QUAND LE RECYCLAGE DEVIENT UTILE POUR LES ARTISANS DU MALI

 

fontana

Femmes à la fontaine

 

Des lampadaires solaires fabriqués avec une roue de vélo et des objets recyclés transforment la vie d’artisans au Mali, en leur permettant de travailler la nuit pour échapper à la chaleur du jour.

C’est un architecte et vidéaste italien, Matteo Ferroni, qui a eu l’idée de ces lampadaires à l’occasion d’un séjour en 2010 dans des communautés rurales dépourvues d’électricité. Il explique s’être rendu compte que les habitants étaient peu actifs dans la journée en raison de la chaleur écrasante et travaillaient plus la nuit en s’éclairant de lampes de poche ou en profitant du clair de lune. “J’ai réalisé combien la nuit était importante pour ces communautés.” Il a dessiné un prototype pouvant être “reproduit facilement” par des artisans locaux et réalisé à partir d’objets fournis par les villageois, explique-t-il sur le site dédié à son invention.

matteoferroniEn 2011, Matteo Ferroni est revenu au Mali avec le prototype et “ensemble, à Ségou ici, on a conçu la première lampe portable”, raconte Alassane Keïta, qui dirige l’association Faso Gniètaa qui est le relais local de la fondation suisse eLand finançant le projet.

C’est un travail d’équipe qui implique plusieurs artisans locaux: soudeur, Amadou Sidibé, confectionne le corps de la lampe à partir de vélos usés. Spécialisé dans la production de théières, Aboubacar Dagnon, fabrique les boîtiers abritant les ampoules LED en recyclant des ustensiles de cuisine en aluminium. Cet artisan est le seul à Ségou à réaliser ce travail de précision.

Cet ingénieux lampadaire mobile et écologique est utilisé par 15 des 72 villages de la communauté rurale, qui l’appellent “Foroba yelen” (“la lumière collective” en bambara, une des langues du Mali)..

Chacun y a droit et le réserve pour ses besoins: Alou Coulibaly est allé réserver un des lampadaires pour la cérémonie de baptême de son nouveau-né, une fille. Il ne tarit pas d’éloges sur cette initiative, qui a amélioré le quotidien des villageois, pauvres, qui n’avaient pas les moyens d’acheter un groupe électrogène collectif, qui nécessite un budget en carburant.

On utilise le Foroba yelen pour les besoins du petit commerce, de funérailles, d’accouchements au dispensaire de la commune… Certains particuliers le louent occasionnellement. Mais d’autres y recourent régulièrement, comme Djènèba Djoni, une potière. Avant, “nous fabriquions les canaris (récipients en terre cuite) à la lumière de la lune et avec la torche attachée sur la tête, comme font les chasseurs”, mais aujourd’hui, avec la lampe solaire mobile, il n’y a plus ces tracas, explique Mme Djoni.

Alternative à l’éclairage public

Autant de choses qui font de ces lampadaires solaires mobiles une sérieuse alternative à l’éclairage public au Mali, pays de plus de 16 millions d’habitants régulièrement en proie ces dernières années à des coupures intempestives de courant.

Le 14 mai, le gouvernement malien a fait état d’un déficit de production d’électricité ayant “atteint le niveau exceptionnel de 111 mégawatts en 2013 (45% de la demande)”.

La société d’énergie EDM-SA, détenue à 66% par le Mali et à 34% par une filiale du groupe Aga Khan, est dans une situation “critique” et ne parvient pas à assurer un approvisionnement normal en dépit de subventions de l’Etat (57,5 milliards de FCFA en 2013, soit près de 87,7 millions d’euros), selon Bamako.

Sources : Le matin.ch et  http://www.forobayelen.org

 

Voilà pour l’info

mandalalaluna450 (1)Etincelle

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s