C’EST VRAIMENT N’IMPORTE QUOI : LES COLLINES DE FUKUSHIMA OUVERTES AU PUBLIC POUR VISITER LA FLORAISON / COMMENT AGIT LA RADIOACTIVITE

 

Ou on espère que ce sera le cas à Fukushima.

Pendant longtemps le pays est resté incompréhensible pour le monde extérieur. Il l’est devenu même pour certains citoyens après l’accident de Fukushima.
Les collines en question, Hanami-yama, sont célèbres pour la floraison de ses arbres, mais elles se situent aussi dans le district de Watari, le district le plus contaminé de Fukushima City. Le Pr Mori de l’université de Tokyo a ramassé un ver de terre dans ce district dont les déjections possédaient 1,37 million de becquerels par kilo de césium radioactif. C’est également l’endroit où on a récolté du riz dont le césium dépassait 1500 Bq/kg.

Selon le ministère de l’éducation, le niveau de radiations à l’heure actuelle dans le parking où démarre un sentier est de 0,528 microsievert/h à 1 mètre du sol, une diminution d’environ 0,7 microsievert/h après décontamination à ce qu’il paraît les 13 et 14 janvier 2013. Le niveau a réaugmenté insidieusement depuis.
De toutes façons, voilà ce qu’un journal de Fukushima rapporte le 30 janvier :

Hanami-yama réouvert totalement, espoir d’un déclenchement d’un renouveau explosif

Hanami-yama à Fukushima City est surnommé le ”paradis caché”. Il sera totalement ouvert aux visiteurs dès février, conformément à la décision de l’association pour la promotion du tourisme prise lors de l’assemblée générale du 29 janvier. L’entrée était interdite l’année dernière pour que les arbres puissent récupérer, mais cette année les habitants du coin, dont le propriétaire du terrain M. Ichiro Abe (93 ans) qui a répondu à une forte demande de la part des passionnés (les spectateurs de la floraison). L’industrie touristique qui a souffert de rumeurs sans fondement après l’accident de la centrale de Fukushima espère que la réouverture déclenchera un renouveau du tourisme local.

Hanami-yama est une destination populaire au printemps. En 2010, il y a eu 320.000 visiteurs. Il n’y en eut que 94.000 après la catastrophe et l’accident du 11 mars 2011. En 2012, 101.000 personnes sont venues. Avec l’augmentation du nombre de visiteurs, les arbres se sont affaiblis. L’année dernière, l’entrée était interdite, et seule était autorisée une promenade à la périphérie.

Les arbres vont nécessiter environ trois ans pour récupérer correctement, mais les agriculteurs du lieu, dont M. Abe ont décidé de rouvrir vu le nombre de gens qui ont écrit à la ville pour demander une réouverture et pour réaliser un renouveau après la catastrophe et l’accident nucléaire.
Le parc sera ouvert le 1er février. Du 5 au 29 avril, un contrôle de la circulation sera en place et des navettes de bus seront en service. L’association de promotion du tourisme fournira des information sur les radiations sur sa page d’accueil. Le parking sera décontaminé en avril pour la pleine saison afin de dissiper les peurs.

M. Mitsuru [?] Tsuchida (80 ans) est plein d’espoir. Il a dit, ”Nous avons reçu des encouragements de gens partout dans le pays. Nous aimerions recevoir autant de gens que possible.” Le maire de Fukushima City Takanori Seto a dit, ”L’animation du printemps va être de retour, ce qui va encourager les habitants de la ville. J’aimerai aussi remercier les habitants du lieu [dans le district de Watari].” M. Kazuhiro Watanabe (62 ans), président de l’association touristique, a dit, ”Le dommage au tourisme a été considérable depuis la catastrophe. Nous cherchons une collaboration avec d’autres régions [aux floraison célèbres] comme les cerisiers de Minaru et Aizu, populaires aujourd’hui grâce à une émission de NHK.

Donc, selon le journal (je suis sûr que c’est le plus populaire et acceptable à Fukushima), la raison de la fermeture des collines aux visiteurs l’année dernière était pour donner du repos aux cerisiers, car ils ont souffert de stress par la venue de trop de visiteurs entre les 320.000 en 2010 et les 94.000 en 2011. Cela a-t-il un sens ?

Je me demande si M. Abe, 93 ans et M. Tsuchida, 80 ans, savent vraiment combien les collines sont contaminées.

