LE CHAPITRE PERDU DE LA VIE DES MAÎTRES

Nicholas-Roerich47Bon nombre d’entre vous ont lu La Vie des Maîtres, paru pour la première fois en anglais en 1921, puis confidentiellement en français en 1946, avant d’être édité plus largement et de nombreuses fois à partir des années 70. C’est un « classique » d’une grande richesse de la littérature spirituelle que je ne peux que recommander à ceux qui ne l’ont pas lu. Seulement voilà, dans sa version française, pour des raisons inexpliquées, il manquait un chapitre, que voici ci-dessous.

Pour rappel, l’auteur du livre, Baird Spalding, anglais de nationalité, fît partie d’une expédition de onze scientifiques américains partis pour l’Inde, le Tibet et le Népal le 22 décembre 1894, afin d’étudier les prodiges accomplis par les Maîtres orientaux. Sceptiques mais sans à priori, ils découvrent peu à peu des lois physiques et psychiques inconnues d’eux, reçoivent des enseignements majeurs, vivent des expériences hors des normes et entament alors malgré eux un itinéraire spirituel qui va bouleverser leurs vies.

Chapitre présent dans l’édition américaine et omis dans l’édition française.

Après que nous nous soyons confortablement assis, Jésus a poursuivi la conversation.
« Quand nous nous tenons unis avec la somme de toute intelligence, et nous identifions comme partie réelle de cette intelligence, et savons d’une manière certaine que c’est le grand principe, Dieu, nous nous trouvons bientôt conscients du fait que toute l’intelligence de la totalité de l’univers cosmique travaille avec nous.

Nous nous rendons compte également rapidement que l’intelligence de tout grand génie, aussi bien que la petite mentalité de la cellule du corps, travaille avec nous en harmonie et entente parfaites. Nous sommes franchement alliés avec le grand esprit cosmique intelligent. En effet, nous sommes ce grand esprit ; nous sommes la conscience de l’univers. A l’instant où nous sentons cette chose, rien ne peut nous garder de la divinité. De cette conscience universelle nous pouvons tirer toute la connaissance ; nous savons que nous pouvons tout savoir , sans étudier et sans processus de raisonnement, n’allant pas d’une leçon à l’autre ni d’un point à l’autre.

Les leçons sont nécessaires afin de nous amener seulement à l’attitude dans laquelle nous pouvons faire un pas en avant dans cette pensée. Alors nous devenons complets et incluons toute pensée. Il y a un courant complet de pensée de motivation qui est irrésistible et nous savons que rien ne peut nous détourner de l’accomplissement véritable. Nous sommes avec le tout ; ainsi nous agissons irrésistiblement avec le tout. Il est impossible que n’importe quelle condition empêche notre accomplissement. La goutte d’eau est seulement faible quand elle est enlevée de l’océan ; replacez là et elle est aussi puissante que tout l’océan. Il n’importe pas si nous aimons ou si nous croyons à cette idée. C’est la loi intelligente et nous sommes cette grande chose.

La somme de toute Vérité est le grand principe, Dieu. La Totalité de l’éternité à l’éternité, que nous pensions que c’est une grande vérité ou une petite vérité. Chaque mot vrai, pensé ou parlé est une partie de La Grande Vérité, Le Grand Tout, La Vérité Universelle, et nous sommes cette grande chose. Quand nous réalisons cette unité et nous nous tenons absolument avec la Vérité, nous avons la totalité du soutien de la Vérité et notre irrésistibilité est augmentée. C’est la force de l’océan de retour à la vague qui donne à la vague sa puissance ; ceci est Dieu-force dont l’homme fait partie. La somme de tout l’amour est le grand principe, Dieu. C’est la somme de chaque affection, de chaque émotion ardente, de chaque pensée affectueuse, de regard, de mot, ou d’acte. Chaque amour attiré, grand ou petit, sublime ou faible, fait le Un infini d’amour agissant et rien n’est trop grand pour nous.

