ET PENDANT QUE LE MONDE REGARDE VERS LES MIGRANTS, IL NE REGARDE PAS VERS D’AUTRES PROBLEMES

Il y a des soucis bien plus graves à l’heure actuelle que quelques milliers de migrants qui débarquent en Europe avec les encouragements des Etats-Unis, car en attendant, c’est une nation en faillite totale qui choisi quel sera l’avenir de l’Europe, l’entrainant dans une guerre qui s’annonce violente contre la Russie, mais pas uniquement ce pays, également contre ses alliés comme la Chine, la guerre financière ayant gagné en ampleur ces derniers mois. C’est également ce pays qui décide de qui doit être puni sur la planète, qui doit être sanctionné, et gare à ceux qui ne seraient pas d’accord, par contre, « sanctionner un pays » ne signifie pas « arrêter de faire des affaires avec celui-ci », les pays soumis n’ont pas le droit, le pays en faillite lui peut se le permettre, il décide de la règle du jeu. (Benji)

20141102200554!Eiffel_tower_paris_sunset_ruins_apocalypse_artwork_desktop_1280x750_hd-wallpaper-25977L’apocalypse est en cours, mais nous ne devrions pas nous inquiéter, surtout lorsqu’on nous dit de regarder ailleurs…

À l’heure actuelle, un traité inique de libre-échange est en train d’être mis en place, et en son nom, des décisions et des lois sont mises en place, pour la surveillance, pour libéraliser tout ce qui peut l’être, pour moins protéger les européens. En France, les trahisons s’enchainent, la loi Macron imposée va détruire le marché du travail au profit des États-Unis qui vont pouvoir s’installer et s’imposer sans pour autant payer les impôts puisque le Luxembourg est à deux pas, et qu’avec l’affaire Luxleaks on a eu la preuve que l’impunité existait, avez-vous vu le gouvernement réagir pour que ces multinationales arrêtent l’évasion fiscale? Moi non! La réforme du code du travail à venir s’annonce comme une des dernières pierres au traité transatlantique, et nous pourrons passer du statut de travailleurs au statut d’esclave, et là, qui réagit?

La logique comme la raisons devraient pousser nos dirigeants à faire interdire tout ce qui est mauvais, les OGM, les pesticides, certains additifs, les méthodes d’élevage de masse avec leurs conséquences, la paupérisation, les nombreuses pertes de souveraineté, les abus des lobbys, des labos et des entreprises, la vente du patrimoine à qui a du pognon ou peut en imprimer, mais là encore, rien n’est fait, la foule voit les migrants pointés du doigt, et les autres sujets n’existent plus.

 

Grave erreur, car la situation économique réelle est incommensurablement catastrophique, au niveau géopolitique, ce n’est guère mieux, mais vu qu’aucun journaliste ne peut ou ne veut faire un bilan réel de la situation, alors cela passe, les cerveaux se laissent faire, la télé à gagné.

Les migrants sont une chose, mais lorsque nous-même seront des migrants au sein de notre propre pays à la recherche de nourriture, ou d’un toit car les banques auront réussi à nous expulser, il sera trop tard pour réagir et pour nous tourner vers les véritables responsables.

Aujourd’hui, un nouveau braquage est en cours, celui du Crédit Agricole, limite, ce n’est pas important, c’est une banque, mais ce sont 900 millions de dollars qui vont être versés aux Etats-Unis en faillite qui survivent en truquant les chiffres et en imprimant à tout va des dollars, ils ne vivent plus qu’avec cela, les braquages (relire le livre 666), le pillage de ressources, l’imprimante et les menaces permanentes. 900 millions de dollars que du coup, la France accepte alors qu’elle n’a jamais condamné les écoutes de masse dont celle du président ou des politiques en général.

Crédit agricole est sur le point de conclure avec les autorités américaines un accord amiable dans le cadre duquel il verserait environ 900 millions de dollars (804 millions d’euros) pour mettre fin aux enquêtes ouvertes sur des soupçons de transferts de fonds illégaux via les Etats-Unis au profit d’individus ou de pays, comme le Soudan ou l’Iran, visés par des sanctions, a-t-on appris de source proche du dossier.

Les discussions se poursuivent et le montant des pénalités en cours de négociation avec différentes autorités américaines peut encore évoluer. Une deuxième source a évoqué un montant « dans le haut de la fourchette des centaines de millions » et laissé entendre qu’il pourrait atteindre un milliard.

L’accord pourrait être conclu d’ici la fin du mois, ont ajouté les deux sources.

Le mois dernier, lors de la présentation de ses résultats, la banque française a déclaré que ses discussions avec les autorités américaines étaient « très avancées » et qu’une « résolution globale » devrait intervenir avant la fin de l’année.

Au total, le groupe a provisionné 1,6 milliard d’euros pour faire face à de possibles contentieux, notamment aux Etats-Unis, mais sans préciser le montant alloué au dossier des sanctions.

Les discussions en cours portent principalement sur des faits remontant à la période 2003-2008, a expliqué une source.

Article en intégralité sur Tradingsat.com

Trouvé sur les moutons enragés

Et oui c’est une méthode très souvent utilisée par ceux qui veulent mettre en place le NOM, pendant que nous sommes tous là et pris par autre chose, ils avancent bel et bien dans leur plan…   Ouvrons les yeux !

Etincellemandalalaluna450 (1)

 
 

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s