SE TROMPER, PARDONNER, SE PARDONNER ET AVANCER …

oprah-and-maya

par Béni Nsemi 

Lorsque l’on prend conscience, l’on se rend compte de ses erreurs et de ses mauvais agissements, il est naturel d’être habité par la honte, le dégout, la culpabilité et les regrets. On a envie de se détester, de s’insulter, de se haïr, on cherche à se punir et à se faire du mal. Mais adoptez une telle attitude ne changera pas le passé, adoptez un tel comportement n’efface pas ce qu’on a fait ou vécu. Se juger durement et sévèrement, encore moins.

L’erreur est humaine. Nous avons le droit de se tromper, de faire des erreurs. On ne peut évoluer, grandir, murir sans en commettre.( Voir le droit de se tromper)
Une fois que l’on prend conscience de ses erreurs, il faut trouver en Soi et/ou en Dieu la force de se pardonner et d’accepter les faits, car, souvent, nous avions fait de notre mieux, nous croyions bien faire, nous en étions convaincus…
On peut alors continuer à se détester, à s’insulter, autrement dit à ressasser le passé et côtoyer la souffrance, ou alors reconnaitre ce qui a été, sans jugement, et pardonner, se pardonner ; puis avancer.

Jeunes filles, Oprah Winfrey et Maya Angelou – paix à son âme – ont été sexuellement abusées . La première par son cousin, et la deuxième par son beau-père. Elles ont pu retrouver la force et la joie de vivre, expliquaient t-elles, seulement après avoir pardonné leurs bourreaux.

oprah

Pardonner, se pardonner signifient reconnaitre les faits, les accepter et décider de les transcender, sans pour autant oublier. ( Cf. La clef du pardon)
Pardonner, se pardonner c’est refuser de s’apitoyer sur son sort, de se positionner en victime et se complaire dans les méandre de nos souvenirs. Quitter l’obscurité, la douleur et tendre vers la lumière, la guérison. Le pardon est la clés qui ferme définitivement les portes du passé, car comme le dit si bien un proverbe massai :

« Le passé est un pays où je n’habite plus »

En lingala, ma langue maternelle, le pardon se dit Bolimbisi. Dans son ouvrage, Longo, la danse d’ancrage africaine, Ya Elima explique le Bolimbisi ainsi :

« Dans BOLIMBISI, nous avons BO (le collectif), LI (absorption), MBISI (poisson). Poisson indique ici, une notion d’abondance. Par BOLIMBISI (le pardon), nous pouvons comprendre : l’absorption de tout l’être, dans l’entièreté. Une faute amène la culpabilité. La culpabilité nous empêche d’être entièrement nous-mêmes. Ne pouvant pas être entiers, nous sommes amoindris. Être entier est signe d’abondance. Être amoindri est signe de manque. Se pardonner, c’est donc recouvrer notre état entier, notre abondance. Pardonner l’autre, c’est lui rendre son entièreté, son abondance ».

Nous avons le droit de commettre des erreurs car nous sommes humains, et c’est à travers celles-ci que l’on se perfectionne, se construit et grandit. Faisons de notre mieux pour en commettre le moins possible, mais lorsque cela se produit, ne nous jugeons pas, ne nous insultons pas, ne nous culpabilisons pas : pardonnons-nous et engageons-nous, avec amour, pour ne plus recommencer. Puis avançons.

Nous commettons des erreurs mais nous ne sommes pas nos erreurs. Nous ne pouvons pas changer le passé, par contre, nous pouvons changer notre rapport vis-à-vis de celui-ci.

Je nous aime

Béni Nsemi

Source: KOYEBA

Trouvé dans La Presse Galactique

mandalalaluna450 (1)Etincelle

Advertisements

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s

%d bloggers like this: