplades de géants qui, dans les anciens temps, auraient foulé les terres de ce pays mythique et énigmatique.

Site officiel : http://www.deimian.com

 

 

Trouvé sur Nuréa TV 

 

A voir aussi : L’autre Terre des Dieux, vidéo de l’émission du 28 novembre         

 Etincelle            

 

CHILI : UN LAC DE 14KM CARRES DISPARAIT EN 1 NUIT

Chili : un lac de 14km² disparaît en une nuit
lac riesco disparaît mystérieusement dans patagonia chile mai 2016, le lac Riesco chile disparaît mystérieusement, lac patagonia Riesco chile disparaît mystérieusement, le lac disparaît mystérieusement au Chili mai 2016, le lac patagonia disparaît mystérieusement mai 2016, le lac patagonia disparaît mystérieusement mai 2016, le lac riesco disparaît mystérieusement dans patagonia chile mai 2016

 

Nous sommes au Chili, en pleine région de Patagonie, le Lac Riesco aurait soudainement disparu en l’espace d’une nuit… 

Cette étrange histoire s’est déroulé le 30 mai 2016. Le Lac Riesco est un lac de taille assez importante, environ quatorze kilomètres carrés pour une profondeur moyenne de soixante-douze mètres et une profondeur maximum de cent trente mètres. En l’espace d’une nuit le lac qui se trouvait là se serait vidé intégralement. Les médias locaux se sont rapidement saisis de l’affaire publiant de nombreuses photographies avant/après.

Personne ne sait ce qui se passe là-bas. Le manque d’information de toutes les équipes officielles augmente le mystère. Gouffre? faute géologique? Ou manque de pluie?

Lac Riesco, ou Lago Riesco en espagnol, a presque complètement disparu des cartes et personne ne sait pourquoi!

lac riesco disparaît mystérieusement dans patagonia chile mai 2016, le lac Riesco chile disparaît mystérieusement, lac patagonia Riesco chile disparaît mystérieusement, le lac disparaît mystérieusement au Chili mai 2016, le lac patagonia disparaît mystérieusement mai 2016, le lac patagonia disparaît mystérieusement mai 2016, le lac riesco disparaît mystérieusement dans patagonia chile mai 2016
Le lac est situé à 27 kilomètres de Puerto Aysén, dans la Patagonie chilienne.
lac riesco disparaît mystérieusement dans patagonia chile mai 2016, le lac Riesco chile disparaît mystérieusement, lac patagonia Riesco chile disparaît mystérieusement, le lac disparaît mystérieusement au Chili mai 2016, le lac patagonia disparaît mystérieusement mai 2016, le lac patagonia disparaît mystérieusement mai 2016, le lac riesco disparaît mystérieusement dans patagonia chile mai 2016

 

Cette vidéo de Miriam Henriquez, résidente de Aysen montre des images choquantes et dramatiques du lac asséché
Les autorités n’ont pour le moment trouvé aucune explication à cette histoire. La région où se situe ce lac est volcanique mais aucune activité récente n’a été enregistrée. La zone est aussi soumise à une importante activité sismique mais rien n’a non plus été détecté. Aucune personne de la région n’a entendu de bruit ni sentie de vibration ou quoique ce soit d’anormal. Pour le moment aucun trou ni aucune crevasse n’a été découvert qui pourrait expliquer cet étrange phénomène qui a fait disparaître totalement l’eau du lac . Même si cette année les précipitations n’ont été que de 34% par rapport aux moyennes enregistrées cela ne suffirait pas à faire disparaître une telle quantité d’eau en si peu de temps. 

Les théories sont les plus diverses ont été donnés mais aucune n’est vraiment convaincante. Certaines personnes pensent que l’eau aurait été aspiré par le sol à cause d’une sinkhole comme on en a vu. D’autres pensent à des problèmes liés au manque de précipitation. Des théories plus farfelues ont été émise tel que des extraterrestres qui seraient venu aspirer l’eau du lac durant la nuit…

 

lac riesco disparaît mystérieusement dans patagonia chile mai 2016, le lac Riesco chile disparaît mystérieusement, lac patagonia Riesco chile disparaît mystérieusement, le lac disparaît mystérieusement au Chili mai 2016, le lac patagonia disparaît mystérieusement mai 2016, le lac patagonia disparaît mystérieusement mai 2016, le lac riesco disparaît mystérieusement dans patagonia chile mai 2016

 

La faille Liquiñe-Ofqui

La faille Liquiñe-Ofqui  est une faille géologique majeure qui se prolonge sur plus de 1200 kilomètres le long de la partie sud du Chili à partir de la zone de la Liquiñe à Valdivia au golfe de Penas.

