CHYPRE: 2 MILLIONS D’OISEAUX MIGRATEURS TUÉS, LES ÉCOLOGISTES MOBILISÉS…

Parce qu’il y a des milliers de raisons de se mettre en colère, de s’insurger, de vouloir que le système se casse la figure, il va falloir se battre sur une multitude de fronts, sans être certain de gagner une bataille. Est ce que, s’il n’y avait rien à gagner, hommo-destructor s’assagirait? Hum!! rien n’est moins sur. Imaginons un monde sans petits oiseaux..quelle tristesse! C’est ce qu’il risque d’arriver si les massacres d’envergure continuent. Il est question d’oiseaux, mais beaucoup d’espèces sont concernées. Si vous pensez que ce sujet est futile, en regard de nos préoccupations journalières, posez vous les bonnes questions….

article_9b73c82b1def6ac8b8ea35832b7a21168ee3222c

Photo prise le 16 avril 2014 à Famagouste (est de Chypre) fournie par l’association BirdLife Cyprus montrant un oiseau pris dans un filet RSPB and BirdLife Cyprus

Nicosie – En pleine nuit, les militants arpentent le sud-est de Chypre à la recherche de sites de braconnage: deux millions d’oiseaux ont été tués l’an dernier sur l’île méditerranéenne selon les défenseurs de la nature, qui dénoncent un «désastre écologique».

Lieu de passage majeur pour les migrateurs, «Chypre est de loin le pire pays en Europe concernant le nombre d’oiseaux tués chaque année et le nombre d’espèces concernées», souligne Andrea Rutigliano. Membre du Comité contre le massacre des oiseaux (Cabs), il est venu participer à son énième campagne sur l’île, où certains migrateurs –fauvettes à tête noire, grives ou encore rouge-gorges– constituent un mets très recherché –mais interdit– l’ambelopoulia.

Servie discrètement dans certains restaurants, l’ambelopoulia coûte entre 40 et 80 euros, pour une douzaine d’oiseaux.

Chaque nuit durant leur campagne, les militants de Cabs tentent de repérer les lieux de braconnage, un «travail de fantôme» qui servira à la police pour interpeller les contrevenants.

A chaque fois, le rituel est le même: munis d’une tablette, sur laquelle sont enregistrés les sites repérés les saisons précédentes, ils s’arrêtent, éteignent moteur et phares des voitures, et dressent l’oreille. Les braconniers, pour améliorer leurs chances d’attirer des migrateurs dans leurs filets ou sur de fausses branches collantes, installent en effet des haut-parleurs diffusant le chant de la fauvette.

Moindre durant le printemps, où les oiseaux sont plus maigres, le braconnage –une tradition séculaire qui permettait autrefois aux habitants de nourrir leurs familles– prend à l’automne d’énormes proportions, Cabs évaluant à 3 à 4.000 le nombre de braconniers.

«La situation est très préoccupante, elle s’aggrave», confirme Martin Hellicar, de l’association BirdLife Cyprus.

– ‘Massacre à grande échelle’ –

A son apogée dans les années 1990, le braconnage a été au début des années 2000 dans le collimateur des autorités, qui souhaitaient rejoindre l’Union européenne, entraînant une «baisse de 80%» du nombre d’oiseaux tués, selon M. Hellicar. Mais depuis l’adhésion à l’UE en 2004, il est reparti de plus belle.

L’image qu’ont les Chypriotes du braconnage, à savoir «un grand-père attrapant quelques oiseaux», est «un pur fantasme», assure le militant, qui évoque «un massacre à grande échelle», avec 150 espèces concernées et certaines menacées d’extinction.

«Des sommes d’argent considérables» sont en jeu, souligne M. Hellicar. Le service chargé de la lutte contre le braconnage évalue l’ensemble du marché à «environ 15 millions d’euros par an».

Interrogé sous couvert d’anonymat, un braconnier affirme gagner ainsi des milliers d’euros et se justifie en disant que «tout le monde le fait».

Selon M. Hellicar, «des criminels organisés, de type mafias, dont le portefeuille d’activités inclut les jeux d’argent ou la prostitution», sont désormais aussi présents sur ce marché.

Pendant l’automne, certains secteurs sont «complètement contrôlés la nuit» par ces «braconniers professionnels», explique M. Rutigliano. «Ils ont des patrouilles», qui «vous chassent de la zone, ils sont cagoulés et armés des fusils».

– Manque de volonté –

Selon les écologistes, le phénomène est particulièrement préoccupant dans les bases britanniques, où la population locale profite des larges étendues inhabitées pour braconner. A tel point que le Prince Charles lui-même s’est fendu d’une lettre au président chypriote Nicos Anastasiades et au commandant des forces britanniques sur l’île, dans laquelle il dénonce «une tuerie à échelle industrielle»……..

[…]

Lire la Suite

Source 20Minutes

Personne ne détient le monopole en la matière, mesopinions.com a lancé en janvier 2014, une pétition pour la protection des oiseaux en Egypte. Les oiseaux qui auraient échappé aux filets des Chypriotes, pourraient bien se retrouver dans ceux des Egyptiens

En Egypte, des milliers d’oiseaux épuisés après un voyage de migration sont capturés dans des filets tendus en bord de mer. Les plumes des ailes et de la queue sont arrachées pour qu’ils ne puissent plus s’envoler. Ils sont ensuite revendus vivants dans de tristes conditions, ou tués pour être consommés par milliers. Il s’agit bien souvent d’espèces protégées en Europe. Ces agissements peuvent réduire à néant les efforts en matière de protection animale.

Si le cœur vous en dit..

SIGNEZ

 

Trouvé sur les moutons enragés

 

Et oui les animaux,quand l’homme aura-t-il compris que détruire la nature et les animaux c’est le détruire aussi…

781778719-2Etincelle

Advertisements

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s