Pendant que nous aimons généreusement nous avons l’océan complet de l’amour cosmique avec nous. Ce qui est le moins calculé est le plus grand et s’étend à la perfection absolue ; ainsi l’univers entier de l’amour est consciemment avec nous. Il n’y a pas de plus grande puissance sur terre ou dans le ciel que l’amour pur. La terre devient ciel ; le ciel est la maison vraie de l’humanité. En conclusion, la somme de chaque condition, de chaque forme, de chaque être est le Un Principe Cosmique Infini, Dieu, que ce soient des individus, des mondes, des planètes, des étoiles, des atomes, des électrons, ou les particules les plus minuscules. Tous font ensemble le Un entier infini, dont le corps est l’univers, l’esprit : l’intelligence cosmique ; l’âme : l’amour cosmique. Tissés ensemble en un tout, leurs corps, esprits et âmes sont liés avec la force cohésive de l’amour ; pourtant chacun fonctionne dans l’identité individuelle éternelle, se mouvant librement dans son orbite et octave individuelle d’harmonie, attiré, dessiné, et lié par l’amour de cet univers d’harmonie.

Susan Seddon-Boulet05Nous constituons ce grand Être que rien ne peut contrecarrer. Il se compose de chaque unité de l’humanité aussi bien que de chaque unité de l’univers. Si une partie d’une unité s’exclut du tout, cela ne fait aucune différence au principe vivant mais cela fait une grande différence à l’unité. L’océan est inconscient du déplacement de la goutte d’eau mais la goutte d’eau est très consciente de l’océan quand elle y est retournée ou réunie à lui.  Ce n’est pas assez pour nous de dire que nous sommes près du grand principe cosmique, Dieu. Nous devons savoir certainement que nous sommes un avec, dans, et de, et amalgamé entièrement avec, Principe ; et que nous ne pouvons pas être séparés ou indépendants de Dieu, Principe. Ainsi nous travaillons avec le principe du pouvoir qui est tout pouvoir. C’est la loi que dans le principe nous vivons, nous déplaçons, et avons notre être.

Ainsi, quand nous souhaitons entrer en contact avec Dieu, nous ne pensons pas à quelque chose loin de nous et difficile à atteindre. Tout ce que nous devons savoir est que Dieu est aussi bien en nous que tout autour de nous et que nous sommes complètement inclus en Dieu ; que nous sommes consciemment dans la présence de Dieu et sommes présents en Dieu et aux commandes avec le plein pouvoir. Ainsi nous n’avons pas besoin de faire une pause, nous n’avons pas besoin de réfléchir ; nous prenons le chemin directement à Dieu intérieur. Ici le Christ se tient immuable et suprême et avec Dieu nous vivons pour toujours. Nous réveillons ainsi nos individus morts dans la réalisation de la vie intérieure et cette vie nous ressuscite des morts ; nous revenons à la vie immortelle, immuable.

Nous sommes convaincus de la vie et de notre droit de vivre cette vie entièrement et parfaitement. Le Christ avance et dit, « je viens afin que vous viviez la vie plus complètement et plus abondamment. » Ceci doit être une résurrection vraie dans notre conscience – élever nos sens morts dans une vibration plus élevée de vie, de vérité, et d’amour. Comme toute la nature se réveille à notre sujet, éveillons-nous nous-mêmes et regardons l’aube de ce jour qui approche. Ainsi, nous nous levons et hors de nos vêtements de la tombe, au-dessus et hors de toute limitation dans lequel nous avons lié nos corps.

Nous roulons la pierre de la matérialité complètement de notre conscience, ce grand poids de pensée qui a séparé la vie intérieure de la vie en dehors ; et qui a tenu la forme de la vie dans la mort et lui a refusé la vie parce que nous n’avons pas reconnu son droit à la vie. Levons-nous et hors de la mort – ce que signifie la résurrection.