De nouveau on retrouve la notion de ”visiteurs venant de loin qui mettront du baume au cœur des habitants du lieu”. Exactement comme les enfants d’école primaire de la préfecture d’Osaka qui allaient mettre du baume au cœur des habitants dans une autre cité fortement contaminée de Fukushima et comme le gouvernement municipal de Tokyo qui veut accueillir les Olympiades 2020 pour que les habitants de Tokyo et les japonais soient encouragés et revigorés par les visiteurs mondiaux qui rendront visite à Tokyo pour l’occasion.

Hanami-yama avant l’accident nucléaire (2010), photo envoyée par un blog :

 

花見山1

 

Trouvé sur Bistro Bar Blog

 

 

COMMENT AGIT LA RADIOACTIVITE

 

Pour vous rendre compte du danger !

1- On y voit les rayonnements émis par une pointe d’aiguille radioactive grâce à une chambre à brouillard ultra simple.
2- Puis une animation nous montre comment les rayonnements abiment les chromosomes, supports de notre hérédité.

 

 

Source : vivre-apres-fukushima.fr

 

Trouvé sur les moutons enragés

 

Le monde est devenu fou comment peut-on encore envoyer sciamment des gens dans cette région.  Ah oui j’oubliai l’argent est plus important que la vie….

Etincelle

LE POUVOIR DE L’INTENTION / WAYNE DYER

 

Les gens déterminés sont souvent perçus comme des pitbulls, prêts à tout pour réussir et résolus à ne jamais abandonner le dessein qu’ils ont en tête. Par conséquent, on croit, qu’il faut travailler dur et posséder le désir infatigable d’atteindre l’excellence pour réussir. Le Dr Wayne W. Dyer propose dans cette conférence donnée à Boston, un point de vue fort différent sur l’intention. Pour lui, celle-ci est une force universelle qui permet à l’acte créateur de se manifester. L’intention, nous explique Wayne Dyer, n’est pas quelque chose que nous faisons, mais quelque chose dont nous faisons partie. Nous sommes tous le fruit d’un dessein qui s’est manifesté à travers la puissance invisible de l’intention, un champ d’énergie auquel nous pouvons avoir accès pour co-créer notre vie !

 

 

51zvAjS3acL._SL500_AA300_

 

 

 

 

 

 

 

 

Trouvé sur Connaissances sans frontières

 

A méditer

Etincelle

CHINE : PEKIN EN PLEINE ASPHYXIE, DES MILLIONS D’HABITANTS APPELES A RESTER CHEZ EUX, LES HOPITAUX DEBORDES

 

pollution pekin

Les autorités de Pékin conseillaient mercredi 30 janvier à des millions d’habitants de rester si possible à leur domicile, face à la forte pollution atmosphérique persistante contre laquelle quelques mesures locales ont été par ailleurs annoncées. La capitale chinoise étouffe depuis trois jours sous un épais brouillard de particules nocives, après avoir connu à plusieurs reprises en janvier d’autres pics de pollution d’une densité inédite.

A Pékin, mégalopole de 20 millions de personnes où circulent plus de 5 millions de véhicules, le gouvernement municipal a déconseillé de sortir aux enfants, aux personnes âgées et aux résidents à la santé pouvant être affectée par les particules nocives, et d’en tout cas limiter leurs sorties. Et les radios du matin invitaient les habitants à rester le moins possible dans les rues, où de plus en plus d’habitants se déplacent le visage recouvert d’un masque filtrant, certains le conservant même à leur travail ou à leur domicile.
Niveau de pollution “dangereux”

Mardi, les autorités locales ont affirmé avoir imposé la fermeture de 103 usines et avoir interdit à 30% du parc des voitures officielles de circuler. Ces mesures timides n’ont pas permis d’éviter de nouveaux taux préoccupants. L’ambassade des Etats-Unis, qui calcule et publie son propre indice de qualité de l’air, jugeait que la pollution atmosphérique avait atteint un niveau “dangereux” mercredi après-midi.

Le gouvernement chinois peut de moins en moins ignorer la mobilisation croissante des Chinois contre ce fléau, surtout face aux centaines de vols annulés ou retardés ces dernières semaines et aux habitants en détresse respiratoire qui affluent dans les hôpitaux.

