LES SCIENTIFIQUES DU CERN ESPÈRENT CRÉER UN CONTACT AVEC DES UNIVERS PARALLÈLES…

Souhaitons ne pas être engloutis « même partiellement », dans un mini « trou noir ». Car le Grand Collisionneur de Hadrons, va être poussé à son maximum. (Avec toutes les incertitudes sur cette expérience, puisque c’est la première fois….). Les scientiques étaient très partagés au départ (2008) sur ce Collisionneur de Hadrons, ils suggéraient la possibilité de création d’un trou noir,  avec les conséquences qu’on imagine aisément***. Vous ne savez pas? Nous risquons tout simplement d’être aspirés, anéantis dans un trou noir! Mais comme les Géo-trouvent-tout ont tout prévu, il n’y a aucun risque. Enfin! c’est ce qu’ils disent. Fascinant quand même..(voltigeur)

LCH : Large Hadron Collider

Le LHC  du CERN à Genève, sera poussé à son niveaux d’énergie le plus élevé jamais atteint dans le but de détecter ou même de créer des trous noirs miniatures.

En cas de succès, un tout nouvel univers sera révélé et on devra réécrire non seulement les livres de physique, mais également ceux de philosophie.

Les scientifiques fous du LHC déclarent même qu’il est possible que la gravité de notre propre univers puisse «fuiter» dans cet univers parallèle.

Commentaire :
La joie, quoi.

Cette expérience va sûrement enflammer les critiques alarmistes du LHC dont beaucoup ont  d’abord averti que le collisionneur de particules à hautes énergies signifierait la fin de notre univers avec la création d’un trou noir. Mais jusqu’à présent, Genève est restée intacte et demeure confortablement à l’extérieur de « l’event horizon », le point de non retour.

En effet, le LHC a été un succès spectaculaire. Les premières expériences scientifiques ont prouvé l’existence de l’insaisissable boson de Higgs ou « particule de Dieu », un élément clé de l’univers et il est apparemment également en voie de capturer la « matière noire », une possibilité théorique précédemment indétectable qui est maintenant considérée comme constituant la majeure partie de la matière de l’univers.

Mais l’expérience de la semaine prochaine va complètement changer la donne.

Mir Faizal, l’une des trois têtes pensantes de l’équipe de physiciens derrière l’expérience a déclaré :

Tout comme de nombreuses feuilles parallèles de papier, qui sont deux objets bi-dimensionnels (largeur et  longueur), peuvent exister dans une troisième dimension [hauteur], des univers parallèles peuvent également exister aussi dans des dimensions supérieures.
.
Nous prévoyons que la gravité peut s’infiltrer dans les dimensions supplémentaires et si elle le fait, des trous noirs miniatures peuvent être produit au LHC.
.
Normalement, quand les gens pensent au multivers, ils pensent à la Théorie d’Everett de la mécanique quantique où chaque possibilité est actualisée. Mais cela ne peut pas être testé et c’est donc du ressort de la philosophie et non de la science.
.
Ce ne est pas ce que nous entendons par univers parallèles. Ce que nous entendons est un véritable univers de dimensions supplémentaires.
.
Comme la gravité peut s’écouler hors de notre univers dans les dimensions supplémentaires, un tel modèle peut être testé par la détection de mini trous noirs au LHC.
.
Nous avons calculé l’énergie à laquelle nous nous attendons à détecter ces mini trous noirs « Rainbow gravity » (une nouvelle théorie scientifique).
.
Si nous arrivons à détecter des mini trous noirs à cette énergie, alors nous savons que la théorie de la rainbow gravity et celle les dimensions supplémentaires sont correctes.

Commentaire :

Et ce scientifique fou de ne pas ajouter :

Par contre, ce qui est triste, c’est que tout le monde sera mort. Je veux dire, la Terre sera anéantie. Ça me rend nostalgique, mais le fait d’avoir réussi cette découverte en vaut le coup. Du moins, paradoxalement, puisque dans un univers parallèle quelqu’un sera content de le savoir. À moins que la gravité qui « fuitera » de notre univers vers les autres ne les détruise aussi en cours de route. Tout ça reste à voir, c’est fascinant!

.Source Les Chroniques de Rorschach relayé par Etat du Monde-Etat d’être

Article original (anglais) :

 http://www.express.co.uk/news/world/565315/Scientists-at-Large-Hadron-Collider-hope-to-make-contact-with-PARALLEL-UNIVERSE-in-days

Les craintes suscitées à l’époque restent d’actualité, puisque l’expérience est en cours….

***Médiatisation de craintes autour des conséquences de la mise en opération

Si la presse scientifique a surtout souligné les enjeux scientifiques de l’expérience, un des aspects les plus traités par la presse généraliste est constitué par les actions en justice de quelques scientifiques qui demandent la suspension de l’expérience par crainte de création de micro trous noirs au LHC. En astrophysique, un trou noir est décrit comme un objet engloutissant tout sur son passage, mais les trous noirs microscopiques susceptibles d’être créés au LHC ne partageraient pas cette propriété. Dans le cas où ils seraient néanmoins produits, ils seraient, du fait de leur masse, soumis au phénomène d’évaporation des trous noirs prédit par Stephen Hawking en 1975 et disparaîtraient avant d’avoir eu le temps d’absorber la matière environnante. Le phénomène d’évaporation des trous noirs n’ayant jamais été observé expérimentalement, et étant méconnu du grand public, les risques de l’expérience n’ont pas pu être réfutés formellement et sont devenus un sujet populaire.

Le 21 mars 2008, deux personnes, Walter L. Wagner et Luis Sancho ont cependant intenté un procès au CERN devant la cour d’Honolulu à Hawaï au motif que le collisionneur pourrait se révéler dommageable d’une manière ou d’une autre, par exemple en créant un trou noir. Leur plainte a été jugée recevable6, pour être ensuite définitivement rejetée7. Une autre plainte a été déposée, fin août 2008, en Europe, devant la Cour européenne des droits de l’homme de Strasbourg pour les mêmes raisons8. La plainte a finalement été rejetée quelques jours plus tard9.

À la suite de ces affaires, plusieurs chercheurs, puis le CERN, ont publié divers documents10,11,12 sur la sécurité du LHC, concluant que l’accélérateur est sûr13. Le principal argument mis en avant est que la haute atmosphère terrestre, et en fait tous les corps célestes, sont continuellement bombardés de particules très énergétiques, lesrayons cosmiques. L’énergie dégagée par ces collisions peut parfois être bien supérieure à celle mise en jeu dans un accélérateur de particules sur Terre comme le LHC, aussi sont-ils certains que quels que soient les effets secondaires de ces réactions, ils ne seront pas dangereux pour la biosphère, sans quoi elle n’aurait pu se développer pendant plusieurs milliards d’années.

La crainte que des collisions de particules élémentaires donnent lieu à un événement catastrophique n’est pas nouvelle, elle remonte à près de dix ans. Lors de la mise en service du collisionneur d’ions lourds Relativistic Heavy Ion Collider (RHIC) du Laboratoire national de Brookhaven (État de New York), le physicien Alvaro de Rujula et deux collaborateurs avaient imaginé un scénario catastrophe susceptible, en principe, de provoquer la destruction de la Terre14. L’affaire avait à l’époque également suscité suffisamment d’intérêt pour nécessiter une analyse détaillée expliquant l’innocuité d’une telle expérience15.

Lire la fiche Wikipédia sur le LHC

Trouvé sur les moutons enragés

mandalalaluna450 (1)  Etincelle

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s