C’est un réveil à la réalisation complète de la vie ici et maintenant – et cette vie omniprésente, omnipotente, omnisciente ; nulle part absente, nulle part impuissante, nulle part sans conscience ; mais partout présente, partout puissante, partout consciente, dans la plénitude, dans la liberté, dans l’action glorieusement augmentante expressive et radiante. Quand nos cœurs flamboient à cette pensée et que notre être entier rougeoie avec cette vie intérieure, nous pouvons aisément tendre notre main et dire : « Lazare, avance ! Sors de ta tombe, tu n’appartiens pas à la mort ! Viens à la vie ! Réveille-toi de ton erreur ! Réveille-toi ici et maintenant. »

Ainsi nous sommes réveillés à la grande conscience et nous pleurons en raison de la densité de la pensée de ceux qui observent le réveil. Des milliers d’années de ce réveil ont été présentés à l’humanité, pourtant beaucoup dorment. Mais leur sommeil ne nous justifie pas de faire de même.

C’est en raison de ce que nous faisons que cette humanité est réveillée à cet héritage légitime. Pendant que nous nous réveillons à notre héritage, nous nous réveillons à la beauté et à la pureté du message historique que nos corps sont éternellement beaux, purs et parfaits. Ils sont toujours de beaux, purs corps spirituels, les plus magnifiques et divins, les temples vrais de Dieu. Ce réveil nous convainc également que nos corps ne sont jamais descendus de ce domaine élevé. Nous voyons que c’était seulement un concept humain où nous avons pensé qu’ils étaient descendus. Dès que cette pensée est libérée, notre corps est libéré à son vrai héritage divin. Alors le parfum d’une soirée chaude d’été se répand dans toute la nature et nos corps commencent à prendre cet éclat.

Les rayons bientôt purs de la lumière blanche apparaissent dans nos corps ; ils deviennent embrasés par cette lumière ; et cette douce mais pourtant brillante et vivante lumière envahit l’atmosphère claire autour de nous comme une vapeur blanc-or. Cette lumière augmente régulièrement jusqu’à ce qu’elle couvre et imprègne tout autour de nous. Baigné dans cette radiance, apparaît une lumière blanche de cristal pur brillant et scintillant avec un éclat plus grand que celui du diamant le plus pur, pourtant elle émane de nos corps qui sont lumineux, radiants et beaux. Ici nous nous tenons ensemble sur le saint mont de la Transfiguration, avec des corps lumineux et rougeoyants, radiants et beaux, immergés complètement dans la vie divine. Le fils de l’homme est devenu le Christ de Dieu et le royaume de Dieu est une fois de plus parmi l’humanité et plus essentiel parce que d’autres ont accepté et apporté le royaume dans la pleine domination.

Nicholas Roerich48

La lumière du royaume de Dieu se développe plus fortement en raison de l’acceptation. C’est le corps vrai que l’humanité a toujours eu et qu’elle a toute aujourd’hui. Un tel corps a toujours existé et existera toujours. C’est un corps si lumineux qu’aucun germe de vieil âge ou affaiblissement ne peut trouver place en lui. C’est un corps si vivant qu’il ne peut pas mourir. Un tel corps peut être crucifié mille fois et, en raison d’une telle crucifixion, avancer plus triomphant. Un tel corps se tient en avant comme maître divin de chaque situation. Un tel corps est éternellement ressuscité. C’est le message du nouvel âge pour vous, le même qui a semblé être un message du nouvel âge il y a deux mille ans. C’est pareil aujourd’hui comme autrefois ; il est la résurrection du message du vieil âge.
On a dit ce message il y a des milliers de siècles en langue si simple que les bébés pouvaient le lire.