 

lac riesco disparaît mystérieusement dans patagonia chile mai 2016, le lac Riesco chile disparaît mystérieusement, lac patagonia Riesco chile disparaît mystérieusement, le lac disparaît mystérieusement au Chili mai 2016, le lac patagonia disparaît mystérieusement mai 2016, le lac patagonia disparaît mystérieusement mai 2016, le lac riesco disparaît mystérieusement dans patagonia chile mai 2016

 

lac riesco disparaît mystérieusement dans patagonia chile mai 2016, le lac Riesco chile disparaît mystérieusement, lac patagonia Riesco chile disparaît mystérieusement, le lac disparaît mystérieusement au Chili mai 2016, le lac patagonia disparaît mystérieusement mai 2016, le lac patagonia disparaît mystérieusement mai 2016, le lac riesco disparaît mystérieusement dans patagonia chile mai 2016
lac riesco disparaît mystérieusement dans patagonia chile mai 2016, le lac Riesco chile disparaît mystérieusement, lac patagonia Riesco chile disparaît mystérieusement, le lac disparaît mystérieusement au Chili mai 2016, le lac patagonia disparaît mystérieusement mai 2016, le lac patagonia disparaît mystérieusement mai 2016, le lac riesco disparaît mystérieusement dans patagonia chile mai 2016

 

Enfin, un gouffre ou une fissure géante formée dans le milieu du lac pourraient être une autre origine pour le drainage du lac. En Chine, une doline a avalé un étang et 25 tonnes de poissons et au Mexique, où la rivière Atoyac a disparu du jour au lendemain !
La disparition de l’eau soudaine soutient les hypothèses géologiques. Grande vidéo sur les changements qui se sont produits dans cette fois beau lac de la vierge Patagonie chilienne:
Attendons maintenant les explications officielles … Le manque d’information augmente le mystère entourant le lac Riesco.
Source

Trouvé sur Le Nouveau Paradigme

mandalalaluna450-1Etincelle

EL NINO : ON ASSISTE A L’UN DES PHENOMENES LES PLUS FORTS OBSERVES DEPUIS CINQUANTE ANS

4915048_6_7a19_un-incendie-massif-fait-rage-au-sud-de-fort_9d32d7b457670f7e17f33188ba3722e0

Un incendie massif fait rage au sud de Fort McMurray, en Alberta, le 4 mai. HANDOUT / REUTERS

 

Pour le climatologue Eric Guilyardi (Locean/CNRS, université de Reading au Royaume-Uni), la sécheresse et les fortes températures, qui contribuent aux feux de forêts ravageant l’Alberta, au Canada, trouvent leur cause dans le phénomène El Niño, particulièrement actif cette année.

Le phénomène El Niño, qui se forme dans le Pacifique, peut-il produire des effets jusqu’au nord du continent nord-américain, où se trouve l’Alberta ?

El Niño est une anomalie du système océan-atmosphère dans le Pacifique, qui survient tous les trois à sept ans. Il se traduit par une perturbation du cycle météorologique normal, qui pousse les eaux chaudes vers les côtes de l’Equateur et du Pérou et provoque un renversement des alizés. Le Pacifique tropical couvre un quart de la surface de la planète. Lorsque l’on modifie les zones de vent et de pression à cette échelle, les répercussions se fontsentir sur l’ensemble du globe et en particulier aux moyennes latitudes et en Amérique du Nord.

L’AUTRE IMPACT D’EL NIÑO, MAIS CETTE FOIS DANS L’EST DE L’AMÉRIQUE DU NORD, CE SONT DES HIVERS BIEN PLUS RUDES

Quand El Niño arrive, il produit des impacts sur tous les autres bassins, ce qui explique qu’on ait aussi en ce moment des épisodes très forts de sécheresse en Afrique de l’Est ou en Indonésie. Dans l’ensemble formé par les Etats-Unis et le Canada, El Niño va déplacer les précipitations vers le Sud – la Californie a enregistré par exemple de fortes précipitations cette année –, en revanche, les régions du Nord-Ouest, comme celle de l’Alberta, vont recevoir moins de pluie. L’autre impact d’El Niño, mais cette fois dans l’est de l’Amérique du Nord, ce sont des hivers bien plus rudes, là encore parce que les arrivées d’air sec et froid du Nord sont facilitées.