Deuxième économie de la planète et premier marché automobile mondial, la Chine voit son environnement menacé par ses nombreuses industries polluantes, son trafic routier en constante expansion et son laxisme pour protéger les écosystèmes. La Chine consomme désormais autant de charbon que l’ensemble des autres pays de la planète. Le pays en tire plus de 70% de son énergie.

Les hôpitaux connaissent un afflux de patients…

Les pics de forte pollution atmosphérique ces derniers jours à Pékin ont provoqué un afflux dans les hôpitaux de patients en détresse respiratoire, a rapporté jeudi la presse officielle. Le nombre de cas de personnes souffrant de problèmes pulmonaires ou de difficultés respiratoires a enregistré une hausse de 20% dans la capitale chinoise, selon une enquête du journal Pékin-matin. Les problèmes respiratoires concernaient 50% des admissions au service des urgences d’un grand hôpital pour enfants, a aussi précisé le quotidien.

 

Trouvé sur Nature Alerte

 

Et oui la pollution un souci de notre planète

Etincelle

UN ENORME “SINKHOLE” EN CHINE

 

Collapsed building in Guangzhou

CHINE – Un énorme sinkhole à Guangzhou, en Chine, a englouti des immeubles et a supprimé le courant chez des milliers d’habitants. Selon le journal de Shangaï, le sinkhole fait environ 300 m² et une grande profondeur. Une vidéo montre une foule qui tourne en rond autour du sinkhole avant qu’il ne s’étende, faisant s’ébouler un immeuble comme s’il avait été bombardé.

Les bâtiments voisins ont été évacués et les rues bloquées par la police. ”On pouvait sentir le gaz à 30 mètres et entendre des bruits assourdissants quand la terre continuait de se fendre et d’être engloutie,” rapporte le journal de Shangaï.

Les sinkholes ne sont, malheureusement, pas nouveaux. Selon le Geological Survey américain, certains sinkholes sont causés par l’homme. ”De récents sinkholes ont été reliés à des pratiques de développement urbain, particulièrement par le pompage de nappes phréatiques et la construction.”

Ils se produisent aussi dans des régions où la roche sous la surface des terres peut être facilement émiettée par les nappes d’eau souterraines.

Causés ou non par l’homme, on parle beaucoup des sinkholes dans les médias ces temps-ci. L’année dernière dans la province du Guangxi en Chine, un sinkhole s’est formé après qu’une école ait creusé un puits pour combattre sa pénurie d’eau.

On pense qu’à Pékin, d’immenses abris anti-atomiques, ”construits de peur d’une imminente attaque nucléaire durant les tensions élevées entre la Chine et l’union soviétique”, ont pu contribué au problème.

Mais ils ne sont certainement pas limités à la Chine. En 2011 un sinkhole en Floride a avalé des conteneurs à poubelles, un chêne, le mur arrière d’un immeuble avec un salon de coiffure et un local de rangement. Une femme à Guatemala City a découvert derrière son lit un sinkhole de 1 mètre de large et de 1,20 m de profondeur. Et dans l’Ohio, un énorme sinkhole a fait s’effondrer en partie une autoroute.

 

 

 

Source : The Extinction Protocol

Trouvé sur Bistro Bar Blog

 

Et voilà ça continue avec les Sinkhole

Etincelle

L’ESCLAVAGE MODERNE ENTRETENU PAR LE SYSTEME BANCAIRE

 

 

esclavage2-150x150

Dans un monde où 1% de la population possède 40% de la richesse de la planète, dans un monde où 34.000 enfants meurent chaque jour de pauvreté et de maladies évitables et où 50% de la population mondiale vit avec moins de deux dollars par jour.

Une chose est clair : Quelque chose ne tourne pas rond…

Vulgarisation des procédés de création d’argent par la banque centrale américaine – la Réserve Fédérale – Où comment l’argent est crée à partir de dette et pourquoi il a été virtuellement impossible de s’en débarrasser… Du moins jusqu’à maintenant !…

 

 

via  http://rustyjames.canalblog.com/

Trouvé dans La Presse Galactique

 

Voilà une bonne vidéo qui explique bien comment ça fonctionne…

Etincelle

UN POISON RADIOACTIF DANS NOS SMARTPHONES

 

1160-ottoMétaux indispensables à nos appareils électroniques, les terres rares sont à l’origine d’une catastrophe environnementale dans les pays où elles sont traitées. Reportage en Malaisie.