Le message est que l’homme de sa propre volonté quittera le royaume fait de main d’homme et évoluera au royaume de Dieu. Le fils de l’homme doit réaliser sa divinité, indiquer cette divinité dans son corps et ses affaires et devenir le Christ de Dieu dans le royaume de Dieu. « Ne savez-vous pas que vous êtes des dieux ? ». Chez vous, sachez que ce royaume de Dieu est la chose la plus normale au monde. Le fait est que si l’homme demeure en Christ il est une nouvelle créature. C’est le bon plaisir du père de vous donner le royaume et à chaque homme passé en lui. On pose la question « quand ? », la réponse est toujours, quand l’extérieur est comme l’intérieur, le grand chêne qui sommeille dans le gland s’éveille dans le gland entier avant que l’arbre puisse se développer : « l’œil n’a pas vu, l’oreille n’a pas entendu et le cœur de l’homme n’a pas compris ce que Dieu a préparé pour ceux qui l’aiment. »
Dieu sait que dans la grande structure de l’univers il y a un endroit splendide pour chaque être humain et que chacun a son endroit individuel. La structure peut tenir seulement parce que chacun est au bon endroit. Ce message n’allège-t-il pas le fardeau de chacun et n’orne-t’il pas chaque mine d’un sourire, même ceux qui pensent leur travail comme le bétail sourd-muet que l’on conduit ? Ainsi je vous le dis, vous êtes une création particulièrement conçue, vous avez une mission particulière, vous avez une lumière à donner, un travail à faire qu’aucun autre ne peut donner ou accomplir ; et si vous ouvrez votre cœur, esprit, et âme en grand à l’esprit, vous apprendrez de lui dans votre propre cœur. Là vous constatez que votre propre père vous parle.

Peu importe vos pensées fantasques ou irréfléchies. Vous constaterez que votre père vous aime avec dévotion et tendresse à l’instant où vous tournez vers le Dieu intérieur. L’onction que vous avez de Dieu demeure en vous et vous n’avez pas besoin de l’enseignement d’un homme. Est-ce que ce n’est pas une résurrection hors de la vieille pensée ? Il n’est pas besoin que n’importe quel homme vous enseigne. Il est seulement nécessaire de recevoir l’onction de Dieu qui a toujours été en vous. Vous pouvez accepter d’autres aides de frères mais vous êtes toujours instruits et menés à partir de l’intérieur ; la vérité est là pour vous et vous la trouverez. Cette vérité enseigne toujours que l’humanité est un accord complet ; pas une unité mais une grande concorde ; et combinée avec Dieu que c’est le grand Un.

L’humanité est plus qu’une confrérie. C’est Un homme, juste comme un cep et ses branches sont une vigne. Une partie ou une unité ne peut être séparée du tout. La prière du Christ est « afin que tous soient Un ». « Ce qu’il a fait au moindre de mes enfants, il me l’a fait à moi. » Maintenant vous connaissez le Christ par qui la famille entière dans le ciel et sur terre est appelée. La vérité est « Tout est Un » Un esprit, Un corps, le Grand Seigneur Corps de toute l’humanité. Le Grand Amour, la Lumière, la Vie de Dieu amalgame ce corps dans Un entier complet. »

La vérité se manifeste chez tout individu recherchant les valeurs les plus hautes de l’existence. Elles se situent bien au-delà des frontières, des races et des systèmes de croyances.  Un jour l’homme pourra  revêtir l’emblème de  la forme de vie  la plus intelligente sur cette planète. Il  faut juste que ceux qui possèdent la sagesse la diffusent. C’est un des grands secrets de la vie.  Lorsque l’énergie d’amour sera suffisamment importante,  lorsque le jugement aura cessé, lorsque les hommes s’attèleront aux tâches essentielles qui leurs incombent alors le soleil illuminera enfin la Terre avec un nouveau rayonnement. Il s’agira d’une lumière si pure et si étincelante qu’elle empêchera à jamais les ténèbres de se maintenir…

Le royaume de Dieu est en nous et non un mythe ou une utopie grotesque.  Nous pourrons alors constater la toute magnificence et la toute-puissance de l’Age d’or qui commence.

Baird T. SpaldingBaird T. Spalding – La Vie des Maîtres – Multiples éditions.

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source)

 

Etincellemandalalaluna450 (1)

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s