 

El Niño est particulièrement intense depuis l’hiver 2015. Comment cela s’explique-t-il ?

Le phénomène El Niño dure environ un an, de printemps à printemps, avec une intensité maximale en hiver. L’année 2015-2016 est en effet l’un des événements les plus forts observés depuis cinquante ans. El Niño est d’une intensité équivalente aux épisodes de 1982-1983 et de 1997-1998, qui avaient été particulièrement forts. Un nombre significatif d’études démontre que lorsque des coups de vent d’Ouest interviennent dans la zone Pacifique en mars et se répètent tout au long du printemps et de l’été, le système produit un phénomène El Niño extrême.

Au printemps 2014, les conditions de chaleur dans l’ouest du Pacifique étaient remplies pour aboutir à un tel scénario, mais les coups de vent ne s’étaient pas enchaînés ensuite. En mars 2015, les conditions de chaleur étaient identiques mais, cette fois, la nature s’est illustrée par une succession de coups de vent d’Ouest, favorables à un épisode El Niño intense.

L’intensité de ce phénomène météorologique va-t-elle en s’accentuant ?

Depuis quelques dizaines d’années d’observation, on réalise que les phénomènes El Niño sont tous différents. Considérant que cet événement se produit tous les trois à sept ans, il faut de très longues séries de mesures pourdétecter un changement. Mais on a tout de même pu démontrer, dans une étude publiée il y a deux ans, que dans le scénario du « laisser-faire », celui qui nous emmène vers 5 °C de réchauffement global, un doublement de la fréquence des El Niño extrêmes était à prévoir à partir de 2050. En revanche, dans le scénario où l’on met en place les stratégies climatiques pour rester sous le seuil de 2 °C de réchauffement, la proportion statistique d’El Niño extrêmes reste la même.

Comment contrer les effets d’El Niño ?

On ne peut pas arrêter El Niño, par contre, on peut l’anticiper le plus possible et s’organiser en conséquence. Le Pérou, par exemple, est en état d’alerte depuis l’été 2015. Dans certains pays d’Afrique de l’Est, des systèmes d’alerte se mettent en place pour faire face à une augmentation du risque d’impact d’El Niño. S’il n’est pas possible de prévoir un tremblement de terre, nous sommes capables de prévoir El Niño six à neuf mois à l’avance suivant les régions. Des systèmes de prévisions saisonnières à partir de modèles océan-atmosphère sont suffisamment fiables pour aider à la gestion de risque.

 

La situation que traverse l’Alberta aujourd’hui était donc prévisible…

Oui. Dès le mois de mai 2015, nous pouvions affirmer que la probabilité pour que cette région soit plus sèche que la normale était élevée. La situation de sécheresse qui a entraîné les autorités provinciales à décréter l’état de « désastre agricole » s’explique en partie par El Niño, mais aussi par l’histoire des précipitations décennales de cette région. Comme la Californie, qui fait face à la sécheresse depuis quatre ans, l’Alberta est confrontée à un profond manque d’eau.

 

Peut-on s’attendre à une baisse d’intensité d’El Niño dans les semaines à venir ?

Le phénomène 2015-2016 se termine. Dans le Pacifique, on n’enregistre presque plus d’anomalie de température de la surface de l’eau, puisque c’est ce paramètre qui permet de mesurer El Niño : la hausse est de l’ordre de 0,5 °C seulement, alors qu’elle était de 3 °C en décembre. Mais les impacts hors de la zone Pacifique peuvent durer plus longtemps puisque le système a de l’inertie.

Trouvé sur le Nouveau Paradigme

mandalalaluna450-1Etincelle

LE VOLCAN JAPONAIS SAKURAJIMA ENTRE EN ERUPTION A SEULEMENT 50KM D’UNE CENTRALE NUCLEAIRE

 

volcan-sakurajima

 

Le volcan, l’un des plus actifs du pays, est entré en éruption ce vendredi soir.

Situé dans le sud du Japon, au large de la ville portuaire de Kagoshima (600 000 habitants), le Sakurajima culmine à 1 117 mètres et se situe à une cinquantaine de kilomètres de la centrale nucléaire Sendai, dont les réacteurs 1 et 2 ont été récemment relancés.