Un après-midi de la fin du mois de février 2012, par une chaleur étouffante, je m’arrête dans une station essence Esso de la petite ville malaisienne de Bukit Merah. Mon guide, un boucher du nom de Hew Yun Tat, me prévient que le gérant a la réputation d’être un grippe-sou. Nous sommes venus lui poser des questions sur un sujet qu’il n’aime pas aborder : le travail qu’il faisait dans les années 1980 lorsqu’il était propriétaire d’une société de transport routier. Il avait obtenu un contrat avec Asian Rare Earth, une usine locale codétenue par [le groupe japonais] Mitsubishi Chemical, qui fournissait des minéraux rares au secteur de l’électronique grand public.

Asian Rare Earth lui offrait trois fois ce que lui rapportaient ses autres clients. Il devait uniquement évacuer des déchets loin de l’usine, sans que personne lui dise où ni comment s’en débarrasser. “Parfois, on nous disait que c’était de l’engrais, alors on emmenait ça dans des fermes du coin, explique Hew Yun Tat. Comme mon oncle cultivait des légumes, je lui en déposais une partie.” Il est aussi arrivé que les responsables de la raffinerie lui donnent ce qui était censé être de la chaux vive, un des camionneurs avait même peint sa maison avec. “Il avait trouvé ce produit parfait, car il repoussait les moustiques et les souris.”

Opération de nettoyage

En réalité, Hew Yun Tat et ses employés transportaient des déchets toxiques et radioactifs, ce qu’ils ont découvert un an plus tard lorsque Asian Rare Earth a voulu construire une décharge dans une ville voisine. Là-bas, les habitants s’y sont opposés et quelques militants ont apporté un compteur Geiger à l’usine, ce qui leur a permis de découvrir que le taux de radioactivité était extrêmement élevé, parfois 88 fois plus que les taux autorisés par les normes internationales. En 1985, les habitants ont lancé une action en justice qui a poussé le gouvernement à fermer l’usine jusqu’à ce qu’Asian Rare Earth procède à un nettoyage.

Mais les villageois étaient inquiets. Des femmes qui vivaient près de l’usine avaient fait des fausses couches, d’autres avaient donné naissance à des enfants chétifs, aveugles ou frappés de maladies mentales. Certains souffraient de leucémie. L’administration a fait savoir aux habitants que les déchets faisaient l’objet d’un retraitement adapté. Pourtant, en 2010, un journal local s’est rendu à la décharge d’Asian Rare Earth et a trouvé 80 000 bidons contenant près de 16 millions de litres d’hydroxyde de thorium, un produit radioactif. Cette année-là, Mitsubishi Chemical a lancé la construction d’un espace de stockage souterrain et sécurisé pour entreposer les déchets de son ancienne filiale. En mars 2011, The New York Times a déclaré que ce projet, dont le coût s’élevait à 100 millions de dollars [75 millions d’euros], était “la plus grande opération de nettoyage jamais menée dans l’industrie des terres rares”.

C’est mon iPhone qui m’a conduit en Malaisie. Je savais déjà que son allure élégante cachait une histoire problématique. J’avais lu des articles sur les usines d’Apple en Chine où des adolescentes passent quinze heures par jour à nettoyer des écrans avec des solvants toxiques. Toutefois, j’ignorais la genèse de mon téléphone avant qu’il ne soit assemblé. J’ai découvert que son parcours louche avait commencé bien avant son arrivée dans une usine chinoise. Les éléments qui servent à fabriquer tous nos gadgets high-tech sont issus d’un secteur peu reluisant, qui permet aux pays riches d’extraire les précieuses ressources des Etats pauvres, pour ensuite les laisser se charger du nettoyage.

“Plus jamais ça.”

C’est une rengaine qu’on entend souvent à Bukit Merah, dont les habitants subissent depuis vingt ans les conséquences des décisions prises par Asian Rare Earth. Mais le gouvernement malaisien n’est pas de cet avis. En 2008, il a autorisé une entreprise australienne, Lynas Corporation, à ouvrir une raffinerie de terres rares sur la côte est du pays. L’extraction aura lieu en Australie, mais le raffinage se fera à Kuantan, une petite ville tranquille au bord de la mer. Une fois construite, cette usine sera la plus grande de sa catégorie et subviendra à 20 % de la demande mondiale en terres rares.

Courrier International

Wikistrike

 

Trouvé sur Le nouveau paradigme

 

voilà pour l’info

Etincelle