FUKUSHIMA, ILS MENTENT AU MONDE ENTIER

 

Sous-titrage de Kna.

Publiée le 3 mai 2014 

Interview de Mr Katsutaka Idogawa, ancien maire de Futaba par Sophie Chevardnadze* sur Russia Today :
“La tragédie de la catastrophe nucléaire à la centrale de Fukushima a eu lieu il y a plus de trois ans. Depuis lors, la radioactivité a contraint des milliers de personnes à abandonner leurs maisons et entraîné la mort de nombreuses personnes. Il a fallu beaucoup d’efforts pour empêcher la destruction complète de l’usine – mais les séquelles ont-elles complètement disparu ? Tokyo dit que oui; il affirme également que le gouvernement fait tout ce qu’il peut pour ceux qui ont souffert dans la catastrophe. Cependant, des faits troublants arrivent parfois à la surface. Pour faire un peu de lumière sur le mystère des suites de Fukushima, Sophie Chevardnadze s’entretient avec l’ancien maire de l’une des villes sinistrées. Katsutaka Idogawa est aujourd’hui dans Sophie & Co.”

Dans cette interview, Mr Idogawa revient sur les premiers instants de la catastrophe, le premier jour, et les responsabilités qu’il a du assumer de lui-même pour essayer de mettre les habitants de sa ville en sécurité. Il nous explique les raisons qui lui on fait perdre sa confiance dans la capacité des autorités et de TEPCO à prévenir et surmonter un accident nucléaire grave comme celui de la centrale nucléaire de Fukushima, en partie située sur le territoire de sa commune.
Depuis, devenu farouche opposant au nucléaire, il se bat pour dénoncer les mensonges et rétentions d’informations par les autorités de son pays, qui selon lui ont menti et mentent à la face du monde entier, entre autre pour éviter d’avoir à assumer leurs responsabilités.
Mr Idogawa aborde le sujet du retour pratiquement forcé des évacués dans certaines villes soumises à des taux de radioactivités 4 fois supérieurs à ceux des zones évacuées de Tchernobyl, alors que le gouvernement prétend que la préfecture de Fukushima, au centre de la zone contaminée s’étendant jusqu’à 200 km, ne présente aucun danger.
Il est également question de la fracture entre les bureaucrates de TEPCO ayant une très haute idée d’eux-mêmes et les conditions de travail des employés sur le terrain, qui se retrouvent être en majorité du personnel non qualifié, quand ce ne sont pas des sans-abris, recrutés comme main-d’oeuvre “jetable”. D’où les nombreux défauts et erreurs, pouvant être lourds de conséquences. Pendant ce temps, une lourde chappe de silence est maintenue sur les morts et les malades victimes de cette catastrophe, que ce soient parmi les employés de la centrale, ou les adultes et les enfants exposés à la radioactivité par le déni et les mensonges officiels…

* : Si ce nom vous ne vous est pas inconnu, c’est normal, Sophie Chevardnadze est la petite-fille de l’ancien président géorgien et ministre soviétique des Affaires étrangères Edouard Chevardnadze.

 

Trouvé dans Bistro Bar Blog

781778719-2Etincelle

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s