Si le régulateur a jugé que ces réacteurs répondaient aux critères plus sévères imposés après la catastrophe de Fukushima en mars 2011, les habitants sont très perplexes et les organisations antinucléaires se sont opposées à ce redémarrage qui, selon elles, fait fi des risques sismiques et volcaniques.

 

Aussi spectaculaire et inquiétante soit-elle, l’éruption n’aurait pour le moment causé ni dégât, ni blessé. Des centaines de milliers d’habitants vivent pourtant à proximité immédiate du volcan, qui se trouve en outre à une cinquantaine de kilomètres de la centrale de Sendai, dont les réacteurs ont été réactivés pour la première fois en août depuis Fukushima.

Le risque humain est l’un des plus élevés au Japon, face à ce volcan, car il se trouve au milieu de la baie de Kagoshima. Ces conditions font peser un risque constant de nuées ardentes et de tsunamis sur la population qui vit à proximité, ainsi que sur les habitants de la ville de Kagoshima (environ 600 000 habitants) distante de huit kilomètres à vol d’oiseau.

La télévision publique rapporte déjà des images spectaculaires de projections de lave rougeoyante dans le ciel.

sources : http://www.sudouest.fr/ /https://francais.rt.com/international

 

Trouvé sur la Terre du Futur

mandalalaluna450-1Etincelle

LIVRE ET A VOIR ABSOLUMENT VIDEO ” LA GUERRE SECRETE CONTRE LES PEUPLES” – CONFERENCE DE CLAIRE SEVERAC

guerre-secrète-contre-les-peuplesQuelques mots d’abord sur l’auteur de ce livre, Claire Séverac. Cette femme hors norme a longtemps travaillé dans le milieu de la chanson avec des artistes renommés. Mais cette ancienne étudiante en sciences politiques se situe aux antipodes du discours superficiel des artistes moralisateurs qui interviennent dans les médias pour valider la pensée unique.

Claire Séverac s’intéresse donc depuis des années aux scandales liés à la santé et à l’influence mondialiste en ce domaine.

Puisqu’il est question de mondialisme, on ne s’étonnera pas de retrouver Pierre Hillard en préfacier de La guerre secrète contre les peuples.

Très documenté, cet ouvrage vient en effet compléter d’autres livres consacrés au nouvel ordre mondial en abordant d’autres aspects de celui-ci à travers les manipulations génétiques, les épandages (chemtrails), le projet militaire HAARP, les armes électromagnétiques, les OGM, les effets secondaires de certaines vaccinations, les antennes GSM, le transhumanisme… et le plan de limitation de l’humanité mondiale à 500 millions d’habitants.

Bien entendu, la presse bien-pensante et docile ne parlera pas de ce livre et son auteur ne sera pas invité à le présenter lors d’une émission littéraire. Aux yeux de ces médias aux ordres, Claire Séverac fait figure de conspirationniste.

Mais ses détracteurs seront bien en peine de nier les documents que Claire Séverac dévoile. Documents et informations qui mis bout en bout viennent confirmer les ambitions dictatoriales d’une oligarchie cosmopolite. Ce plan démoniaque des « élites » assume ses objectifs mortifères. Le livre de Claire Séverac abonde de citations effrayantes. Telle celle-ci, de John P. Holdren, conseiller scientifique de Barack Obama : « Un programme de stérilisation des femmes après leur deuxième ou troisième enfant (…) La capsule pourrait être implantée à la puberté et être amovible, avec une permission officielle, pour un nombre limité de naissances. »

Le contenu de ce livre est terriblement inquiétant mais sa lecture est indispensable pour prendre connaissance de diverses manipulations qui empoisonnent notre existence, et plus encore celle nos enfants, sans que nous y prêtions attention.

Ce livre est aussi à conseiller à des personnes habituellement hermétiques aux questions politiques et qui trouveront là de quoi comprendre que d’autres pensent pour eux…

Bienvenue dans le monde que vous préparent les fondations Rockefeller, Ford, Carnegie, Bill et Melinda Gates et autres officines mondialistes !

La guerre secrète contre les peuples est édité chez Kontre-Kulture et peut être commandé auprès du site de la maison d’édition

Trouvé sur média press info

 

Conférence de Claire Séverac au Théâtre de la Main d’or

 

Comme toujours pour vous informer

mandalalaluna450-1Etincelle