LES WARKAWATERS : POUR TRANSFORMER L’AIR EN EAU POTABLE

L’idée est tout simplement géniale, et à un prix abordable! Ce concept est destiné à l’Afrique, mais quel pourrait en être le résultat pour d’autres parties de la planète dont l’Europe? Car si cela peut permettre de réduire notre consommation d’eau et soulager un peu les nappes phréatiques, alors pourquoi pas? (Benji)

Les Warkawaters sont des tours révolutionnaires qui permettraient de convertir facilement l’air en eau potable et qui subviendraient ainsi aux besoins journaliers d’une famille de sept personnes. Moins chers que des puits, elles seraient donc parfaites pour améliorer la qualité de vie de toute une communauté. Nous vous expliquons comment fonctionne cet incroyable projet. 

À travers de nombreux villages isolés en Ethiopie, la collecte d’eau est une tâche aussi hasardeuse que dangereuse qui repose sur les épaules des femmes. Les voyages jusqu’à la source d’eau la plus proche peuvent prendre des heures, voire des jours, et l’eau récoltée est souvent contaminée par des éléments dangereux tels que les déchets humains ou encore les animaux. De plus, ces femmes n’ont souvent d’autre choix que de ramener leurs enfants avec elles durant ces voyages, ce qui, en plus de les mettre potentiellement en danger, les garde éloignés de l’école.

warkawater-le-projet-revolutionnaire-qui-convertit-lair-en-eau-potable1

Pour pallier ce problème : les Warkawaters. Ce projet mené par le designer Arturo Vittori et l’architecte suisse Andreas Voglerdes studios Architecture and Vision, est basé en une structure de bambou facilement montable et qui ne requiert aucune aide mécanique.

À l’intérieur, il est composé d’un matériau de mailles en plastique constitué de fibres de nylon et de polypropylène qui agissent comme des micros-tunnels pour « récolter » l’humidité de l’air et recueillir ainsi entre 20 et 30 litres d’eau par jour, ce qui est assez pour subvenir aux besoins journaliers d’une famille de sept membres.

Le design a été pensé pour ressembler aux arbres du pays, les Warkas, qui sont vitaux pour la communauté. C’est autour d’eux que les peuples et les familles se réunissent pour discuter et transmettre leur savoir de génération en génération. Toutefois, ces « piliers » naturels sont, à l’heure actuelle, en train de disparaître.

Enfin, chacune de ces tours récolteuses d’eau potable coûterait moins de 550$ (approximativement 400€) contre 14 000$ (plus de 10 000€) pour un puits. Économique et naturel, ce projet semble bien être la solution idéale cherchée durant si longtemps au problème de l’eau potable en Afrique.

Source+article complet sur Legeekcestchic.eu

 

Trouvé sur les moutons enragés

mandalalaluna450 (1)Etincelle

Advertisements

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s